Motoneige en région : Le Saguenay-Lac-St-Jean a-t-il les moyens…

Liste des hôteliers

…de perdre une saison ? Dans un contexte où l’économie de la région est durement touchée depuis plusieurs années par la baisse des emplois provenant des grandes industries, voilà qu’encore une fois, on se retrouve dans une situation incertaine face à l’ouverture des sentiers au Saguenay-Lac-St-Jean. La motoneige et le tourisme représentent définitivement une alternative importante comme industrie de croissance pour cette région. Rappelons que ce sport rapporte approximativement 50 millions de dollars annuellement en retombées régionales durant les longs mois d’hivers. 

Depuis plusieurs mois,  on entend plusieurs montants concernant les besoins réels des clubs afin d’entretenir les sentiers de façon adéquate. D’autres intervenants du domaine de la motoneige semblent remettre ces demandes en question. Pendant que certains disent ne plus être capables de fonctionner par sous financement, les intervenants touristiques parlent de revoir la façon de gérer l’argent dans les clubs et de leur incapacité à donner plus d’argent aux clubs en question. Encore une fois, la guerre des nerfs est enclenchée et c’est celui qui sera le plus patient qui aura le dessus dans cette partie de bras de fer. Mais voilà… pendant ce temps et pour une deuxième année consécutive, la région est mise en tutelle et les motoneigistes du Québec, de l’Ontario, des États-Unis et de l’Europe qui planifient leurs vacances hivernales risquent fort de choisir une autre destination.

Dans un contexte où notre sport doit déjà surmonter plusieurs défis de taille, où la région du Saguenay-Lac-St-Jean est fortement touchée par les coupures importantes des dernières semaines dans le domaine forestier et où elle doit aussi développer impérativement de nouvelles industries créatrices de richesses en région pour le futur de nos enfants, la question est : Comment peut-on se permettre de mettre en péril une injection directe de 50 millions dans la région ? La question ici n’est plus de savoir qui a raison ou qui a tort, mais bien de savoir si la région est prête à se concerter afin de sauver cette manne de retombées en région. Qu’il y ait des discussions et des négociations en « famille » est toujours très sain, mais dans le contexte actuel, cela devient une menace pour l’économie de la région, et surtout à moins de deux mois de l’ouverture de la saison.

Le chroniqueur Patrick Roch se joint à l’équipe de Motoneiges.ca

La région va-t-elle pouvoir surmonter ses différents sans se priver des retombées régionales dont elle a tant besoin ? C’est ce que j’espère le plus, moi-même étant natif de cette belle région et encore très présent dans le milieu.