Le plus vieux motoneigiste en Beauce ?

Liste des hôteliers
La motoneige est un sport pratiqué par plusieurs gens en Beauce. Même si aucun recensement n’est fait pour connaître l’âge des usagers, Édition Beauce croit avoir trouvé un des plus vieux, sinon le plus âgé des conducteurs de motoneige de la région en la personne de Normand Rodrigue. Il vient d’ailleurs de s’acheter un nouvel engin à 83 ans !

M. Rodrigue est originaire de Saint-Jean-de-la-Lande et y a vécu toute sa vie en compagnie de son épouse Jeanne D’Arc Grenier. Camionneur pendant 36 ans, celui-ci possédait également une petite cabane à sucre appartenant aujourd’hui à deux de ses fils. Ayant pris sa retraite en 1990, Normand Rodrigue est un homme possédant encore une excellente santé et un précurseur du développement d’un intérêt pour la motoneige en Beauce.

« En 1970, un magasin faisait des démonstrations pendant une journée plein air. Je suis tombé en amour avec ce sport en achetant une première motoneige Olympic ou Nordic. J’ai commencé à pratiquer tardivement, car la famille nous occupait beaucoup avec nos six enfants. J’ai possédé 14 motoneiges dans ma vie, dont seulement un ou deux appareils de seconde main », précise Normand Rodrigue.

Ce qui impressionne en premier lieu chez les propos de ce dernier est le nombre d’excursions auxquels il a participé avec des amis. Si l’industrie du voyage en motoneige est aujourd’hui développée à plein escient avec des sentiers bien aménagés, ce n’était pas nécessairement le cas dans les années 1980 et 1990. Au cours de ces décennies, M. Rodrigue a effectué notamment des voyages sur plusieurs jours dans les Cantons-de-l’Est, le Bas-Saint-Laurent et les Laurentides.

« Lorsqu’on se rendait à Saint-Raymond, c’était pour un minimum de cinq jours, car on pouvait utiliser sept sorties différentes sans jamais passer par les mêmes sentiers. Mon plus beau voyage a duré six jours dans les environs de Mont-Laurier où on avait traversé entre autres la Montagne du Diable. En 1992, on a passé par Fort Kent (Maine) et nos motoneiges avaient carrément priorité dans le village ! Nous avons fait plusieurs milles sur un rail de chemin de fer dans la région d’Allagash où de la parenté avait déjà travaillé dans le bois comme bûcherons », stipule Normand Rodrigue.

Lors de cette expédition, lui et ses compagnons ont conduit sur 680 km dans une seule journée en passant de Saint-Jean-de-la-Lande à Rimouski, Cabano, Edmundston et Clair (Nouveau-Brunswick) et Fort Kent. Sur la scène régionale, M. Rodrigue s’est grandement impliqué dans les activités des clubs environnants. Depuis trois ans, il est membre de Motoneige Beauce-Sud, organisme regroupant cinq anciennes associations. Celui-ci
« mange » carrément de la motoneige, même si un triste accident a failli lui coûter la vie en février 1998.

« Avec un groupe d’amis, on s’est donné rendez-vous un matin au poste d’essence de Saint-Benoît-Labre. En traversant la rue, je me suis fait frapper par une semi-remorque. Je suis tombé évanoui et me suis fracturé deux côtes et cinq vertèbres. J’ai repris connaissance seulement le lendemain midi à l’Hôpital de Saint-Georges. Mes premières paroles furent : est-ce que j’ai fait mon stop ? Heureusement que mes amis me faisaient rire », se remémore Normand Rodrigue.

Aujourd’hui, l’homme de 83 ans continue de partager l’amour de son sport en le pratiquant, mais aussi en installant des guides et des enseignes sur les sentiers. Son sous-sol est un véritable musée à souvenirs, M. Rodrigue ayant conservé des casquettes, épinglettes, autocollants et autres papiers de ses périples sur les sentiers, ainsi que dans les clubs et festivals. Selon lui, il n’y a aucun danger que la tradition motoneigiste se perde dans la famille. Normand Rodrigue a non seulement six enfants, mais également douze petits-enfants et sept arrière-petits-enfants
Enfin un balado 100% motoneige!
Grand Salon Motoneige Quad 2022