La FCMQ appui conditionnellement la réforme proposée

Liste des hôteliers

À l’occasion de son témoignage devant la Commission parlementaire  sur les véhicules hors route, la FCMQ tient à féliciter la ministre déléguée aux transports, madame Julie Boulet qui a retenu les principales recommandations des motoneigistes lors de sa tournée de consultation en 2005. « Toutefois, il s’agit d’un appui conditionnel, c’est un premier pas qui en nécessitera d’autres, déclare le directeur général de la FCMQ, Raymond Lefebvre ».

Parmi les mesures retenues par la Ministre dans son document d’orientation, mentionnons la protection et la pérennité des sentiers de motoneige, l’implantation des tables de concertation régionales, incluant un comité consultatif provincial et l’engagement d’une ressource attitrée dans chaque région pour la coordination des travaux d’aménagement permanent du réseau.
Enfin, mentionnons la contribution financière promise par le gouvernement, la création d’une escouade spéciale d’agents de surveillance bénévoles ainsi que plusieurs mesures concernant les règles de conduite, le respect de l’environnement et de la quiétude des citoyens dans une perspective de développement durable.

Les demandes de la FCMQ
Les réserves de la fédération se situent au niveau du territoire couvert par la réforme. Seuls les sentiers interrégionaux feront l’objet de travaux, alors que les sentiers locaux et régionaux sont tout aussi importants, parce qu’ils donnent accès aux points de service et aux infrastructures récréotouristiques. Par ailleurs, au niveau de la sécurité, la FCMQ s’inquiète de l’imprécision du rôle de la Sûreté du Québec et des forces policières municipales, sur certains aspects, notamment le contrôle des droits d’accès et des normes sur les silencieux. Tout  ceci, afin d’éviter que cette tâche repose uniquement sur le travail des patrouilleurs bénévoles.

« Quant au financement de l’entretien du réseau, nous demandons à la ministre une subvention récurrente d’un million de dollars annuellement, afin de faire face à des investissements lourds liés à l’aménagement des sentiers. Cela nous apparait équitable si l’on tient compte du fait que les motoneigistes contribuent directement une somme annuelle de 16 millions $ pour l’achat de droits d’accès et une surcharge des droits d’immatriculation. Rappelons que le réseau de motoneiges génère chaque année 134 millions de dollars en taxes et revenus fiscaux de toutes sortes », insiste le directeur général de la FCMQ.

Murdoch Masters : la 5e édition de la grande compétition de motoneige et de snowbike

En terminant, soulignons la volonté de tous les membres de la Fédération de respecter les nouvelles normes proposées permettant la cohabitation harmonieuse entre les résidents et les motoneigistes. «Nous sommes persuadés qu’avec la compréhension, l’ouverture et les engagements annoncés du gouvernement, ainsi que les mesures et le financement proposés dans notre mémoire, le Québec a tout ce qu’il faut pour devenir rien de moins que la référence mondiale pour une pratique de la motoneige qui soit la plus respectueuse des riverains et de l’environnement, dans un réseau unique au monde » conclut M. Raymond Lefebvre.
 
Par ses interventions, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec travaille au développement et à la promotion de cette activité pratiquée par près d’un million de Québécoises et de Québécois et qui génère 1.5 milliard $ en retombées économiques annuellement. La Fédération regroupe 228 clubs représentant plus de 100 000 membres.

Grâce à l’appui de 4 000 bénévoles, les clubs affiliés à la Fédération gèrent la vente des droits d’accès pour les  32 000 kilomètres du réseau québécois et veillent au développement, à l’aménagement, à l’entretien, à la signalisation et à la sécurité de ce réseau. On peut obtenir plus d’informations en consultant le site Web www.fcmq.qc.ca.

RENSEIGNEMENTS :  Raymond Lefebvre Hugo Delorme
 (514) 252-3076 (514) 843-1908

Les Motoneiges Géro