Le loup solitaire se joint à la meute

Le loup solitaire se joint à la meute

En participant à l’édition 2016 du Snow Shoot à West Yellowstone au Montana du 2 au 8 mars derniers, j’ai franchi une étape importante dans ma vie de chroniqueur. De loup solitaire que j’avais toujours été au cours des dernières décennies, je suis devenu un membre de la meute de Motoneiges.ca.

Dès le départ, j’ai bien senti que les choses seraient complètement différentes. Désormais, je pouvais compter sur une équipe qui n’avait qu’un seul but : informer adéquatement les amateurs de motoneige sur ce qui se passera en 2016 avec les différents modèles de chacun des fabricants. Me retrouver ainsi au sein d’une bande de joyeux lurons, très conscients de la chance qu’ils avaient de se retrouver à West Yellowstone pour découvrir ces nouveaux modèles, représentait pour moi une aventure bien spéciale.

Il faut dire ici que d’avoir la chance de se retrouver dans les Rocheuses américaines, dans un décor de rêve, aux commandes de modèles que personne n’a eu la chance de piloter auparavant, c’est enivrant. Comme le disait si bien un des membres du groupe, c’est un peu comme se retrouver dans les séries de la Coupe Stanley.

Une logistique importante

Pour arriver à tirer le maximum de notre séjour, le capitaine Denis Lavoie avait préparé notre présence de main de maître. Avant même de quitter le Québec, chacun d’entre nous savait exactement quel était son mandat durant l’aventure du Snow Shoot.

Il faut mentionner ici que durant les cinq jours de notre présence sur le site, rien ne devait être laissé au hasard parce qu’une tonne d’informations vous est fournie de la part de chacun des fabricants. En l’espace d’une journée, il faut amasser les informations techniques que chacun nous présente à tour de rôle. Pas beaucoup de répit entre les différentes présentations qui nous sont faites depuis les installations de chacun des fabricants. En quelques heures, nous sommes inondés de données techniques qui ont été réalisées durant des semaines et des mois de travail par des ingénieurs.

Vous n’avez donc pas intérêt à « dormir sur la switch », comme le veut l’expression populaire. Vous avez une chance et une seule. Il est vrai qu’il est possible de poser des questions durant les autres journées, mais comme ces dernières sont consacrées aux essais en sentier et en hors-piste, le temps est compté. C’est à ce moment-là que l’importance d’une bonne logistique prend tout son sens.

Les essais sur le terrain

Une fois la journée technique terminée, après une bonne nuit de repos, c’est le début de la grande parade des essais qui débutent dans un ordre très précis. Il est prédéterminé par Motoneiges.ca qui a fait parvenir la liste des différents modèles à essayer, selon les journées. Nous nous retrouvons tour à tour sur des modèles de sentier, de hors-piste, hybrides, tout ce qui peut se fabriquer et qui sera offert en 2016.

Les journées sont longues. Parfois l’énergie manque à certains moments, mais comme nous sommes dans un paradis et que nous avons la chance d’essayer ces petits bijoux, le jeu en vaut la chandelle.

Une chose plutôt surprenante pour moi pour l’évènement 2016, c’est le manque flagrant de neige qui nous oblige à la plus grande prudence lors de nos déplacements. Les représentants de chacun des fabricants insistent beaucoup sur l’élément prudence surtout au départ du site. Il faut attendre d’être en altitude pour trouver des conditions potables mais loin des conditions idéales que nous avions au cours des années précédentes. Hé oui, même dans le Montana les hivers peuvent être plus cléments. À un certain moment, nous avions plus l’impression d’être à la fin du printemps, que toujours en hiver. Pourtant, pour notre arrivée à West Yellowstone, nous avions eu droit à un bon blizzard de neige qui rendait les conditions routières très difficiles.

Honnêtement, lors des essais de motoneige de montagne, ce fut une déception de ne pas pouvoir trouver ces immenses étendues de neige poudreuse où normalement, nous pouvions nous éclater à fond. Il fallait les découvrir.

Un rendez-vous pour les 2017

Maintenant, je ne souhaite qu’une seule chose, retourner pour la présentation de la cuvée 2017, en mars prochain, dans ce petit paradis qu’il est toujours difficile de quitter.

Même si les journées sont longues, très longues même puisqu’une fois les randonnées terminées, il faut se retrouver dans sa chambre pour trier les photos, monter les images vidéos et écrire des textes de présentation pour vous, les amateurs de motoneige qui aimez bien savoir ce qui sera disponible pour la prochaine année.

Au fil des ans, il y a un élément qui n’est jamais disparu pour moi, c’est la passion de ces machines à neige qui nous procurent tant de sensations et de satisfaction lorsque l’on se déplace en hiver à des endroits où seule la motoneige peut nous conduire. J’ai toujours l’impression d’avoir 15 ans, alors que je faisais mes débuts sur cet engin merveilleux. Rien ne pourra remplacer une motoneige pour s’amuser et découvrir l’hiver québécois d’une belle façon. Merci à l’équipe de Motoneiges.ca, Denis Lavoie, Marc Thibeault, Greg Gilbert, Steve Gaudreau et Yves Therrien de m’avoir permis de partager cette autre aventure inoubliable en motoneige au pays des Cowboys.