À 17 ans, la Québécoise Sabrina Blanchet brûle les étapes en motoneige

Liste des hôteliers

Sur les traces de grand-papa

Elle est surnommée la «Danica Patrick» de la motoneige. Et pour cause! Dans ce monde d’hommes, Sabrina Blanchet ne souffre d’aucun complexe.

L’adolescente de 17 ans s’est même payé le luxe hier, de remporter la deuxième course de qualifications devant un certain Jacques Villeneuve dans la catégorie Pro Champ, l’épreuve-reine du Circuit Pro Tour.

«C’est avec les meilleurs, dit-elle, que je vais m’améliorer. C’est la seule façon de savoir si je suis en mesure de performer à leur niveau.»

Maintenant à sa première saison complète en classe Pro Champ, Sabrina Blanchet, de Québec, a brûlé les étapes ces dernières années. Sa première victoire dans la cour des grands est proche.

 Sabrina Blanchet en action

Son rêve est évidemment de remporter la course la plus prestigieuse de la saison, du moins au Québec, le Grand Prix de Valcourt, où, à sa première tentative, l’an dernier, elle avait été incapable de se qualifier pour la finale.

«C’est sûr que ce serait un bel exploit que de gagner à Valcourt!» poursuit-elle.

Plus de 50 ans en compétition

Sabrina Blanchet a été initiée à la motoneige dès l’âge de sept ans, influencée par son grand-père, Gaston Ferland, un des pionniers de la spécialité, qui a fait la pluie et le beau temps à Valcourt et ailleurs.  
«Je célèbre mes 51 ans de compétition de motoneige, dit Ferland, âgé de 72 ans. Je cours depuis 1963 et je n’ai jamais arrêté.»

Malgré de nombreux accidents, dont un très grave il y a deux ans, Ferland ne compte pas raccrocher son casque.

«Tant et aussi longtemps que je ne suis pas une nuisance sur la piste, je vais continuer.»

À Roberval, en 2011, il a été éjecté de son bolide et, après sa chute, un rival est venu le percuter à haute vitesse. On lui a diagnostiqué 14 côtes cassées.

À l’Hippodrome de Québec, en 1978, il avait subi une fracture de la cuisse.

«Ç’aurait pu être encore plus grave cette fois-là. Le choc a été terrible», rappelle-t-il.

Ferland ne participe plus à la catégorie principale du Pro Tour depuis plusieurs années, mais plutôt à la classe Semi Pro Formula 500, où la concurrence est également très forte.

Une histoire de famille

Tandis que les trois enfants de Ferland, Martine, Marlène et Marco, sont impliquées de près ou de loin dans la motoneige, d’autres petits-enfants veulent également suivre les traces du grand-père.

Un des fils de Marco, Samuel, âgé de 13 ans, devrait participer à une des épreuves de soutien du Grand Prix de Valcourt dans quelques semaines. L’autre, Michaël, aide grand-papa à préparer sa motoneige dans les paddocks.

Le fils de Marlène, Jean-Philippe, est quant à lui signaleur pour les courses.

Et si Martine veille au bien-être de sa fille Sabrina, le papa, Réjean, est bien placé pour la conseiller puisqu’il a fait sa marque, jusqu’à la fin des années 1990, comme pilote aux Régates de Valleyfield, dans la catégorie Grand Prix.