Les motoneigistes s’améliorent, mais rien n’est gagné

Liste des hôteliers

Malgré le fait que la sécurité à motoneige soit de plus en plus respectée dans les sentiers de la région de Québec, il semblerait que bien des progrès restent à faire pour assurer la sécurité des enfants qui s’adonnent à des randonnées familiales. C’est une question de vie ou de mort.

« Les fins de semaine, nous rencontrons souvent des papas qui se promènent avec leur enfant assis à l’avant entre leurs jambes. Si ces pères irresponsables avaient une collision avec un autre véhicule, leur enfant servirait alors de coussin gonflable. Il sauvera la vie du père et il décédera sur le coup », affirme Pierre-Louis Pelletier, directeur de la sécurité pour le Club de motoneigistes Le Sapin d’Or, qui compte 1400 membres, dont 36 patrouilleurs.

« La motoneige est un sport de plus en plus familial. Il n’est pas rare de voir un parent avec un ou deux petits enfants assis en avant et en arrière de lui. Même s’il désire être prudent, c’est interdit et dangereux. Il reste beaucoup de sensibilisation à faire de ce côté », a renchéri Éric Vonkleinforgen, responsable des agents de sentiers pour le Club de motoneige le Petit Sentier de Saint-Émile, comptant 500 membres et une dizaine d’agents.

Même son de cloche du côté de Robert Sansoucy, chef patrouilleur du Club de motoneige de la Jacques-Cartier, qui compte 1 500 membres et 15 patrouilleurs. Ce dernier remarque aussi régulièrement des motoneigistes qui se promènent à deux sur une motoneige d’une place ou à trois sur une motoneige qui compte deux places. Ce qui met en danger la vie des passagers.

Vitesse
Hormis la conduite à motoneige non sécuritaire avec des enfants, Martin Dionne, sergent responsable de l’unité des motoneiges de 11 policiers de la Ville de Québec, croit qu’en ce qui concerne la vitesse, des progrès restent également à faire : « Il y a plusieurs endroits où les motoneigistes doivent avancer à 30 km/h et non à 70, comme c’est souvent le cas. Il faut donc faire des opérations radars. Mais ça demeure difficile à contrôler. Il faut être au bon endroit, au bon moment ».

Enfin un balado 100% motoneige!

Améliorations
M. Dionne a tout de même remarqué une nette amélioration depuis quelques années pour tout ce qui touche le véhicule. Les équipements sont en bon état, les gens ont leur permis de conduire et ils sont équipés correctement, selon lui. M. Pelletier, lui, a constaté que les gens sont de plus en plus respectueux des terrains privés.

« En général, les motoneigistes adoptent une conduite beaucoup plus sécuritaire qu’il y a quelques années. La randonnée en motoneige est devenue un sport davantage de promenade et familial », a conclu M. Vonkleinforgen.

Lire tout l’article…

Auberge du Draveur - Motoneige