Les motoneigistes profitent de la neige abondante à Sept-Îles

Liste des hôteliers
S’il manque de neige dans certaines stations de ski du Québec, ce n’est pas le cas dans la région de Sept-Îles. Les motoneigistes s’en réjouissent. 

«Nous circulons déjà sans risque depuis le 4 décembre. L’hiver annonce encore deux très bons mois de motoneige dans la région. Les membres reviennent en grand nombre», affirme le président pour la Côte-Nord de la Fédération des motoneigistes du Québec, Michel Thibeault. 

Le sentier Trans-Québec est ouvert de Tadoussac à Sept-Îles et bientôt jusqu’à Havre-Saint-Pierre. La fédération cherche des solutions au manque de bénévoles dans le secteur de Natashquan et attend le OK du Ministère des Transports pour l’ouverture de la route blanche en Basse-Côte-Nord. 

Le Club Ook-Pik de Sept-Îles est passé de 147 à 482 membres en une semaine au début décembre avec l’ouverture du sentier avec signalisation et entretien. Il compte aujourd’hui 539 membres comparativement à 371 en 2011 et 1290 en 1997. 

«Les conditions sont vraiment excellentes cette année. Nos clubs fonctionnent avec des bénévoles et nous entretenons un long sentier. Les traverses de rivière sont sécuritaires. J’ai même rencontré des touristes américains en visite chez nous en motoneige. Ils ont apprécié leur séjour», annonce Michel Thibeault, aussi président du Club Ook-Pik. 

Le club de motoneigistes de Sept-Îles a perdu son repère au Centre multifonctionnel du lac Rapide. Il se base dans un commerce, le Marché 7 jours du secteur Ferland, plus près du sentier de motoneige. Le président Michel Thibeault espère une entente avec la Ville de Sept-Îles pour un retour du club au chalet du Lac Rapide.