Pourquoi Yamaha ne produit plus ses propres moteurs deux-temps ?

Pourquoi Yamaha ne produit plus ses propres moteurs deux-temps ?

En 2021, avec l’arrivée du moteur 2 temps de 800cc dans les tout nouveaux Mountain Max et Transporter chez Yamaha, de nombreux motoneigistes se posent la question; pourquoi le fabricant japonais ne fabrique-t-il pas un nouveau moteur 100% Yamaha ?

Retour de Yamaha dans le monde de la montagne - Mountain Max 2021
Yamaha Mountain Max 800 2021

Nous avons eu l’occasion de poser la question aux gens de Yamaha il y a quelques jours dans le cadre du Snowshoot 2021. Il faut d’abord comprendre que les ventes mondiales de motoneiges pour l’ensemble des quatre fabricants se situent tout juste au-dessus de 100 000 unités annuellement. 

Le deuxième facteur à tenir en compte est le coût astronomique qu’exige le développement d’un moteur de nos jours. En effet, avec les différentes normes environnementales, on ne conçoit plus un moteur à partir d’un petit dessin sur le coin d’une «napkin». Ceci exige le travail d’une équipe de plusieurs ingénieurs pendant quelques années et également des milliers d’heures de tests en laboratoires ainsi qu’en sentiers. 

Ainsi, le coût de développement d’un moteur s’ajoute à celui de la fabrication de ce dernier. Plus on construit d’unités d’un moteur et plus petite sera la portion du coût réservée à rembourser la conception de celui-ci. Ceci explique probablement pourquoi Yamaha conservait ses moteurs de nombreuses années au sein de sa flotte.

Motoneige Yamaha moteur 800

Dans un marché de plus en plus compétitif, avec des technologies de pointe de plus en plus présentes, il est clair qu’il serait hasardeux pour la division motoneige de Yamaha de se lancer dans une telle entreprise.

iGrip - Motoneige

La meilleure solution pour Yamaha était donc de se tourner vers un moteur déjà existant en particulier si celui-ci offrait de bonnes performances et avait démontré sa fiabilité. Le choix d’utiliser le moteur 800 C-TEC2 de Arctic Cat était donc logique dans ces circonstances. De plus, pour Arctic Cat, ceci lui permettait d’amortir ses coûts de développement de ce moteur puisque celui-ci serait utilisé dans plus de motoneiges.

À lire
Coups de cœur Polaris 2021 de Denis

Il est clair qu’à court ou moyen terme, Yamaha et Arctic Cat resteront présents dans le monde de la motoneige, mais pas de façon indépendante comme on le voyait dans le passé. La réalité de l’industrie de la motoneige d’aujourd’hui ne leurs permettent tout simplement pas de pouvoir rester compétitifs avec les autres fabricants. Par contre, en unissant leurs forces et leurs expertises respectives, ils pourront développer de nouveaux produits. L’arrivée du SX Venon et de la famille des Blasts en est un bel exemple puisqu’il s’agit, selon ce que j’ai pu en comprendre, d’un projet commun où les ingénieurs des deux fabricants ont travaillé de concert.

Motoneige Yamaha SX Venon 2021
Yamaha SX Venon 2021

À quoi pourrait-on s’attendre pour l’avenir ?

Les deux fabricants sont présentement en mode de réduction de leurs inventaires de modèles non courants respectifs. Chez Yamaha, on dit avoir atteint les objectifs et pour Arctic Cat, on nous dit être en voie d’y arriver. Avec moins d’unités invendues en stock, les fabricants auront probablement accès à plus de liquidités pour travailler sur le développement de nouveaux modèles. Pour ma part, je ne serais pas surpris de voir arriver une nouvelle plateforme aussi tôt qu’en 2022. Celle-ci serait équipée de la famille des moteurs C-TEC2 ainsi qu’un tout nouveau moteur 4 temps dans la gamme des 135 à 160 hp.

À partir de cette éventuelle nouvelle plateforme, chacun des fabricants pourrait personnaliser leur offre de modèles. Ils pourraient aller plus loin encore dans cette personnalisation afin que les purs et durs puissent s’identifier de nouveau à leur marque préférée.

À lire
Yamaha 2022 – Un prudent retour vers la normale

D’ici là, on peut continuer à profiter de notre sport préféré !

Bonne fin de saison !