Opération radar dans les sentiers de motoneiges

Liste des hôteliers
Je suis retraité et pratique la motoneige comme beaucoup de gens et des touristes français, ontariens, etc., qui viennent dans notre région.
 
La limite permise de 70 km est en vigueur depuis 40 ans. Les sentiers ne sont plus, ce qu’ils étaient avant. Ils sont larges, bien entretenus et sécuritaires. Les motoneiges sont aussi améliorées, suspension, conduite précise, très bonne mécanique, freins et autres. Les gens ne sont pas des idiots.
 
La vitesse est la même dans les sentiers boisés et sinueux que sur les parcours droits. C’est normal et humain pour tout le monde de vouloir s’amuser en roulant sur des distances droites où il n’y a aucun danger. Quand on voit venir une autre motoneige à sens inverse, tout le monde est assez intelligent pour ralentir à une vitesse sécuritaire.
 
On veut tellement faire croire que la sécurité des gens est importante que l’on fait appliquer des règlements qui sont quasiment des impôts déguisés.
 
Il faut être réaliste, on est plus en 1960, car il y a plus de circulation pour tous les genres de véhicules moteurs. Peu importe les règlements que l’on veut faire appliquer dans une société qui est censée être libre, on ne pourra jamais éviter tous les accidents.
 
On n’en parle pas beaucoup, quand c’est relié à une distraction, une maladresse du conducteur, un manque d’expérience, qui n’est pas relié à la vitesse. Je ressens que la liberté des gens est de plus en plus restreinte, avec toutes sortes de règlements qui devraient être réévalués.
 
On fait faire du radar où il est évident et facile de prendre un motoneigiste en défaut, au milieu d’un sentier de 15 km de long (anciennement une voie ferrée). Exemple : s’il roule 102 km, il aura à payer une amende d’environ 200$ en plus des frais. Le calcul de l’amende est basé sur l’excédent illogique du 70 km permis.
 
Aller écouter les commentaires des gens qui arrivent à un relais comme chez Vanasse et qui viennent d’avoir une contravention de 102 km. Je peux vous dire qu’ils sont révoltés et ayant pour effet, de haïr l’ensemble des policiers comme s’ils n’avaient aucun jugement et aucune logique.
 
Le policier ne peut appliquer son jugement, car s’il ne donne pas de contravention, les sorties de patrouilles en motoneiges et 4 roues ne seront plus nécessaires. Il faut réaliser que c’est déjà très dispendieux de pratiquer la motoneige : droit de sentier annuel=340$, immatriculation=85 $, assurance privée=390 $, entretien=1500 $, en plus de l’achat de la motoneige=15000 $.
 
Sans oublier lorsqu’on voyage, il faut payer l’essence, l’hébergement, restaurants, arrêt dans les relais, c’est toute une économie non négligeable. C’est bien d’appliquer la loi et de dire que la loi, c’est la loi, mais c’est de l’aveuglement volontaire.
 
J’ai fait le tour de la Gaspésie à la fin de février, 1800 km, je n’ai vu aucun policier faire du radar dans les sentiers, aucun accident ou incident quelconque. Il y avait des sentiers de plusieurs kilomètres droits et c’était vraiment plaisant. Je pouvais rouler à mon goût sans faire d’abus. C’est certain s’il y avait eu des radars, j’aurais eu plusieurs contraventions. Je suis revenu bien vivant et sans blessures, comme tous les motoneigistes que j’ai rencontrés dans les sentiers et relais. Si j’avais respecté la vitesse en tout temps de 70 km, mon voyage aurait été interminable.
 
J’aimerais que les Fédérations de Motoneigistes interviennent pour faire amender la loi à 100 km. Il faut dénoncer ces injustices flagrantes et agir tout le monde ensemble pour que cela change et continuer d’avoir un loisir agréable pour les amateurs, car avoir une contravention semblable non méritée et non justifiée peut faire abandonner ce loisir pour certaines personnes qui ont un budget plus restreint.
 
 
Explication : pour ceux qui n’ont pas la chance de pratiquer ce loisir, c’est comme si on appliquerait cette même limite de base de 70 km sur nos autoroutes.
 
Claude St-Yves (retraité de la Sureté du Québec)

 

Les Motoneiges Géro