Passer par le nord en motoneiges

Passer par le nord en motoneiges

Passer par le nord en motoneiges

Une caravane de concertation a parcouru une boucle de plus de 1300 kilomètres de motoneige, du 14 au 18 mars, pour relier le massif des monts Valin et la réserve crie d’Oujé-Bougoumou, au nord de Chibougamau, en passant par le circuit La Passerelle du 49e parallèle, au nord du lac Saint-Jean. La caravane était guidée par le motoneigiste aguerri de 78 ans, Omer Harvey, un des fondateurs du réseau de sentiers de la région et qui nous a fait vivre le Raid Harricana dans les années 1990.

Les maires des pays d’en haut se sont mobilisés pour faire de la motoneige un outil de développement économique et touristique majeur pour dynamiser l’économie locale grâce notamment à l’aménagement de sept passerelles sur les grandes rivières du territoire pour relier les municipalités, un investissement de près de sept millions de dollars en trois ans.

Une partie du groupe de motoneigistes devant l’affiche de La Passerelle du 49e parallèle à Normandin.
Une partie du groupe de motoneigistes devant l’affiche de La Passerelle du 49e parallèle à Normandin.LE QUOTIDIEN, ROGER BLACKBURN

L’idée d’organiser une caravane entre les monts Valin et Chibougamau par des sentiers de motoneige est une initiative du Parc régional des Grandes-Rivières du Lac-Saint-Jean en collaboration avec la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec. « Les monts Valin et le Valinouët sont une masse critique pour la pratique de la motoneige. Avec La Passerelle du 49e parallèle, nous voulons offrir des centaines de kilomètres de sentiers de motoneige supplémentaires aux adeptes des monts Valin qui pourront facilement choisir des boucles de sentiers avec tous les services comme l’hébergement, l’essence et la restauration », explique Dominique Gobeil, directeur du Parc des Grandes-Rivières.

D’obstacles à avantage

C’est le député libéral de Lac-Saint-Jean aux Communes, Richard Hébert, qui a bien résumé l’enjeu du circuit motoneige de La Passerelle du 49e parallèle. « Ces grandes rivières qui ont été longtemps considérées comme des obstacles dans notre développement, nous avons pris la décision de les franchir en aménageant des passerelles pour relier les municipalités du nord et que tout le monde y soit gagnant », a déclaré le député lors d’un souper au site touristique de Chute à l’Ours à Normandin.

Nouveauté : le casque CKX Contact

Le maire de Péribonka, Ghislain Goulet, devant la passerelle de la rivière Mistassini.
Le maire de Péribonka, Ghislain Goulet, devant la passerelle de la rivière Mistassini. – LE QUOTIDIEN, ROGER BLACKBURN

Ces grandes rivières, ce sont la Mistassini, la Mistassibi, la rivière aux Rats, la rivière aux Foins, la Péribonka et l’Ashuapmushuan. Les villages de Saint-Ludger-de-Milot, Sainte-Élisabeth-de-Proulx, Saint-Stanislas, Saint-Eugène-d’Argentenay, Notre-Dame-de-Lorette, Girardville, Saint-Thomas Didyme et Normandin étaient séparés entre eux par ces grandes rivières. Ces villages sont peu fréquentés et méconnus par la majorité des gens de la région.

Le circuit quad et motoneige arrive à un bon moment pour redonner vie à ces villages qui vivent pour la plupart la dévitalisation alors que les services diminuent d’année en année. Des postes d’essence qui devaient fermer restent ouverts ; des centres communautaires font de meilleures affaires et restent en opération grâce aux passages des motoneigistes qui empruntent ce nouveau circuit.

Dominique Gobeil, directeur général du Parc des Grandes-Rivières du Lac-Saint-Jean nous montre où sera construite la huitième passerelle du circuit sur la rivière Péribonka, d’une longueur de 140 mètres.
Dominique Gobeil, directeur général du Parc des Grandes-Rivières du Lac-Saint-Jean nous montre où sera construite la huitième passerelle du circuit sur la rivière Péribonka, d’une longueur de 140 mètres. – LE QUOTIDIEN, ROGER BLACKBURN

Auberge du Draveur - Motoneige