La pratique de la motoneige profitable pour le Québec

Liste des hôteliers

La pratique du quad et de la motoneige est une activité très profitable à l’ensemble des régions du Québec.

Voilà l’essence du message qu’a livré, aujourd’hui, la ministre du Tourisme, madame Françoise Gauthier, à l’occasion du dévoilement des résultats d’une importante étude sur l’impact économique de la pratique touristique des véhicules hors-route (VHR) au Québec.

Visiblement fière du travail accompli, la ministre a déclaré que «les résultats de cette étude viennent confirmer l’apport essentiel de la pratique du quad et de la motoneige à l’économie québécoise», précisant du même souffle que «ces deux activités contribuent de façon significative à la création de milliers d’emplois, au produit intérieur brut du Québec ainsi qu’aux revenus fiscaux et parafiscaux des deux paliers de gouvernement».

Un travail d’équipe consciencieux et méthodique
Le ministère du Tourisme a conduit cette étude, avec la collaboration de Léger Marketing, Desjardins Marketing Stratégie, CFM Stratégies, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec et la Fédération québécoise des clubs de quad.www.bonjourquebec.com/mto/publications/etudes/vhr.html.

Cette étude, menée auprès de quelque 4 700 répondants, se distingue de celles réalisées antérieurement puisqu’elle porte précisément sur la pratique touristique du VHR. Elle concerne donc exclusivement les déplacements qui  ont amené une personne majeure à plus de 80 km de son domicile.

Faits saillants de l’étude : des chiffres qui parlent d’eux-mêmes
L’étude a permis d’évaluer qu’un demi-million d’adeptes touristiques du VHR ont dépensé un total de 1,3 milliard de dollars au Québec en 2004-2005. De ce montant, 724 M $ sont attribuables aux dépenses touristiques effectuées pendant le déplacement (restauration, hébergement, carburant, magasinage, etc.) et 590 M $ aux dépenses fixes effectuées avant le déplacement  véhicule, entretien et réparation, assurances, immatriculation, etc.). Les dépenses touristiques associées au VHR représentent 7,2 % de l’ensemble des dépenses touristiques au Québec et 19 % de celles hivernales.

Selon l’analyse de l’impact économique, l’activité du VHR a ainsi généré au Québec en 2004-2005 :
    –  14 400 emplois directs et indirects;
    –  793 M $ de PIB, dont 337 M $ pour le quad et 456 M $ pour la
       motoneige;
    –  324 M $ de revenus fiscaux et parafiscaux, dont 194 M $ pour le
       gouvernement provincial et 130 M $ pour le gouvernement fédéral.

Action concertée entre les clubs de motoneigistes et les unions de producteurs agricoles (UPA)

La pratique du quad et de la motoneige, essentielle aux régions
L’étude démontre éloquemment l’importante contribution de la pratique du VHR aux recettes touristiques de même qu’à la vitalité économique régionale durant toute l’année. A cet égard, la ministre a déclaré que «la pratique du quad et de la motoneige permet aux entreprises touristiques, tels les établissements d’hébergement et de restauration, de poursuivre leurs activités
durant la saison froide».

Selon les estimations du ministère du Tourisme, cette activité représente plus de 30 % de l’ensemble des dépenses touristiques hivernales dans 10 des 21 régions touristiques du Québec. C’est le cas de l’Abitibi-Témiscamingue, du Centre du Québec, de Charlevoix, de Chaudière-Appalaches, de la Gaspésie,  de Lanaudière, des Laurentides, de la Mauricie, du Nord-du-Québec et du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La motoneige, un produit prioritaire
Rappelant que la motoneige est identifiée comme l’un des 14 produits touristiques prioritaires à l’intérieur de la Politique touristique du Québec, Vers un tourisme durable, la ministre a tenu à expliquer que «la motoneige permet à l’offre touristique québécoise de se distinguer de celle des destinations concurrentes», soulignant par ailleurs, «qu’il s’agit d’une activité très populaire auprès de la clientèle internationale, une clientèle des plus lucratives».

En 2004-2005, ce produit touristique a attiré 33 400 motoneigistes récréotouristiques provenant de l’extérieur du Québec (6 800 du reste du Canada, 15 600 des Etats-Unis et 11 000 de l’Europe), soit 14 % de la clientèle motoneige. En considérant qu’un motoneigiste nord-américain dépense annuellement, en moyenne, plus de 4 000 $ et un motoneigiste européen plus de 2 500 $ comparativement à 1 500 $ pour un Québécois, c’est dire toute l’importance de la clientèle internationale.

Une commission gage de réussite pour l’avenir de la pratique des VHR
    «L’étude nourrira la réflexion lors de la commission parlementaire sur les véhicules hors-route, qui débutera le 7 mars prochain. L’objectif premier de cette commission étant d’assurer la pérennité de la pratique de la motoneige et du quad, dans une perspective de développement durable et de cohabitation harmonieuse avec les populations locales», a conclu la ministre
Gauthier.

La première « vraie » tempête de neige est à nos portes !

Les rapports de l’étude sont disponibles sur le site Internet du ministère du Tourisme au :

Les Motoneiges Géro