Ski-Doo revient en force dans les moteurs 4 temps.

Liste des hôteliers

Le 31 janvier dernier BRP annonçait son retour dans le monde du 4 temps en nous présentant le tout nouveau moteur Rotax 4-TEC 1200. Cette annonce a pris un peu tout le monde par surprise puisque quelques jours auparavant le fabriquant québécois introduisait un nouveau moteur deux temps à injection directe (Direct Injection ou DI) soit le Rotax 600 E-TEC. Puisque les moteurs à injection directe permettent de diminuer grandement la consommation d’huile et améliore substantiellement l’efficacité du moteur au niveau de la combustion, la majorité des motoneigistes croyaient que BRP continuerait de nous offrir une flotte de motoneige propulsée exclusivement par des moteurs deux temps. Le constructeur de Valcourt nous réservait une grande surprise !


Rotax 4-TEC 1200

Pourquoi offrir des 4 temps ?
Lors de l’introduction du Rotax 4-TEC 1200 le Directeur du Marketing, M. François Tremblay,  mentionnait que malgré l’intégration, sur les motoneiges Ski-Doo, de plusieurs technologies rendant les moteurs 2 temps de Rotax plus propres, plus économiques et comparables à bien des aspects aux moteurs 4 temps, de plus en plus de motoneigistes délaissaient les deux temps pour les quatre temps. Qui plus est, ce segment de consommateurs désirait des motoneiges à moteur 4 temps capables de performances similaires à celles propulsées par des moteurs deux temps.

M. Tremblay poursuivait en indiquant que BRP se devait d’offrir une alternative aux motoneigistes qui ne considéraient que les moteurs 4 temps dans leurs liste d’achat. Les ingénieurs de Rotax se sont alors mis au travail afin de concevoir un moteur 4 temps robuste, fiable, économique, écologique, performant et surtout aussi léger que possible… Le résultat est un tout nouveau moteur conçu spécifiquement pour les motoneiges Ski-Doo soit le Rotax 4-TEC 1200!

Et voici le Rotax 4-TEC 1200
Le Rotax 4-TEC 1200 est un moteur qui a été conçu à partir de zéro… Ce moteur de 3 cylindres en ligne possède deux arbres à came (Dual-overhead cams) ainsi qu’un arbre agissant comme contre balancier. L’alimentation d’essence se fait par injection électronique.

Le Programme Ski-Doo P.A.S.S. finance plus de 500 000 $ de projets

Contrairement à ses prédécesseurs (V-1000 et V-800) qui ciblaient la classe des moteurs 500cc (2 temps), le 1200 4-TEC est un moteur de performance et vise spécifiquement la classe des moteurs 600cc ou 130HP. Selon BRP, ce moteur est le meilleur dans cette catégorie et offre :

  • Le meilleur torque
  • La plus large bande de puissance
  • La puissance maximale à un rpm plus bas (130HP à 7750 rpm)

De plus, combiné à la plate-forme REV-X nous sommes en présence des motoneiges 4 temps les plus légères offertes présentement sur le marché.

Ce moteur à carter sec (Dry Sump) possède une lubrification forcée et est équipé de 3 pompes retournant l’huile au réservoir soient deux pompes pour le carter et une autre pour le magnéto. En effet une autre fonction de l’huile est qu’elle est utilisée afin de refroidir le magnéto. Celui-ci est conçu afin d’offrir plus de puissance électrique à bas régime.


Réservoir d’huile à droite (avec la sonde) et carter sec à gauche

Nouveau reculons  ?
Le reculons électronique Rotax (RER) de son coté ne peut pas s’appliquer à un moteur à quatre temps puisqu’il ne peut tourner que d’un sens. Alors les ingénieurs de BRP ont dû concevoir un reculons mécanique en appliquant la même philosophie que celle qui a été mise en place lors du développement de la plate-forme REV-X soit «couper tous les grammes possibles au niveau du poids.» Et ils ont réussi !

En effet le nouveau reculons mécanique comprend seulement 8 pièces comparativement à 27 sur le V-800. Ceci a permis de faire passer le poids de celui-ci de 7,9 livres à seulement 4 livres. C’est pratiquement 50% d’économie de poids.

Pour le pilote le fonctionnement a été grandement simplifié… Il suffit de faire basculer un petit levier légèrement vers l’arrière et le tour est joué ! Sur les modèles plus luxueux on retrouve un mécanisme électrique permettant d’engager et désengager la marche arrière… Il suffit alors de presser sur le même bouton que les motoneiges équipées du reculons électronique (RER).

Concours Gagnez un voyage de 4 jours en motoneige

Entretien du 4-TEC 1200
Les communiqués émis par BRP indiquent que les changements d’huile (et filtre) devront se faire aux 3000km. Par contre lors des présentations les ingénieurs nous indiquaient qu’il est possible que la fréquence soit moins grande… En effet, il est possible que les changements ne soient nécessaires qu’aux 5000km et peut être plus !


Flèche rouge : démarreur électrique.
Flèche jaune : Magnéto

Afin de simplifier le changement d’huile, le moteur ne comprend que d’un seul bouchon de drainage. Les motoneiges équipées des moteurs 4-TEC auront donc un trou d’accès au-dessous de la motoneige vis-à-vis le bouchon de drainage. De plus le filtre à l’huile est très accessible facilitant son remplacement lors des vidanges.

Du coté des valves, aucun ajustement n’est prévu avant 20000km. Ici aussi les ingénieurs ont réussi à couper au niveau du poids et également à réduire le niveau sonore du moteur en «empruntant» une technologie provenant du monde de la Formule 1. En effet le moteur 4-TEC est équipé de «Finger-Follower» (Voir image et note ci-dessous)


Flèches rouges : Technologie venant de la Formule 1 soit l’utilisation de «Finger-Follower». Ces petits leviers permettent une diminution significative du poids au niveau des cames et des valves tout en diminuant le bruit émis par le moteur. 

Essai du moteur Rotax 4-TEC 1200.
Lors du dévoilement aux médias des motoneiges Ski-Doo 2009 nous avons la chance de pouvoir faire les essais de ce moteur sur deux motoneiges différentes soient la GTX-SE ainsi que la MXZ-1200 X. Nous publierons au cours des prochains jours des articles à propos des essais sur chacun de ces modèles. Naturellement nous commenterons plus en détails le comportement de ce moteur!


Moteur 4-TEC 1200 bien en place dans le châssis REV-XR. Contrairement au moteur E-TEC 600 qui est «assis» dans le châssis, celui-ci est suspendu.