Bilan de saison : Yamaha RS Vector L-TX 2012

Liste des hôteliers
Au moment d’écrire cet article, l’été est déjà bien entamé et avec le mercure qui oscille autour des 25ºC, la saison de motoneige passée semble très loin pour la majorité d’entre nous. Cependant, les souvenirs de mes randonnées au guidon du Yamaha RS-Vector L-TX demeurent très présents dans ma mémoire.
 
 
La version 2012 du RS-Vector offre plusieurs nouveautés par rapport aux modèles des années antérieures. Ces nouveautés ont pour objectif d’améliorer le confort du pilote et l’expérience de conduite. La grande amélioration est sans contredit l’ajout de la Direction Assistée Électronique aussi appelée DAE. Ce système, qui avait été introduit sur la gamme des modèles APEX 2011, suscite beaucoup d’intérêt et est très apprécié de la part des conducteurs de motoneige qui en ont fait l’essai. La suspension avant et la conduite ont aussi été améliorées en allongeant la distance de chasse et en utilisant de nouveaux amortisseurs au gaz à haute pression (GHP) qui sont 20% plus légers. De nouveaux skis moulés conçus avec une quille plus profonde complète les améliorations à la conduite. 
 
Toujours dans le soucis d’améliorer l’expérience de conduite, un nouveau pare-brise, similaire à ceux que l’on retrouve sur les modèles APEX,  équipe les Vector. Celui-ci offre une meilleure protection contre le vent et les intempéries.
 
Tout cela est bien beau sur papier mais ce qui nous intéresse vraiment c’est de savoir comment se comporte cette motoneige dans les sentiers… Alors, allons-y !
 
Tous les motoneigistes qui ont déjà eu l’occasion de conduire un RS-Vector 2012 sont unanimes: le système DAE améliore de façon très significative la conduite par rapport aux modèles des années passées.  En effet, le niveau d’effort requis pour tourner le guidon est grandement réduit. En fait, on peut pratiquement prendre un virage en n’utilisant que deux doigts par main sur le guidon. On ressent un sentiment de légèreté de l’avant. Cela facilite la négociation des virages et diminue la fatigue après une longue randonnée.
 
 
L’utilisation de skis ayant une quille plus profonde a pour objectif d’améliorer la précision de la conduite dans les virages. Le design de ceux-ci étant plus «agressif», on serait tenté de croire que la motoneige sera plus susceptible à faire plus de «ski-lift» dans les virages en comparaison avec les modèles des années passées. Ce n’est pas vraiment le cas. Il arrive que le ski intérieur se soulève dans les virages serrés, mais lorsque cela arrive, cela se fait de façon prévisible et le pilote demeure en contrôle du véhicule.
 
Le RS-Vector est équipé du Genesis 120FI qui est l’un des meilleurs moteurs quatre temps de l’industrie. Sa grande fiabilité en fait un facteur important à considérer lors de son achat surtout si vous comptez conserver votre motoneige plusieurs années. Je dois avouer que ce qui me séduit d’avantage de ce moteur, ce sont ses performances en sentier. Il offre une très bonne puissance pour une motoneige de cette catégorie. Le couple est impressionnant et présent peu importe le régime du moteur.  De plus, les reprises sont pratiquement instantanées. Les poulies offrent une transfert en douceur de la puissance du moteur à la chenille.
 
La suspension arrière Mono Shock II CK du RS-Vector travaille généralement très bien et offre un confort adéquat en sentier. La suspension avant à double delta indépendants accepte les bosses sans broncher!
 
Le poste de pilotage permet au conducteur une position de conduite plus traditionnelle. Cette position procure un bon confort particulièrement pour de longues randonnées en sentier. Cependant, certains pilotes de grande taille mentionnent qu’un siège plus haut ou des marchepieds plus bas seraient appréciés. 
 
 
Les cadrans sont faciles à consulter dans toutes les circonstances. Les contrôles sur le guidon sont bien disposés. Par contre, sur les cadrans, les boutons d’ajustement de l’affichage sont relativement petits et difficiles à opérer lorsque la motoneige est en marche. Des contrôles d’affichage positionnés sur le guidon seraient une belle amélioration.
 
La famille des RS-Vector a connu au fil des ans plusieurs améliorations qui en font des modèles matures du point de vue des caractéristiques et des performances. Bien que le châssis DeltaBox  soit éprouvé, une refonte de sa plateforme qui adopterait les tendances observées au cours des dernières années dans l’industrie serait, selon moi, bien reçu de la part de la communauté motoneigiste.
 
Au cours de la saison, j’ai fait plusieurs randonnées quotidiennes sur de longues distances. Ceci m’a permis de pouvoir porter mon attention sur l’expérience de conduite ainsi qu’au niveau de fatigue ressenti après ces randonnées. Ce qui en ressort, c’est que le RS-Vector L-TX 2012 est une motoneige qui performe très bien sur de longues distances en sentier et cela avec aisance et sans fatigue particulièrement au niveau des bras ou des épaules. 
 
Le RS-Vector est relativement économique avec une consommation moyenne pour ma saison de 15,4 litres au 100 km (18,5 mpg) et cela sans modifier ma façon de conduire. Je suis assuré qu’il serait très facile d’obtenir une consommation moyenne autour de 12,5 litres au 100 km (22,5 mpg) en gérant l’accélérateur de façon plus conservatrice.
 
 
En conclusion, le RS-Vector L-TX de Yamaha est une motoneige de sentier qui est en mesure de procurer une très bonne expérience de conduite à une grande majorité de motoneigistes
 
Essai printanier du Ski-Doo Mach Z 2022