Keven Kelley carbure aux gaz de motoneige

Liste des hôteliers

Keven Kelly de Shipshaw est pompier à Saguenay, mais il est aussi mordu de courses de motoneige, un sport extrême dans lequel il a déjà su se faire un nom.

Keven Kelly connaît beaucoup de succès comme pilote de motoneige sur le circuit provincial snocross SCMX

Sur le circuit SCMX de snocross, il occupait d'ailleurs, fin janvier, la troisième place au classement général de la catégorie «stock un» et la cinquième en «stock deux», après les épreuves de Plattsburg et de Louiseville qui réunissaient des coureurs américains. « Je suis très satisfait de mon début de saison. Lors de mes deux premières courses j'ai battu les meilleurs coureurs américains en qualification et fini premier parmi les Québécois ce qui m'a donné beaucoup de points », fait remarquer le jeune homme de 27 ans qui a aussi décroché une première position et une quatrième lors du programme présenté à Jonquière le 1er février dernier.

Pourtant, Kelly en est seulement à sa deuxième saison de courses sur le circuit SCMX. L'an passé, il a connu beaucoup de succès en remportant le titre de la classe «stock un» en plus de finir deuxième dans le groupe «stock deux». Couronné champion de la division sport, il a donc gradué, cette année, en classe «pro lite» où les coureurs sont nettement plus aguerris. « J'ai gagné à ma première année et j'espère faire de même cette année de façon à me retrouver chez les pros l'an prochain. Ça me permettrait de courir avec une machine modifiée et de me mesurer aux gros noms tels Allard, Asselin et compagnie », mentionne encore celui qui pilote un modèle ski-doo de Bombardier dont il prend un soin jaloux.

Préparation

Il avoue d'ailleurs passer au moins une quinzaine d'heures par semaine au garage de l'entreprise Isolation Lebel à préparer sa machine avant chaque week-end de compétition. « Pour être compétitif, il faut une motoneige impeccable et bien réglée. Les embrayages (clutch) sont particulièrement importants, car ils permettent de bons départs. Pour gagner, il faut courir avec un couteau entre les dents, être audacieux et éviter les bris mécaniques qui font souvent la différence », assure le citoyen de Shipshaw qui veille aussi se garder en excellente forme physique, car les épreuves de sauts en motoneige sont fort exigeantes.

Précisons que Keven Kelly, un Almatois d'origine, porte les couleurs de l'écurie Isolation Lebel avec, notamment, les membres de la famille Lebel que sont Jonathan, Jordan, Dylan et Noémie Lebel. Sa conjointe Kim Tremblay, une jonquiéroise de 21 ans, en fait aussi partie, car elle partage la même passion pour la motoneige.

«On passe nos hivers en participant à sept ou huit compétitions dont la plus intéressante est celle de Valcourt qui attire toujours de nombreux coureurs et plus de 10 000 spectateurs », note enfin le sympathique kamikaze qui sera encore au Grand Prix de Valcourt les 14, 15 et 16 février prochains. L'an passé, il y avait décroché une intéressante quatrième place parmi un contingent de 43 coureurs.

Motoneiges Ski-Doo