Mes premières randonnées de motoneige des saisons 2001 à 2010

Mes premières randonnées de motoneige des saisons 2001 à 2010

Ceux qui me connaissent savent bien à quel point je suis un avide fervent de la motoneige. Pour moi la motoneige c’est plus qu’une passion, c’est un mode de vie. Au cours des derniers jours, un bon ami à moi m’a suggéré d’écrire un article sur mes premières randonnées automnales. J’ai trouvé le challenge intéressant et je vous livre ici la première partie de cette série de deux articles sur mes « Premières randonnées de motoneige ».

Dans ce premier texte, je vous propose un retour dans le temps. En effet, je vais couvrir les années 2001 à 2010 inclusivement. Je dois dire que j’ai été le premier surpris lorsque j’ai écrit sur une feuille les dates de mes premières randonnées… Sur une période de 10 ans, ma saison a débuté à 6 reprises au mois d’octobre et 4 fois en novembre. Mon record absolu est le 22 octobre et le plus tard est le 18 novembre.

La plus grosse difficulté de ce défi a été de retrouver des photos pour chacune des saisons. Heureusement, j’avais documenté la majorité de mes premières sorties. Vous verrez qu’il n’y a pas que les motoneiges qui ont évolué au fils des ans, les appareils numériques aussi!

Voici donc, selon mes souvenirs, mes premières randonnées de motoneige pour les saisons 2001 à 2010.

18 novembre 2001 – Découverte des randonnées automnales

Tout commence par mon achat d’une Yamaha Venture 600 1999 chez le concessionnaire P. Labonté & fils de Mont-Joli. Après la prise de possession le jeudi en fin d’après-midi, je me rends au Garage St-Laurent afin de remplir le réservoir et montrer ma nouvelle acquisition à mes bons amis Dany, Gino et Steve.

Tout en discutant avec Gino, celui-ci me dit qu’il allait rouler sur la montagne St-Pierre le dimanche suivant. J’ai tout d’abord pensé qu’il me taquinait, mais il m’a finalement il était très sérieux. Il m’invite donc à me joindre à Benoit et lui… Départ à 8 h pile le dimanche. Je me suis dit que c’était très improbable de rouler en novembre, mais qu’est-ce que je risquais en les suivant dans cette belle épopée?

Dimanche 8 h, je cogne à la porte de Gino et il est très surpris de me voir là avec ma Venture dans la boite du pickup. Je vais toujours me souvenir de ses paroles en m’ouvrant : « Je ne pensais jamais que tu étais game de même! »

Naturellement, après un voyage d’environ 60 minutes, je découvre ce beau territoire qui deviendra mon terrain de jeu.

Voici quelques photos de cette aventure bien spéciale, un des catalyseurs qui m’a poussé à fonder Motoneiges.ca en 2002.

3 novembre 2002 – Maintenant je connais le chemin !

À l’automne 2002, je suis très motivé pour entreprendre ma saison en novembre. Comme j’ai été initié l’année précédente, je surveille attentivement la météo afin de savoir quand je vais pouvoir fouler mes premiers kilomètres de la saison. La montagne reçoit finalement ses premières accumulations notables de neige au début du mois de novembre. Il n’en fallait pas plus pour que la fièvre monte en moi.

Ainsi, tôt le matin du 3 novembre, me voilà en direction de la montagne St-Pierre. Maintenant, je connais le chemin pour m’y rendre. Quelques amis vont venir un peu plus tard et on a convenu de se rencontrer sur le dessus de la montagne.

Tel que vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, les conditions étaient parfaites pour un début de saison réussi.

Cross Country de ste-Béatrix

26 octobre 2003 – Forfait orignal et motoneige

En 2003, j’étais en vacances pour la chasse à l’orignal. Après à peine quelques heures de chasse, notre chasse était faite. Après avoir fêté et porté les quartiers au boucher, je suis de retour chez moi plus tôt que prévu. En revenant du bois, j’ai remarqué que mon « terrain de jeux » était pas mal blanc. Ainsi, pour terminer en beauté ma semaine de vacances, Gino et moi avons décidé de briser la glace et d’aller rouler en motoneige le dimanche.

Pour une troisième année consécutive, je battais mon record en roulant plus tôt que la saison précédente. Les quantités de neige étaient assez impressionnantes pour le mois d’octobre comme vous pourrez le constater sur les photos ci-dessous

7 novembre 2004 – On se fait un nouvel ami

En ce début de novembre 2004, la neige envahit le Bas-St-Laurent. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme qu’on prend la direction de la montagne St-Pierre. On est quatre motoneigistes pour cette belle aventure. Pour ma part, je fais l’essai d’une toute nouvelle chenille sur ma Venture… En effet, la semaine précédente, j’avais fait changer mon crazy carpet pour une belle RipSaw de 1,25 pouce. Quelle différence! Ce matin-là, on a emprunté le sentier de quad dans lequel il y avait plus de 2 pieds de belle neige. Ouf, que de plaisir nous avons eu de pouvoir ouvrir des dizaines de kilomètres de petits chemins.

La veille de notre randonnée, j’avais annoncé notre projet sur la CMIQ. Un ami virtuel portant l’alias Crosby s’est montré très intéressé. Celui-ci venait tout juste de prendre possession d’un beau RS-Venture 2005 avec moteur Genesis 4 temps. Lors d’une petite pause près de St-Irène, voilà qu’un RS-Venture s’arrête près de nous… Nous faisons alors la connaissance de Steve qui est devenu depuis un excellent ami et copain de randonnée.

30 octobre 2005 – Premier début de saison avec une motoneige d’essai

Depuis le début d’octobre, un beau GSX 600 SDI 2006 occupe mon cabanon… Bien que j’ai eu le plaisir de rouler ma première motoneige d’essai la saison précédente, c’est la toute première fois que je vais entreprendre une saison avec un démonstrateur. En effet, pour la première fois, Ski-Doo prête une motoneige à Motoneiges.ca. L’attente de la neige est donc une vraie torture pour moi et finalement, la veille de l’Halloween, un beau tapis blanc recouvre « notre » montagne.

Bien qu’il n’y ait pas encore de neige à la maison, nous embarquons nos motoneiges et notre équipement devant les yeux ahurit de nos voisins. Oui, on est malades… Mais on s’assume!

Notre petit convoi de pickups et de remorques se dirige vers le paradis des motoneigistes. Une heure plus tard, on est assis sur nos motoneiges afin d’entreprendre une nouvelle saison. On constate rapidement qu’il y a moins de neige que l’année précédente, mais il y en a tout de même assez pour avoir beaucoup de plaisir.

29 octobre 2006 – Conditions plus difficiles

Encore une fois cette année, la neige se pointe le bout du nez à la toute fin d’octobre. Mes amis et moi ne laissons pas filer cette occasion d’aller commencer notre saison. Cependant, un doux temps nous a précédés sur la montagne alors la neige a beaucoup fondu.

Nous débarquons nos motoneiges au pied de la montagne. Il y a tout juste assez de neige pour rouler sans trop de problèmes. Les conditions ne sont pas idéales, mais au moins nous pouvons fouler quelques dizaines de kilomètres avant que la douceur ait raison de la neige au sol. Cette petite balade va nous permettre de patienter au cours des quelques semaines qui restent avant le début de la vraie saison.

Polaris ProStar S4 Indy Adventure X2 137 2023

4 novembre 2007 – Tempête tropicale Noël

Tout au long du mois d’octobre, je scrute les prévisions météo et la neige se fait vraiment attendre cette année. En ce samedi 3 novembre, les restes de la tempête tropicale Noël ravivent en moi un espoir… En effet, d’un côté cette tempête arrive des Maritimes et un front froid du nord descend tranquillement vers la vallée du St-Laurent. Je fais quelques appels et j’apprends qu’il n’y a pas un brin de neige sur le dessus de la montagne. En après-midi, je constate que le centre de la tempête a bifurqué à l’ouest et est en ligne directe avec la « St-Pierre ».

En fin d’après-midi, j’imprime les cartes météo des différents sites que je connais et je me rends, avec mes enfants, à un souper spaghetti à la salle paroissiale. Il mouille à tout rompre dehors et les gens assis près de moi et mes amis me dévisagent lorsque je parle d’aller faire de la motoneige le lendemain…

« C’est quoi qui fume Lavoie pour penser rouler en motoneige alors qu’il mouille des cordes dehors? » Tout le monde est sceptique… Mais je garde le cap… Que je sois seul ou pas, moi, je lève les voiles demain à 7 h 30. Ceux qui m’aiment me suivent!

Vers 22 h, je retourne à la maison avec les enfants… Il pleut toujours… Noé doit être à la veille de passer dans la rue avec son arche… Je m’assois devant la télévision en attendant que ma conjointe revienne du travail. Lors des pauses publicitaires, je tire les rideaux… Encore de la pluie… Mais le mercure plonge soudainement vers 23 h 15 et je commence à voir des flocons… Yes!

Vers minuit, ma conjointe arrive et la neige commence à rester au sol. Lorsque je lui parle de mes plans du lendemain, elle se met à se payer ma tête… Je pris le ciel et les dieux pour que je ne sois pas la risée du village le lendemain. Je me couche donc avec cette pensée en tête.

Vers 5 h 30 le lendemain, un bruit lointain me réveille… Est-ce que? Oui, c’est la déneigeuse qui passe dans la rue voisine. D’un bond, j’ouvre la toile et tout est blanc devant moi… J’avais vu juste et Noël m’a laissé tout un cadeau!

Je déjeune à la presse afin de sortir dehors au plus vite. Je suis en extase devant les 3-4 pouces de neige qui sont tombés au cours de la nuit. J’entends alors la motoneige de Gino qui demeure près de chez moi. J’embarque alors l’Attak dans la boite du camion et on attache la remorque. Gino est tout aussi excité que moi.

À la Rédemption, la déneigeuse a laissé des bancs de neige de 36 pouces partout. Pas moins de 20 pouces d’une neige à bonhomme recouvrent le sol. Cependant, cette neige collante a rendu notre ascension sur la montagne très difficile. Les arbres chargés de neige ont plié et même cassé. On avance à pas de tortue et après quelques heures de labeurs, on revient au camion complètement détrempés, mais très heureux de notre sortie.

Au cours des semaines suivantes, lorsque je croisais des gens au village, ceux-ci me traitaient presque de sorcier pour avoir pratiquement commandé cette tempête…

Motoneiges 2023: Vos options d'entrée de gamme!

22 octobre 2008 – Mon record absolu

Le mercredi 22 octobre, une petite neige se met à tomber en tout début de journée. J’appelle mon ami Dany pour savoir s’il est partant pour prendre son après-midi pour aller faire un petit tour, voir s’il y a de la neige sur la montagne. Je lui dis d’apporter sa motoneige au cas où.

On emprunte le chemin de St-Cléophas et surprise, quelques pouces de neige recouvrent le sol. J’ai donc bon espoir qu’en altitude, nous pourrons débarquer nos motoneiges et aller rouler quelques kilomètres. Même si seulement 5-6 pouces de neige recouvrent le sol, on peut rouler sans problème puisqu’une petite croute glacée est présente sous la neige. Ceci isole les patins des roches et nous permet d’accéder à plusieurs endroits sur la montagne.

Mon ami Dany est ravi de cette belle sortie et c’est avec regrets que nous quittons ces paysages enneigés pour retourner à la civilisation

24 octobre 2009 – Une p’tite vite !

Dans la nuit du 23 au 24 octobre 2009, une petite tempête de neige frappe la montagne. En vérifiant les prévisions météo, je m’aperçois qu’un temps doux s’en vient rapidement. J’ai confiance qu’on devrait pouvoir rouler, mais la fenêtre de temps est vraiment très mince. J’appelle mon ami Philippe pour savoir s’il aimerait venir avec moi. En moins d’une heure, il arrive avec la remorque et sa monture. Sans plus attendre, on part en direction de la St-Pierre.

Aussitôt arrivé, on s’aperçoit que les conditions se dégradent très rapidement. On débarque nos motoneiges et nous voici partis. La neige est vraiment collante et elle s’écrase lorsqu’on passe dessus, laissant derrière nous une belle surface durcie. On roule donc tranquillement et on monte sur le dessus de la montagne. Notre aire d’amusement est très restreinte alors on se paie quelques aller-retour entre les camions et le belvédère d’observation. La pluie se met alors à tomber et on doit mettre fin à cette petite excursion de motoneige. À peine quelques heures après notre départ, je reviens à la maison très heureux!

23 octobre 2010 – Une p’tite vite !

Le 22 octobre 2010, après plusieurs journées à scruter les prévisions météo, mon flair me dit qu’il doit y avoir assez de neige sur la montagne pour aller rouler. En ce beau vendredi matin, je décide d’aller faire un crochet par la montagne avant d’aller travailler à l’Institut Maurice Lamontagne. Eurêka, il y a de la neige! Je me rends donc au travail heureux de ma découverte.

Revenu à la maison après le boulot, je fais quelques téléphones pour me trouver des amis pour une randonnée le lendemain. Véronique, Guillaume et Philippe répondent à l’appel. Encore une fois, un doux temps se pointe à l’horizon et frappera notre région au cours des prochaines heures.

C’est dans cet état d’esprit que nous débarquons nos motoneiges tôt le 24 octobre. Il est retombé 3-4 pouces de neige ce qui améliore grandement les conditions. Nous nous promenons ainsi jusqu’à ce que nos réservoirs d’essence nous rappellent qu’il est temps de rentrer.

Voici ci-dessous quelques photos de cette belle journée!

Comme vous avez pu vous en rendre compte, chaque randonnée de début de saison est une aventure et les conditions ne sont jamais les mêmes. C’est ce qui fait le charme de ces randonnées que j’aime tant.

Et cette année, quand pourrais-je débuter ma saison?