Les parcs et réserves sont une des solutions!

Liste des hôteliers

Dépenser 350 000 $ pour de nouvelles pistes de motoneige dans les Monts Valin démontre une fois de plus que la décision prise par le gouvernement laisse à désirer. Comme dans la majorité des dossiers politiques ou le gouvernement manque de vision, il agit ici encore sans prendre en considération les pour et les contre du dossier.

Cet argent dépensé pour contourner le Parc des Monts Valin devrait venir en aide aux sans abris, construire des logements sociaux, réparer nos routes, former des médecins et des infirmières… Il me semble que de permettre à quelques centaines de personnes de monter au Pic en raquette, ne justifie pas l’injection d’une telle somme?

Dans nos parcs, sans dépenser une cenne, il y a des milliers de kilomètres de routes carrossables l’été qui n’attendent que les surfaceuses l’hiver. Les autos, les motos, les autobus et les véhicules récréatifs y circulent librement tout l’été. Pourquoi pas la motoneige?

En 2007, il a été démontré scientifiquement par des études environnementales sur le réseau routier du parc Yellowstone que la motoneige a très peu d’impact sur la qualité de l’air, la faune et la flore comparativement à la circulation des véhicules en été. Ces études ont aussi démontré que la pratique responsable de la motoneige dans le parc Yellowstone est une activité touristique et économique essentielle pour la conservation des emplois et la qualité de vie des gens de la région.

Les parcs et réserves du Québec sont sous utilisés. L’hiver, des centaines d’installations, de gîtes et chalets sont fermés ; ce qui nous coûte une fortune en entretien. Toutes ces infrastructures en hibernation ne servent absolument à rien. Elles sont reliées entre elles par un réseau formidable de routes qui hibernent eux aussi.

Il me semble que ça saute aux yeux. Qu’est ce que le gouvernement attend pour rentabiliser ces installations l’hiver? Au lieu d’injecter nos impôts dans l’aménagement de nouvelles pistes, rentabilisez donc les infrastructures existantes! C’est simple.

Les motoneigistes sont des citoyens. Ils payent des taxes et des impôts. De ce fait, ils ont droit, eux aussi, tout comme les visiteurs motorisés en été,  à l’usufruit des parcs et réserves. Il n’y a aucune raison pour justifier l’exclusion de la motoneige dans les parcs et réserves.

Le début de la saison de motoneige 2021-2022 approche rapidement !

Créer une classe de citoyens distincte et classer les motoneigistes dans une catégorie différente est discriminatoire. La conscience environnementale de préservation des aires naturelles des motoneigistes se compare à la conscience de n’importe quel autre citoyen qui paie des taxes et des impôts, et qui utilisent les parcs et réserves à des fins récréo-touristiques.

L’industrie de la motoneige a fait des pas de géant dans la production de moteurs verts et silencieux. Les avancées environnementales de l’industrie sont comparables à ce qu’il y a de plus innovateur dans tous les secteurs industriels confondus. L’argumentation contraire n’est que démagogie et mensonge.

Au lieu de dépenser de l’argent à créer de nouvelles pistes,  à couper des arbres, à bâtir des ponts et à détruire l’environnement, pourquoi ne pas optimiser et rentabiliser ce qui existe déjà?