La motoneige; encore acceptable ou pas?

Liste des hôteliers

Depuis le début décembre l’Université de Sherbrooke met en place un outil permettant de suivre les tendances des consommateurs de plus en plus préoccupé par une consommation responsable des produits. Les médias feront dorénavant état de ces enquêtes et ces tendances et feront un suivi de ce nouveau baromètre de la consommation responsable.

Le baromètre nous informe qu’effectivement la majorité des consommateurs ont changé beaucoup leurs habitudes de consommation au cours des dernières années notamment en achetant beaucoup plus de produits écolos, équitables, biologiques et ce par respect pour l’environnement et leur santé. Les québécois consomment mieux mais sont aussi sensible au recyclage. Le succès des bacs bleus démontre l’implication des gens, les tendances et leurs nouvelles consciences environnementales.

 Les enquêtes démontrent également que les consommateurs ont favorisés l’achat de bien réutilisable, durable, pouvant être recyclés, moins toxique pour l’environnement lorsqu’ils doivent choisir un produit parmi d’autres. Aussi les gens sont très préoccupés à réduire leurs consommation d’énergie et renoncent  de plus en plus à l’achat de produits ou services qui ne parviennent pas à minimiser leur empreinte écologique. La baisse de la consommation d’essence préoccupe la majorité des gens.

 Dans ce courant de pensées et cette tendance marqué, les gens, à chaque jour, vont à l’épicerie avec leurs sacs réutilisables, utilisent leurs bacs de recyclage, utilisent des ampoules fluo compactes, des piles rechargeables,  s’assurent que leurs véhicules seront moins énergivore, s’assurent que les nouveaux appareils ménager sont certifiés Energy Star. Ils consomment des fruits et légumes de saison et d’ici, du papier essuie-tout et du papier hygiénique fait de fibres recyclés, des produits d’entretiens verts, biodégrables, sans phosphore. Pour leur santé, les consommateurs exigent des aliments sans traces de pesticides, des viandes sans traces d’antibiotiques, etc.

Toutes ces nouvelles habitudes de vies font qu’il est dans la suite prévisible de dénoncer tout ce qui est contraire à cette tendance maintenant bien ancré chez la majorité des gens. La vieille motoneige bruyante et fumante n’est plus tolérable et devient une belle cible pour cette majorité de consommateurs de plus en plus environnementalement responsables.

La première « vraie » tempête de neige est à nos portes !

Voilà pourquoi l’industrie de la motoneige et les utilisateurs doivent aussi suivre cette tendance et changer leurs images. Tout comme l’automobile, les produits ont et continueront techniquement d’évoluer. Pas plus qu’il est question d’éliminer l’automobile, les fabricants de motoneiges offrent des produits qui s’ajustent afin de respecter ces tendances.  Ils n’auront pas le choix de continuer sans quoi la motoneige sera de plus en plus contestée.

Les habitudes de conduites doivent aussi changer. Le respect de la tranquillité des gens par l’utilisation de motoneiges plus silencieuse, l’élimination de la conduite agressive en dehors des sites aménagés pour la course, le respect de la propriété, de la proximité, des gens, des habitats fauniques doivent maintenant être une préoccupation constante pour l’utilisateur.

Les pêcheurs ont appris à respecter les limites de capture, puis dans un deuxième temps à remettre à l’eau une partie de leurs prises. Ils ont compris que s’était une question de pérennité pour la pratique de leur sport. Les motoneigistes devront passer par des changements aussi importants et ce rapidement sans quoi les accès aux territoires se fermeront et les contraintes deviendront insupportables, le grand réseau deviendra de plus en plus hachuré puis disparaitra.

 Il vaut mieux s’adapter que disparaitre. Les motoneigistes ne sont certes pas des dinosaures.  
  
     

Les Motoneiges Géro