L’agriculture et la motoneige : similitudes.

Liste des hôteliers

Le marché de la motoneige est fragile car tout son réseau repose sur l’implication de milliers de bénévoles et sur son vaste réseau sur des droits de passages en dehors des grandes forêts publiques. Ces droits de passages et ces bénévoles sont à reconquérir chaque année afin de faire  renaître le vaste réseau touristique et maintenir les milliers d’emplois. L’entreprise privée, soit les pourvoyeurs de services, sont des joueurs de premier plan dans cette économie touristique qui joue un rôle névralgique en région. Cette industrie contribue ainsi à la création de la richesse collective.

En agriculture vers la fin des années 70, les agriculteurs ont obtenus du gouvernement une Loi  permettant de mettre leurs terres à l’abri des spéculateurs, leurs garantissant ainsi la stabilité nécessaire afin de pouvoir développer leur production en étalant les investissements dans le temps. Cette Loi sur la protection des terres agricoles tant demandée leur a enfin été concédée.
L’industrie québécoise du tourisme d’hiver compte actuellement beaucoup de petites entreprises tout comme l’était les fermes d’alors. Tout comme eux, leur survie est parfois fragilisée par les conditions d’instabilité. Les auberges, restaurants, pourvoyeurs, distributeurs créent et maintiennent beaucoup d’emplois. Ils génèrent de l’activité économique. Qui plus est, ils attirent des dollars étrangers et des euros qui font profiter notre économie.

  La stabilité des réseaux de pistes de motoneige est identifiée depuis très longtemps comme une faiblesse de l’industrie touristique. Tout comme l’ont connu les fermes, il est difficile pour l’industrie de planifier, faire un plan d’affaire, emprunter et investir quand tout le réseau de motoneige repose sur des droits de passages qui sont remis en question d’année en année.

Le monde agricole a bien compris que la stabilité est le fondement de la planification et du développement. Il devrait être naturel de pouvoir obtenir d’eux le même genre de garantie pour les droits de passages sur leurs terres.

Nouveauté : le casque CKX Contact

 Dans les années qui ont suivi les années 70, les agriculteurs ont obtenus le droit de produire puis la stabilisation des prix. Aujourd’hui, 40 ans plus tard, le monde de la motoneige les appuient et les respectent dans leurs revendications pour conserver ces droits que les gouvernements veulent diminuer. Un bon retour d’ascenseur pour l’industrie touristique tout entière serait d’obtenir du monde agricole une meilleure stabilité en termes de droit de passage et contribuer au maintien de milliers d’emplois et de PME.

La cohabitation harmonieuse s’appuie sur le bon échange de service. L’économie n’en sera portera que mieux!

Auberge du Draveur - Motoneige