Découvrez un sentier moins fréquenté

Liste des hôteliers
Tout le monde peut suivre la foule sur les sentiers les plus achalandés, mais comme plusieurs fervents de motoneige le savent, c’est souvent sur les sentiers moins fréquentés que l’on trouve les meilleures conditions, l’hospitalité, les beautés naturelles et les expériences marquantes.

Dans cet article, je vais partager avec vous une belle découverte que je viens de faire.  Je vous invite à explorer les plaisirs des sentiers moins fréquentés.  Vérifiez votre quantité d’essence, choisissez un sentier orange pour votre prochaine sortie et surveillez les nouveautés! 

Pour commencer, j’ouvre une petite parenthèse.  Je ne suis pas un écrivain professionnel et je connais peu l’art de l’écriture. Je suis un motoneigiste.  Il est possible que vous me dépassiez lors d’un essai ou que vous me voyiez dans n’importe quel relais à travers le Québec.  Je connais la pratique de la motoneige, son histoire, la liberté, la passion, la camaraderie, les amitiés et la beauté qu’elle procure.  Je suis exactement comme vous, tout simplement invité à parler des produits du monde de la motoneige et de mes expériences.
 

Lors de ma première randonnée de la saison 2012 effectuée entre Noël et le Jour de l’An, mon groupe s’est promené dans les magnifiques Monts Valin, au-dessus du majestueux Fjord du Saguenay.  J’ai découvert cette région au fil des ans et j’ai la chance d’avoir de bons amis ici et de beaux souvenirs aussi. 

Alors que le Québec manquait de neige en début de saison et qu’un grand nombre de motoneigistes cherchaient un endroit pour se promener, c’était tout un défi que d’éviter les sentiers endommagés par le grand nombre de randonneurs.  C’était le moment tout désigné pour découvrir des sentiers moins fréquentés.  Lors de l’une de nos promenades, nous nous sommes dirigés vers les Monts Valin Ouest pour nous arrêter au relais d’Onatchiway, propriété de mon ami Daniel Mercier.  Pour plusieurs, cette région constituait un endroit moins achalandé, mais ce n’était que le début.  On nous a parlé d’un relais qui avait été ouvert pour l’hiver, situé à environ 112 km (70 milles) direction nord sur une piste panoramique.  Il s’agit de la pourvoirie du réservoir Pipmuacan.  En regardant sur une carte, vous verrez que le réservoir Pipmuacan est la grande étendue d’eau au-dessus d’Onatchiway.  On m’a dit que son volume d’eau était plus grand que celui du Lac St-Jean et qu’on y retrouvait plus de 300 îles.  Je vous en reparle plus loin, quand nous y serons.
 

C’est un parcours facile, sans difficulté ni danger.  On fait le plein puis on quitte à partir du stationnement du relais d’Onatchiway, pour emprunter le sentier menant au barrage Onatchiway.  L’entrée du sentier se trouve à l’opposé du stationnement par où vous êtes entrés en provenance du Bras-Louis ou du lac La Mothe.  C’est bien indiqué, vous verrez.  Ce sentier va descendre au chemin et le barrage sera droit devant vous.  En traversant le dessus du barrage, vous verrez le panneau indiquant le kilomètre 40 (si ma mémoire est bonne).  De toute façon, vous allez continuer sur ce sentier large et facilement identifiable jusqu’au kilomètre 104, donc à environ 70 km ou 42 milles d’Onatchiway.   Aussi, tout au long du parcours, vous verrez des panneaux annonçant Pipmuacan.  Juste après le panneau du kilomètre 104, tournez à gauche et vous quitterez la piste principale.  Quand j’y étais, il y avait aussi un panneau qui indiquait l’embranchement et qu’on était à 24 km (15 milles) de notre destination.  On me dit que ce sentier sera entretenu au complet sur une base régulière et j’y ai d’ailleurs vu le bon équipement requis pour bien faire l’ouvrage. 

Le relais est petit mais confortable et offre un spécial du midi et de l’essence.  Vu sa localisation éloignée, le prix de l’essence est en conséquence.  Je n’avais jamais payé aussi cher le litre d’essence, mais si on songe à son acheminement jusqu’ici juste pour notre usage, c’est plutôt une aubaine.  Je vous suggère de prendre seulement la quantité d’essence nécessaire pour votre retour à Onatchiway, où le prix est plus bas.

La pourvoirie Pipmuacan est située sur un emplacement magnifique au bord du réservoir; les oiseaux volent jusque dans votre votre main. Pipmuacan met aussi à votre disposition 3 petits chalets sommairement équipés pour passer la nuit.  Dans celui que j’ai vu, il y avait des lits superposés pouvant accueillir jusqu’à 5 personnes et une salle de bains complète.  Le chalet était chauffé au propane et comprenait aussi un petit poêle à bois.   On m’a dit qu’un forfait incluant 1 souper, 1 coucher et 1 déjeuner coûtait 125 $. Comme je l’ai déjà dit, c’était le minimum comme installation et je ne crois pas que je voudrais faire de ce site éloigné ma destination finale de fin de randonnée.   
 

Le personnel de Pipmuacan était sympathique et accueillant.  Yvon était le patron et Denis s’occupait de l’essence.  La cuisine grande ouverte et propre était sous le contrôle d’un cuisinier à l’allure professionnelle et nous avons bien aimé le porc servi comme spécial du midi à 18 $.

Alors, voilà l’histoire d’un sentier moins fréquenté.  C’était nouveau, plaisant et les conditions étaient excellentes.  www.reservoirpipmuacan.com 

Si vous préférez prendre un chemin de retour différent, non entretenu celui-là, en quittant Pipmuacan, tournez à gauche après 24 km lorsque vous rejoignez le sentier principal par où vous êtes venus.  Si vous suivez ce sentier principal non entretenu, vous verrez bientôt que les panneaux indiquant les kilomètres vont en descendant.  Au kilomètre 68, vous allez prendre à droite et vous reconnaîtrez peut-être un panneau indiquant que vous êtes sur la partie supérieure du Bras-Louis qui rejoint le sentier principal entretenu numéro 267 au kilomètre 28.  Selon votre niveau d’essence, vous pourriez suivre le Bras-Louis tout le long en descendant jusqu’à la station de ski Valinouët, ou tourner à gauche sur le sentier 267 au kilomètre 28 et continuer vers l’Auberge du km 31 et le relais La Chapelle.
 
Une première journée portes ouvertes réussie chez André Hallé et Fils de Rimouski!
Les Motoneiges Géro