Est-ce que la motoneige dérange le chevreuil et le lièvre?

Est-ce que la motoneige dérange le chevreuil et le lièvre?
Est-ce que la motoneige dérange le chevreuil et le lièvre?
Motoneiges sur le sentier #75 traversant le ravage de St. Georges de Beauce.
 
Voilà une question qui pourra en intéresser plus d'un et qui mérite une réponse basée sur des études reconnues. Nous avons fait quelques recherches puisque il se dit bien des choses sur le sujet et qui ne sont pas toujours vraies et qui en plus peuvent être utilisées afin de ternir faussement la réputation de la motoneige. Les sentiers du Québec traversent de nombreux endroits fréquentés par le cerf de Virginie (chevreuil) et dans diverses régions nous pouvons les croiser directement sur les sentiers, en bordure ou dans les champs. 
 
Est-ce que la motoneige dérange le chevreuil et le lièvre?
Empreinte de chevreuil sur les sentiers en Mauricie.
 
Le cerf de virginie en règle générale se nourrit en hiver des ramilles de feuillus et se protège des grands vents dans des aires où il y a une plus grande abondance de résineux.   Quoiqu'ils soient de plus en plus nombreux dans différentes régions comme la Mauricie, le Centre-du-Québec , les Laurentides, c'est dans l'Outaouais et la Beauce qu'il est plus fréquent de les rencontrer. En Beauce, entre autre, 3 principales aires ou ravages sont traversés par les sentiers de motoneige soit le ravage de St. Georges sur le sentier Trans-Québec # 75, le ravage de St. Gédéon sur le sentier # 580 et celui d'Amstrong  près de la frontière qui conduit à Jackman (Maine). Il est presque impossible de traverser ces endroits sans en rencontrer ou sans y découvrir leur aire de broutage. 
 
Est-ce que la motoneige dérange le chevreuil et le lièvre?
Ramilles servant de nourritures aux chevreuils et orignaux qui se déplacent aisément sur les sentiers battus.
 
Est-ce que la motoneige dérange le chevreuil et le lièvre?
Suite à une récolte, la forêt devient une véritable garde-manger pour les cervidés.
 
Mais là comme ailleurs, les dérangent-on vraiment avec notre motoneige de moins en moins bruyante?
 
Voici ce que les scientifiques nous donnent comme réponses.
 
Université de Wisconsin 
Dr. Andres Soom de l'Université du Wisconsin, a participé à une étude de trois ans sur les effets des niveaux sonores de motoneiges sur des cerfs (chevreuils)  et de lapins à queue blanche. Son rapport intitulé : Émission, propagation et impacts sur l'environnement du bruit des activités de motoneiges, conclut que « seulement des réactions mineures ont été notées chez les cerfs et les lapins à queue blanche lors d'activités modérées à intenses de motoneiges. » 
 
Il a déclaré qu'il n'avait pas été possible de déterminer les niveaux sonores auxquels il y a une réaction claire de la part des cerfs « parce que les motoneiges doivent être si proches des cerfs pour produire des niveaux plus élevés que d'autres facteurs tels que la présence évidente de la motoneige… est susceptible d'être plus importante. » L'étude du Wisconsin a également comparé la réaction des cerfs à la présence des skieurs de fond. Quand les motoneiges sont remplacées par skieurs sur les sentiers d'essai, les cerfs se sont éloignés des sentiers plus fréquemment. 
 
Département de la Faune du Maine
Une étude de trois ans intitulée : Réponse des cerfs aux motoneiges et sentiers de motoneiges au Maine, conduite par des scientifiques de la faune  de la Coopérative de recherches sur la faune du Maine et le Département de des pêches d'eaux douces et de la faune du Maine, a indiqué que : 
 
Les « cerfs se reposaient au sol près des sentiers de motoneiges et s'alimentaient le long de ceux-ci même quand ces sentiers étaient employés quotidiennement par les motoneiges. En outre, des pistes fraîches ont été observées à plusieurs reprises près des sentiers peu de temps après le passage des engins, indiquant que des cerfs n'ont pas fuit la proximité de ces sentiers… La réaction des cerfs à un homme à pied diffère nettement de celle face à un motoneigiste sur sa machine… Cette tendance des cerfs de fuir à la vue d'un homme debout alors qu'ils demeurent sur place en vue des motoneigistes, suggère que les cerfs réagissent à la machine et non pas à la personne assise sur la motoneige » 
 
New Hampshire
Dans une étude intitulée : Utilisation de la motoneige et les cerfs du ruisseau Rob, réalisée par les biologistes de la faune de la Forêt nationale des Montagnes blanches du New Hampshire, les activités de motoneiges et les réactions des cerfs ont été étudiées. Un résumé de l'étude a indiqué que les déplacements des cerfs n'ont pas été affectés par la circulation intensive des motoneiges. En outre, la poursuite de l'utilisation continue des sentiers existants a été recommandée dans ce parc. 
 
Minnesota
L'université du Minnesota a publié une étude de Michael J. Dorrance intitulée : Effets de motoneiges sur les cerfs à queue blanche (chevreuil)  qui n'a trouvé aucune différence significative dans la répartition des cerfs sur le territoire  entre les périodes d'activités et d'absence de motoneiges. 
 
Le parc National de Yellowstone
Jack Anderson, un ancien surveillant  (Park ranger) du parc  national de Yellowstone, a déclaré : 
 
« Nous avons constaté que les wapitis, bisons, orignaux, et même les faons, ne s'éloignaient pas à moins qu'une machine ne soit arrêtée et qu'une personne se lève et marche. Tant que vous étiez assis sur la machine et que la machine fonctionnait, ils n'ont jamais prêté attention à celle-ci. Si vous arrêtiez la machine, en descendiez et commenciez à vous déplacer, alors là c'était une autre histoire. La chose qui a semblait les déranger était un homme marchant à pied. » 
 
Il faut en conclure qu'à la lumière de ces études, le chevreuil tout comme le lièvre ne semble pas dérangé outre mesure par la motoneige et qu'il est plus craintif de la présence humaine à pied et même en ski de randonnée.  Peut-être que le résultat de ces études, mis entre mauvaise  mains d'écolos- extrêmes fera naitre un mouvement pour interdire les marcheurs et skieurs des forêts habités par le cerf et le lièvre! Les animaux s'adaptent mieux à certaines situations hélas que certains humains. Cette capacité d'adaptation nous démontre que quelques humains sont beaucoup moins tolérant que le cerf, le lièvre, même si l'on dit qu'ils pourraient descendre du singe. Comme quoi les humains comme les animaux n'ont pas tous les mêmes capacités et certains sont plus faible que d'autres.
 
Qu'en dites-vous?