Les VTT et motoneiges pourraient circuler librement à Potton

Les VTT et motoneiges pourraient circuler librement à Potton

Les VTT et motoneiges pourraient circuler librement à Potton


Les partisanes de la libre circulation des VHR ont fait une sortie publique de groupe devant la mairie du Canton de Potton, vendredi. L’objectif était de démontrer que ces véhicules hors route sont aussi utiles pour le travail et font partie intégrante de la vie familiale. (Photo Le Reflet du Lac – Dany Jacques)

Le conseil municipal du Canton de Potton prévoit adopter un règlement, dès lundi prochain, autorisant la circulation des tous les véhicules hors route (VHR) sur les chemins municipaux.

Le maire Jacques Marcoux explique qu’une loi provinciale permet aux Municipalités d’ajouter ces VHR sur les routes. Les élus ouvriront donc les 165 kilomètres de chemins aux usagers de VHR. Ils seront toutefois exclus des routes du ministère des Transports, comme les chemins du Lac et de la Vallée-Missisquoi, ainsi que sur la route 243.

«Plusieurs usagers le souhaitent et le conseil est en faveur après avoir déposé ce projet il y a six mois environ, indique le maire Marcoux. Nous sommes en région rurale et ce sont des véhicules très utilisés par nos résidents. Nous allons cependant exiger des éléments de sécurité et bientôt réduire la vitesse sur tous nos chemins municipaux pour tous les usagers», résume-t-il.

Le premier magistrat demeure néanmoins ambivalent sur la question. Il souhaite entendre davantage les citoyens avant de prendre position. Il se ralliera facilement à la décision des élus si la majorité des gens approuvent le règlement.

Le groupe citoyen Action Potton rencontrerait d’ailleurs le maire vendredi pour discuter de ce dossier.

Le comédien Émile Proulx-Cloutier s’oppose

Un des porte-paroles du groupe, le comédien Émile Proulx-Cloutier, s’oppose farouchement à la libre circulation des véhicules hors route.

«Je ne suis pas contre les VHR, insiste-t-il. Je suis inquiet pour des questions apparentes de sécurité et de pollution sonore.»

M. Proulx-Cloutier digérerait mieux la pilule si les élus autorisaient la circulation des VHR pour faciliter la vie des locaux et des agriculteurs, par exemple.

«Ce qui me renverse, c’est que Potton risque de devenir la capitale du bruit et du VHR, car le règlement stipule clairement qu’il favorisera le développement économique et touristique de la région», peste-t-il.

Le comédien du Canton de Potton rappelle que la municipalité n’offre aucun sentier dédié à la motoneige, VTT et motocross.

«Et puisqu’aucune ville de la vaste région estrienne, et peut-être même plus, n’autorise cette pratique sur ses routes, ces usagers viendront sans doute s’amuser chez nous sur les mêmes routes étroites où nous joggons, marchons, faisons du vélo et où circulent nos enfants», s’indigne-t-il.

Action Potton rappelle que des VHR circulent déjà illégalement sur les terrains privés et dans les sentiers de la réserve écologique des Montagnes-Vertes et ceux de la Fiducie foncière de la vallée Ruiter. Selon ses membres, ces zones sont pourtant vouées au plein air et à l’observation de la nature, où ces véhicules sont interdits.

«Il risque d’y en avoir encore plus si Potton devient la capitale du VHR.»

Daniel Lemieux partage l’opposition du comédien et du groupe Action Potton. «Le conseil aurait dû informer et consulter davantage les citoyens, car ça touche tout le monde», déplore-t-il.

Ce résident du Canton de Potton demande aux élus de reconsidérer leur décision, car il s’agit, selon lui, «d’un important enjeu de sécurité publique».

«On ne veut pas que nos routes deviennent des sentiers pour véhicules hors route», s’inquiète-t-il.

«On ne donne pas carte blanche»

Le conseiller Bruno Côté assure qu’il a proposé ce règlement pour régulariser une situation déjà existante. Il insiste sur le fait qu’il s’agit d’une façon d’accommoder plusieurs usagers qui circulent déjà entre les terres agricoles où pour aller à la pêche et à la chasse.

Il indique que d’autres Municipalités ont adopté ce type de règlement par le passé, comme Saint-Tite, La Tuque, Saint-Michel-des-Saints, Chibougamau et une partie de Bromptonville.

Selon lui, la notion de la sécurité sera prioritaire aux yeux du conseil et de la SQ, car les conducteurs des VHR devront respecter les mêmes règles que les autres usagers de la route. Ils devront se conformer à la signalisation routière et aux limites de vitesse. Le règlement sera valide toute l’année. Il sera cependant interdit de circuler sur les chemins municipaux entre 22 h et 7 h.

«Il est impossible qu’on attire des touristes avec ce règlement, car les usagers des VHR préfèrent des sentiers dans les bois, pas sur les routes. Il n’y aura pas de débordements pendant les courses en circuit fermé, car les VHR modifiés demeureront interdits sur la voie publique. On ne donne pas carte blanche, surtout que ces futurs usagers de la route devront immatriculer leur véhicule avant d’emprunter les chemins municipaux», assure-t-il.

De plus, les élus annonceront lundi que la permission ne touchera que les locaux détenteurs d’une vignette.

Cependant, il informe la population qu’une portion de la route 243 pourrait être ouverte au VHR pour permettre aux usagers d’aller faire le plein.

«La zone scolaire sera évidemment interdite aux VHR», précise M. Côté qui est aussi candidat conservateur dans le comté de Brome-Missisquoi en vue des prochaines élections fédérales.

Les élus prévoient adopter ce règlement à la séance publique du conseil, lundi prochain (6 mai).

 

Grand Salon Motoneige Quad 2022