La SQ et les clubs patrouillent les sentiers du Bas-Saint-Laurent

Liste des hôteliers

La SQ et les agents patrouilleurs de la Fédération québécoise
des motoneigistes rappellent les règles de sécurité à
observer afin de prévenir les décès en motoneige qui
sont de plus en plus nombreux au Québec.

Les motoneigistes ne doivent pas consommer d’alcool avant de prendre le guidon,
respecter la limite de vitesse maximale de 70 km/h, emprunter les sentiers
balisés par les clubs de motoneige et éviter les plans d’eau
et les chemins publics. Les relevés du bureau du coroner en chef indiquent
clairement que la consommation d’alcool, la vitesse excessive et les imprudences
sont les causes principales de collisions mortelles.

L’agente Nathalie Deschênes signale que deux décès sur
trois se produisent hors sentier et que 20% des accidents mortels ont lieu
sur un plan d’eau. L’année dernière, la pratique de la motoneige
a causé 30 décès au Québec, dont six par noyade.
Au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, il y a eu un seul décès
en 2003-2004, mais sept en 2002-2003. Le poste de la SQ à Rimouski
compte cinq patrouilleurs affectés à la surveillance des sentiers
de motoneige alors que le Club sportif populaire du Bas-Saint-Laurent compte
18 agents de surveillance qui donnent de l’information et font des vérifications,
mais qui ne peuvent émettre de contraventions.

Plus de 200 000 $ pour la construction d’un pont et l’amélioration de la sécurité en motoneige dans les Hautes-Laurentides
Auberge du Draveur - Motoneige