Limite de vitesse en motoneige à 70 km/h au Québec, vraiment ?

Limite de vitesse en motoneige à 70 km/h au Québec

À l’aube de la seconde partie de la saison de motoneige, je désire vous faire part de ma réflexion concernant un sujet très sensible, la limite de vitesse en motoneige au Québec. J’ouvre ici une boîte de Pandore qui risque de m’attirer bon nombre de critiques… Je vous invite à lire toute ma réflexion avant de me dire si je suis dans le champ ou si vous partagez ma vision.

Si vous pratiquez la motoneige en sentiers, ou ailleurs, vous vous êtes sans aucun doute posé la question d’où vient cette limite. Sachez que depuis 1997, la vitesse est limitée à 70 km/h en sentiers. Je me pose donc la question suivante : pourquoi 70 km/h et pas 80 km/h ou même 90 km/h ?

Si la réalité de l’époque rendait logique l’imposition d’une telle limite, est-ce toujours le cas en 2019 ? En plus de 20 ans, bien des choses ont changé. Les motoneiges sont plus sophistiquées avec des suspensions et des conduites beaucoup plus efficaces et précises. De plus, les équipements de surfaçage permettent d’avoir des sentiers plus sécuritaires. 

En consultant la Loi sur les Véhicules Hors-Route (VHR), à l’article 27 j’ai été surpris d’y lire que dans certains cas, cette limite pourrait être de 90 km/h. Hé oui ! Alors, pourquoi une limite de 70 km/h en sentiers surfacés ?

La sécurité avant tout !

L’objet de ma réflexion n’est pas de créer des circuits de course ou de remettre en cause la sécurité de tous les motoneigistes, mais plutôt de comprendre et de m’interroger sur la pertinence de limiter la vitesse à 70 km/h partout. Qui ne s’est pas déjà permis de rouler 80, 90 ou même 100 km/h dans une ligne droite, lorsque la visibilité le permet et que le sentier est beau ? Je ne connais personne qui ne l’a pas déjà fait au moins une fois. 

Chalet Le Rustik - Motoneige

Je roule souvent au Nouveau-Brunswick et il n’y a pas de limitation de vitesse proprement dite. Est-ce plus dangereux ? Est-ce que je roule à des vitesses excessives dans cette province ? Non, pas le moins du monde. Je connais mes limites comme la plupart des motoneigistes. Je roule à la vitesse où je me sens en plein contrôle de ma monture tout en gardant scrupuleusement ma droite dans le sentier. Au Nouveau-Brunswick, lorsque les conditions le permettent, il n’est pas rare de rouler à 100 km/h et même quelques fois un peu plus. C’est permis, alors pourquoi pas ? 

À lire
C’est comment vivre dans l’une des villes les plus enneigées des États-Unis ?

D’un autre côté, au Nouveau-Brunswick, ce n’est pas un « bar ouvert » et les motoneigistes doivent rouler en gardant le plein contrôle de leur véhicule. Si un agent de la GRC ne vous donne pas de contravention pour excès de vitesse, il peut vous en donner un pour conduite dangereuse !

Les insouciants et les limites de vitesse

Le vrai danger, ce sont les gens qui roulent comme si le sentier leur appartenait ou au-delà de leurs limites ou celles de leur monture… Ceux qui ne sont pas capables de garder leur droite en tout temps et qui mettent leur vie et celle des autres utilisateurs en danger. Ils sont là, ils existent et les panneaux de 70 km/h aussi… Et pourtant, on pouvait voir récemment dans les nouvelles que les policiers avaient interceptés un insouciant à 150 km/h dans le sentier. C’est ce genre de comportement le danger. Que le panneau indique 70 km/h ou 90 km/h ne change pas grand-chose au bout du compte si l’on désire enrayer ce type de comportement.

Arrêtons de se mettre la tête dans le sable (ou dans la neige)

Lorsqu’on analyse les flottes des fabricants, dites-vous que ceux-ci conçoivent des motoneiges qui répondent aux demandes et exigences des consommateurs, c’est-à-dire nous ! On demande aux fabricants des motoneiges munies de moteur de plus en plus puissant… Ce qui se vend le plus, c’est les modèles de 150 HP et plus. Pourquoi ? Pour se limiter à rouler 70 km/h ? Soyons sérieux 5 minutes ! Un grand nombre de motoneigistes peuvent vous dire quel est le top speed de leur véhicule alors, ils ont dû l’essayer quelque part non ?

À lire
Coups de cœur Polaris 2021 de Denis

Que devrait-on faire au Québec alors ?

Sur le réseau de sentiers, il y a plusieurs endroits où la limite de vitesse est moins de 70 km/h. Il y a des raisons de sécurité pour cela et cela ne devrait pas changer. Par exemple, dans un sentier étroit et sinueux, il n’est pas rare de voir la limite passer à 50 km/h et même 30 km/h lorsque la situation l’exige. C’est d’autant plus important près des maisons ou zones habitées où la limite est souvent de 30 km/h. C’est correct, on comprend tout cela. 

Cependant, lorsqu’un tronçon de sentier le permet, ne pourrait-on pas faire passer cette limite à 80 ou même 90 km/h ? Je serais vraiment surpris qu’on voie le nombre d’accidents augmenter.

Alors, pourquoi ne pas faire un projet pilote de 2 ou 3 ans dans une ou plusieurs régions de la province, sur des tronçons de sentiers qui répondraient à une liste de critères bien précis ? Par la suite, si tout se passe bien, la Loi sur les Véhicules Hors-Route (VHR) pourrait être amandée au besoin afin de faire passer la limite de l’article 27 à 100 km/h pour la motoneige.

Kimpex - Motoneige

Billets d’infraction versus la sécurité ?

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi les opérations radar étaient presque toujours localisées en plein milieu d’un long bout droit, au bas d’une pente ou ce genre d’endroits ? Pour notre sécurité ? Bien, voyons donc ! Comment le fait de donner un billet d’infraction à un motoneigiste qui roulait 88 km/h peut-il sensibiliser celui-ci à rouler prudemment alors qu’il est assis sur un engin de plus de 150 HP ? Au mieux, il ne sera pas trop frustré…

À lire
Accélérateur intelligent iTC à câble

Si on doit sensibiliser les motoneigistes à rouler plus prudemment, il faut choisir les endroits où les accidents sont plus susceptibles d’arriver. Les petits sentiers étroits et sinueux par exemple seraient un bon début. La sécurité est l’affaire de tous et la majorité des gens roulent avec leur tête heureusement. Alors, pourquoi s’acharner sur ceux-ci et ne pas s’attaquer au vrai problème soit ceux qui roulent dangereusement ? Notre sport s’en porterait sans doute beaucoup mieux !