Les bénévoles travaillent plus fort que jamais

Liste des hôteliers

Comme chaque automne, ça presse : il reste encore des droits de passage à aller négocier, et ce n’est pas toujours facile quand un propriétaire de terrain veut vous laisser passer, mais qu’il vous demande un loyer. Ça, pour un bénévole, ce n’est pas très encourageant, et je vous explique : les clubs de quad tout comme ceux de la motoneige ne peuvent payer pour un droit de passage, car l’argent qu’ils reçoivent ne sert qu’à payer la machinerie, son entretien, les assurances etc. L’entretien des sentiers coûtera beaucoup plus cher cet hiver, le prix du fuel n’allant pas en baissant. Si vous êtes cultivateur, vous savez de quoi je parle. De plus, c’est sans compter l’achat de la signalisation, la peinture pour les poteaux et le nécessaire pour construire ou réparer un pont, et je suis certain que j’en oublie.

À tous les propriétaires de terrain, pensez que c’est souvent votre voisin qui travaille bénévolement pour nous offrir le plaisir de rouler à travers vos champs et vos collines. Merci, c’est grandement apprécié. Merci aussi pour les centaines d’emplois que vous contribuez à créer et à maintenir à travers ces activités, merci d’entretenir chez nous un lien direct avec le développement de Lanaudière, une région jeune et belle.

Mon plus grand souhait comme motoneigiste, ce serait de voir naître une régionale dans Lanaudière pour rassembler tous les efforts de ces bénévoles qui se battent chaque saison contre les chums du village voisin pour vendre le même droit d’accès mais de mon club. Quelle économie de temps, d’argent, et de machinerie qui roulerait à la semaine au lieu d’un 20 ou 30 heures.

Site de Bob Petit

Ski-Doo mobilise sa communauté