Le Président du club de motoneigistes du Saguenay, Jules Tremblay est heureux que le dossier du mont Apica soit réglé. Il ne peut malheureusement pas en dire autant du sentier qui passe par Ferland-et-Boilleau.
 
L’accessibilité du sentier de motoneige entre Ferland-et-Boilleau et Charlevoix est compromise. La municipalité est dans l’impasse puisque l’un des propriétaires des lots privés traversés par le sentier refuse d’accorder un droit de passage, et ce, malgré les offres de dédommagements offerts par la municipalité et le Club de motoneigistes du Saguenay.
 
En entrevue téléphonique, la mairesse de Ferland-et-Boilleau, Carmen Simard, a lancé la serviette, car elle ne voit pas de solutions de rechange à court terme. «On n’a pas d’autres solutions parce qu’il est trop tard dans la saison pour se virer de bord», a indiqué Mme Simard. Le propriétaire des lots concernés, Martial Tremblay, les aurait informés il y a deux semaines qu’il ne voulait plus que le sentier traverse son lot.
 
«Normalement, le chemin tracé passe sur ses lots privés et il n’y avait jamais eu de problèmes par le passé, relate la mairesse de Ferland-et-Boilleau. Il nous avait bien dit qu’il n’y aurait pas de problèmes cette année, mais il a changé d’idée et il refuse que le sentier passe par là. Il fait du développement et il dit qu’il va travailler dans les chemins cet hiver. Que c’est aussi pour des questions de sécurité, parce que les acheteurs vont aller sur leurs terrains en raquette et travailler sur leur terrain. C’est un non sens. On sait tous que l’hiver, on ne fait pas de travaux dans les chemins»,
 
Les efforts déployés pour en venir à une entente sont restés vains. «Le Club de motoneigistes du Saguenay avait accepté de dédommager les propriétaires du secteur forestier et la municipalité participait aussi. Mais malgré ça il ne veut pas parce qu’il dit que ça nuit à son développement. On a tout tenté pour essayer de dénouer l’impasse. La directrice générale a beaucoup discuté avec lui, et moi, je lui ai téléphoné. Je l’ai presque supplié, mais il ne veut rien savoir», soutient Mme Simard.
 
La mairesse explique qu’il y aurait peut-être eu une possibilité d’aménager un autre sentier, mais cela commanderait des travaux de débroussaillage trop importants et le temps manque.
 
Président du club de motoneigistes du Saguenay, Jules Tremblay a indiqué que devant l’impasse, son organisation devra installer des pancartes pour aviser les motoneigistes de la situation. «Au lieu de passer par Ferland-et-Boilleau, ils devront prendre la 83 au lieu de la 383 pour passer par Saint-Félix-d’Otis. Sur la Zec Brébeuf, les deux sentiers se séparent. L’un va vers Saint-Félix, Chicoutimi et les monts Valin, et l’autre, vers Ferland-et-Boilleau et Jonquière. Ceux qui se dirigeaient vers Jonquière vont devoir faire un détour. C’est tannant parce que nous pouvions faire un arrêt pour l’essence à Ferland-et-Boilleau», explique M. Tremblay.