La Pratique d’un Sport Extrême dont la motoneige FreeStyle ou hors-sentier

Liste des hôteliers
On dit souvent que pratiquer les sports extrêmes, jouer avec les éléments et risquer sa vie est étroitement lié à une histoire d’émotions, à un sentiment enfoui au fin fond de nous, c’est un besoin de faire monter l’adrénaline pour faire le vide dans sa tête.

Obtenir Le Respect De L’autre
 
Qu’il soit extrême ou pas, la pratique d’un sport à haut niveau est avant tout un plaisir, une passion puis pour certains une manière de gagner sa vie. Mais que se cache-t-il réellement derrière le fait de jouer avec sa vie en pratiquant des sports risqués ?

Certains spécialistes diront qu’il s’agit d’un manque lié à l’enfance, un manque d’attention de la part des parents par exemple. En se jetant du haut d’une falaise pour faire du base-jump, un homme attirera forcément l’attention sur lui et s’il réussit ce sera un soulagement pour les parents et l’entourage.
 
Le sportif aura alors prouvé son existence à travers une activité que le commun des mortels ne peut pas faire, il mérite ainsi le respect de sa famille et de ses proches pour l’acte qu’il vient d’accomplir et cela lui permet alors de combler un vide du passé grâce à l’immense reconnaissance du présent.
 
Félix Baumgartner, le seul homme à avoir franchi le mur du son
 
Nous ne connaissons pas l’enfance de Felix Baumgartner, passionné de base-jump, de wingsuit et qui a même sauté de la stratosphère dans le seul et unique but d’être le premier homme à franchir le mur du son dans une combinaison pressurisée. Il explique que ses exploits ne sont pas liés à son enfance ou à un mal être intérieur, mais simplement qu’il est "né pour voler", c’est d’ailleurs "encré" en lui sur son avant-bras.
 
 C’est donc pour lui une manière de se surpasser et de faire avancer la science au péril de sa vie. "C’est le jeu" dit-il. Alors s’agit-il d’une véritable passion pour les activités aériennes ou bien d’une douleur enterrée au fin fond de son cœur, tellement profond qu’il se refuse d’en parler ?

Un Appel De La Nature
 
Nous venons de prendre l’exemple de Félix Baumgartner, mais il existe des milliers de personnes sur terre qui pratiquent les sports extrêmes. Cela va du vélo downhill avec des descentes incroyablement dangereuses comme sur le Red Bull Rampage, aux records en apnée où là il s’agit de se concentrer mentalement et qui exige une préparation physique hors du commun.
 
 
Sans oublier le surf où la moindre erreur peut être irréversible. Dans des interviews de surfeurs, nous lisons souvent la même chose: "c’est l’appel de l’océan". Il ne s’agit donc pas d’un malaise psychologique, mais bel et bien d’un appel de la nature. Dans le cas du surf, c’est l’envie d’aller plus loin à chaque fois, de prendre une nouvelle vague pour faire encore mieux, pour passer quelques mètres de plus sur sa planche. Voir une belle vague bien formée, devenir de plus en plus grande jusqu’à ramer et enfin, se retrouver dessus. En cas de chute, se retrouver dans le rouleau peut être fatal, mais finir sa vie en pratiquant sa passion est sans doute la plus belle des manières de quitter ce monde. C’est ce que répondront les grands sportifs comme les amateurs.

Les Sports Extrêmes Pour Oublier
 
D’autres psychologues insistent sur le fait que la pratique d’un sport extrême est un exutoire, oui tout à fait. Tout le monde sait ce qu’est une peine, un abandon ou encore un chagrin d’amour. Ces sentiments qui nous fendent le cœur en deux et nous torturent l’esprit à chaque seconde…
 
 
Certains liront pour échapper à cette souffrance, d’autres se retrouveront entre ami(e)s ou iront au frigo pendant que d’autres préfèreront aller faire un saut en parachute, rouler à moto ou faire du ski hors-piste… Cela afin de vivre un moment d’évasion où il faut être plus que concentré et où les émotions n’ont pas leur place.
 
Le FreeStyle demande une confiance à toute épreuve pour tourbillonner sous des machines très pesantes
 
C’est une manière d’oublier le négatif pendant quelques secondes ou quelques minutes. Rien de bien surprenant me direz vous, mais flirter avec la mort et ressentir l’adrénaline monter est tellement excitant et permet vraiment d’oublier ses peines, que ça en devient très vite une addiction, comme la drogue pour certains ou l’alcool pour d’autres…
 
Le sport, c’est être en contact avec la nature, faire du sport c’est assouvir une passion et laisser faire le destin avec toujours un contrôle humain derrière, sans conséquences directes sur la santé.
 
Alors que vaut-il mieux pour échapper à ses douleurs intérieures ?
 
Faire ce que l’on aime quand on le veut ou se détruire la santé tout en perdant le contrôle petit à petit ?