Douche d’eau froide pour les motoneigistes

Liste des hôteliers
Dame Nature devait envoyer une vraie bordée de neige, mardi soir. Mais la neige qui s’est transformée en pluie a eu l’effet d’une douche d’eau froide sur les motoneigistes qui espèrent fortement le début d’une vraie saison d’hiver.

La rareté de la neige fait en sorte qu’aucune piste n’est ouverte en Mauricie et au Centre-du-Québec. Mais au Club de motoneige de la Mauricie, on ne désespère pas.

«On garde le moral. Ça prend juste une bonne bordée de neige et tout est parti», lance Yves Boucher, relationniste du club.

Le territoire mauricien est recouvert d’environ six pouces de neige. Il en faudrait au moins le double pour assurer une base intéressante.

«Ça prend de 12 à 18 pouces de neige dans les sentiers pour que les surfaceuses puissent faire leur travail, confirme M. Boucher. Ça aurait pris ce qui était annoncé comme quantité de neige, car on annonçait de 15 à 20 centimètres, et jusqu’à 40 centimètres à certaines places. On espérait beaucoup cette bordée, car les surfaceuses auraient été au travail dès ce soir (hier) et les sentiers auraient été ouverts en fin de semaine.»

Sur la rive sud du Saint-Laurent, les motoneigistes sont aussi en mode attente.

«Il n’y a rien d’ouvert. On attendait de la neige aujourd’hui (hier) et il pleut actuellement (hier matin)», se désole Chantale Beaudoin, secrétaire du Club de motoneige Riv-Bec.

Là aussi, on souhaitait que la tempête de neige annoncée se concrétise. Toutes les personnes qui participent au traçage et à l’entretien des sentiers étaient prêtes à passer à l’action.

«Je suis secrétaire du club depuis 1989 et ça fait longtemps qu’on n’a pas eu un début de saison aussi difficile, commente Mme Beaudoin. L’an passé, on a commencé deux semaines avant Noël et on pouvait se permettre de rouler dans les alentours. C’est plate, car tout le monde est en vacances. C’est le temps de faire de la motoneige, mais on ne peut pas.»

Selon Mme Beaudoin, quelques centimètres de neige recouvrent le sol dans le coin de la MRC de Bécancour. Cette région aurait besoin d’une joyeuse bordée de neige pour pouvoir lancer les activités de la saison de motoneige.

«Ça prendrait de la neige pour remplir les fossés. On aurait besoin d’une chute de 20 centimètres, comme il avait été annoncé.»

Les relais écopent aussi
Décembre sera un mois à oublier pour les propriétaires d’établissements récréotouristiques reliés étroitement à la motoneige.

Les hôtels Marineau exploitent deux centres d’hébergement à La Tuque, un à Trois-Rives et un à Shawinigan. Selon Donald Desrochers, directeur des ventes et du marketing, le retard de la saison de motoneige a un impact direct sur l’achalandage.