Pelletage et motoneige au conseil de ville

Liste des hôteliers

Même s’il habite sur l’avenue Desneiges, un citoyen de Rouyn-Noranda ne semble pas beaucoup apprécier certains aléas de l’hiver.

Raymond Bourgouin s’est adressé au conseil municipal lors de l’assemblée publique du 13 janvier pour discuter de pelletage et de circulation des motoneiges dans le secteur du Pétro-Canada du boulevard Québec.

«J’ai reçu une lettre disant qu’on ne peut pas déposer notre neige de l’autre côté de la rue. Ça fait pourtant 30 ans qu’on le fait; on a la permission du propriétaire du terrain privé où on va mettre notre neige», a-t-il affirmé.

Le directeur général de la Ville, Denis Charron, a répondu qu’il est strictement interdit (sous peine d’amende) de traverser la rue pour aller déposer sa neige de l’autre côté. «C’est une question de sécurité, a-t-il indiqué. Si on donnait la permission pour une rue, il faudrait la donner partout, ce qui serait trop dangereux. On ne peut pas dire oui à un et non aux autres», a ajouté M. Charron.

motoneigistes - circulation en ville

"On ne peut quand même pas leur tirer dessus!"

Saisissant la balle au bond, M. Bourgouin a invoqué une question de sécurité pour demander à la Ville de sévir contre les motoneigistes qui circulent illégalement dans son secteur, estimant que c’est bruyant et dangereux. «J’en ai arrêté un l’autre jour et j’ai fait venir la police, mais la police n’a rien fait, a-t-il soutenu. J’espère que vous allez régler le problème. Ça dure depuis des années.»

Denis Charron a donné raison au citoyen sur ce point. La police pourrait donc être appelée à surveiller le secteur un peu plus étroitement. «Je vais contacter le chef de police là-dessus, a assuré M. Charron. Le problème, c’est que la police doit prendre les fautifs sur le fait pour sévir. On ne peut quand même pas leur tirer dessus!», a mentionné le directeur général dans son langage coloré.

motoneigistes - circulation en ville

La mairesse suppléante Sylvie Turgeon (qui remplace le maire Provencher durant ses vacances) a pour sa part l’impression que des motoneigistes empruntent un raccourci dans le secteur des maisons mobiles pour aller faire le plein d’essence au Pétro-Canada. «C’est aussi une question de tolérance de la population, a-t-elle signalé. Les motoneigistes doivent être respectueux des règles et on comprend la frustration des gens si les motoneiges vont trop vite, mais on croit que ça peut aller si ça roule tranquillement.»

© Photo de couverture: Dominic Chamberland : Le directeur général de la Ville de Rouyn-Noranda, Denis Charron.

Auberge du Draveur - Motoneige