Au pays de l’Or blanc: Étape 4 Amos- Senneterre 150 Km

Liste des hôteliers
Après une bonne nuit de sommeil et un bon déjeuner,  je rencontre notre guide pour la journée, Lucien Bouchard,  le président du club d’Amos, personne qui a cœur son club motoneige et qui donne beaucoup de temps pour que le club ait de belles qualités de sentiers et aussi sécuritaires. Aujourd’hui j’ai une visite toute spéciale entre Senneterre et Amos, le refuge à Pageau. 
 
 
Température de -10oC et la neige est au rendez-vous, sentier encore impeccable et surtout avec la neige,  le décor est féérique.   Nous faisons quelques kilomètres et on bifurque vers un champ pour ensuite arriver au refuge.
 
Historique
 
Le refuge à Pageau  a vu le jour en 1986, car son propriétaire  Michel Pageau qui était trappeur à l’époque, a décidé de changer de vocation au lieu de traquer les animaux, il a décidé de soigner les animaux blessés et réadapter ceux qu’il pouvait guérir. 
 
 
Visite Foyer à Pageau
 
Sur place,  nous avons été accueillis par le petit fils de M. Pageau, Jean-Philippe Pageau.  Ce dernier travaille au refuge depuis plusieurs années.  Il nous dit que ce n’est pas du travail mais bien une passion de travailler dans cet environnement,  il faut aimer les animaux.  A noter que le refuge venait de subir des rénovations et l’accueil,  pour recevoir les visiteurs,  était de toute beauté.  Le refuge est financé par des dons.  Après une bonne explication de Jean-Philippe,  la visite débute. Une première halte dans le secteur des loups et à ce moment-là, Jean-Philippe entre dans la cage sans protection car il avait donné le biberon à la femelle.  Dès son jeune âge, il a été accepté par la meute de loups.  Mais lorsqu’il était avec la femelle, le loup dominant s’approchait mais retournait faire sa surveillance. Quel beau moment d’avoir pu voir cette complicité que  Jean-Philippe avait avec les loups. Pour poursuivre, nous avons visité des orignaux, loutres, castors, et petits ours qui dormaient pour terminer la visite.Toute une aventure de voir ces animaux.  Jean-Philippe nous disait que lorsque les saisons changent, le comportement des animaux changent aussi. Si vous vous rendez à cet endroit pendant l’hiver,  il est essentiel de vérifier l’heure des visites sur le site www.refugepageau.ca
 
 
 
Visite terminée,  on repart vers une autre visite soit le mont vidéo,  centre de ski situé près de la ville de Barraute.  Nous avons à ce moment, changé de guide pour revenir avec Nelson Laflamme qui terminera  l’aventure avec nous. Les salutations faites au président d’Amos et on se rend sur le mont en motoneige, quelle montée abrupte, mais arrivé sur le mont il y avait un observatoire qui donnait toute une vue sur l’Abitibi Ouest.  Quelle image saisissante, un peu de photo,ensuite on repart pour aller dîner au centre de ski,  belle vue sur les pentes, bon repas et aussi bon service. 
 
 
Notre appétit soulagé,  on se dirige pour notre destination finale de la journée soit Senneterre.  Vous me direz que je me répète, mais je trouve que depuis La Sarre, les sentiers sont des autoroutes et aussi très larges et très bien entretenues et des panneaux d’indication à profusion .
 
Les bottes Grenier
 
Par la suite, nous avons fait un arrêt au village de Barraute, le magasin Grenier où il confectionne des bottes d’hiver en peau d’animaux.  Je peux vous dire que ceux qui on froid en motoneige,  vous n’avez qu’à vous procurer cette paire de botte et vous n’aurez plus froid. L’expérience a été faite, ma conjointe, porte ces bottes depuis plusieurs années. Je ne savais pas que ces bottes venaient de cette petite entreprise familiale qui a un produit international.  J’ai eu la chance de visiter les installations et la confection est d’une qualité remarquable. 
 
 
 
Fin de journée
 
Arrivés près de Senneterre, on fait une halte dans un petit relais chauffé et très propre.  Nelson me disait qu’un bénévole du club de Senneterre & Barraute  s’occupe de ce relais et c’est son bébé.  Il est fier que les motoneigistes arrêtent et donne leurs impressions dans son livre qu’il place à l’entrée.
 
Un arrêt de quelques minutes et on repart pour notre destination finale. Le sentier venait d’être surfacé.   Arrivés à Senneterre vers 16 h, on se rend au Motel Bel Villa, nous sommes bien accueillis par la propriétaire Denise Duval.  On prend possession de nos chambres à l’arrière du motel et on place nos motoneiges en toute sécurité .  Un bon repas et une bonne nuit de sommeil.   Notez qu’il n’y a pas de restaurant au motel, mais les restaurants sont à deux minutes du motel.
 
Samedi 18 février température de -14oC
 
Dernière étape soit 5e  Senneterre – Val-D’Or
 
Pour cette journée, Nelson avait fait descendre sa conjointe pour qu’elle fasse la dernière journée avec nous ce que nous avons beaucoup apprécié. Départ vers 10 h,  nous n’avions pas beaucoup de route à faire, mais une petite journée en couple pour terminer cette belle aventure. Le trajet était différent,  nous avons traversé quelques lacs, mais bien sécuritaires. Les sentiers contournaient aussi plusieurs rivières  et le paysage un peu toundra des épinettes minces et sans vie, mais l’autre partie du décor nous faisait oublier ces épinettes. Arrivés près de Val-d’Or, un petit relais bien entretenu et chauffé une petite halte et ensuite on repart pour quelques kilomètres où nous terminons notre aventure avec un sentiment de mélancolie, mais toute une aventure. 
 
 Randonnée terminée
 
On donne l’accolade à notre chef de route Nelson Laflamme qu’on surnomme, le ministre de la motoneige, mais il porte bien son nom, car pendant toute la semaine, j’ai bien compris pourquoi la motoneige se porte si bien en Abitibi.  Nelson est un rassembleur et une personne intègre.  Lorsque vous lirez cette chronique, Nelson aura terminé son mandat de 8 ans comme représentant de la fédération et il laisse une région  en bonne situation.   Bravo pour son implication et bonne retraite comme administrateur.
 
Un gros merci à tourisme Abitibi-Témiscamingue pour votre invitation.  Un merci spécial à celle qui a organisé mes journées avec Nelson Laflamme, l’administrateur pour la Fédération des clubs de motoneigiste du Québec, Nicole Gaulin et aussi mes guides et bénévoles.  Pour des informations sur la région,  vous pouvez consulter le site web. www.tourisme-abitibi-temiscasmingue.org 
Appréciation
 
Soyez assurés motoneigistes que cet hiver,  faites- vous un devoir de vous rendre dans la belle région de l’Abitibi-Témiscamingue pour y découvrir des   sentiers de toute beauté et aussi bien entretenus.  Il n’est pas nécessaire d’être un motoneigiste expérimenté pour faire de la motoneige dans cette belle région du Québec. Faites-vous un devoir de vous procurer la carte des sentiers de la région et faites-vous un itinéraire pour la saison prochaine.  Bonne saison.
 
Que nous réserve Yamaha pour 2023 ?
Les Motoneiges Géro