Performance et économie : Vos poulies sont-elles en bon état ?

Liste des hôteliers

Bonjour chers motoneigistes,

Vous êtes-vous déjà  demandé pourquoi votre motoneige n’est plus aussi performante et économique que lorsqu’elle était neuve. Bien j’ai peut-être une bonne partie de la réponse, votre système d’embrayage n’est peut-être pas en ordre ou en bon état. Dans cet article je vous parlerai des  transmissions CVT  qui nous offrent une infinité de rapports de 4 :1 à 0,83 : 1. En premier lieu je décrirai certains types d’embrayages utilisés. En second lieu, je vous entretiendrai sur le rôle des pièces qui les composent et pour terminer je vous monterai les pièces à surveiller  et les signes d’usure.    

Peu importe le type d’embrayage utilisé, celui-ci aura toujours le rôle de transmettre la puissance du moteur au système d’entraînement. Donc la puissance ( HP ) produite par le moteur doit être transmise par ces pièces tout en ayant le moins de perte possible lors du transfert d’énergie .Pour la motoneige ce sont les embrayages de type centrifuge qui nous intéressent. En tant que force radiale, la force centrifuge  doit être convertie en force axiale pour être ensuite contrôlée afin de déplacer la partie coulissante de la poulie motrice. Tout cela  au moyen de deux poulies, de pesées et de ressorts. Les belles d’autrefois et même quelques modèles refroidis par ventilateur d’aujourd’hui utilisent encore des modèles appelés Powerbloc. Ceux-ci demandent peu d’entretien, ont un poids plus léger pour des reprises efficaces sur de plus petits moteurs. Le principe est d’utiliser des blocs qui servent à la fois de pesées, de leviers et de rampes qui travaillent contre la  force d’un ressort afin de faire fermer l’assiette coulissante lorsque le moteur s’accélère.

Yamaha, Polaris et Artic Cat  utilisent  un type de d’embrayage appelé Comet qui nécessite de bons entretiens, mais qui permet une excellente performance et efficacité en plus d’être durable. Dans ce cas-ci ce sont les rampes qui servent à la fois de pesées et de leviers qui coulissent sur trois rouleaux fixes.       

BRP utilise des embrayages de type TRA. Ceux-ci ne sont pas supérieurs ou inférieurs mais sont simplement conçues différemment et nécessitent aussi un bon entretien annuel. La majeure différence est que les rampes sont fixes et que ce sont les rouleaux qui sont installés sur des leviers  mobiles. Ce qui offre comme avantage de pouvoir modifier l’angle des rampes  dans le but de modifier le régime optimal du moteur sans rien démonter.

Concours Gagnez un voyage de 4 jours en motoneige

Dans cette guerre au poids que se livrent actuellement les fabricants, tout est pensé, la taille, l’alliage, la solidité et l’efficacité. Il va sans dire que toutes les pièces ont un rôle bien important et bien défini. Les assiettes ont le rôle de transmettre la poussée afin de se refermer et faire monter la courroie, ceci dans le but de changer le coefficient de transmission. Le ressort de rappel de débrayage vise à ramener en position neutre, ou débrayer, la demi-poulie de la poulie motrice ainsi que les pièces mobiles  qui lui sont associées, lorsque le moteur tourne à bas régime. Le ressort  est calibré de façon à permettre l’embrayage au régime choisi en agissant de concert avec les  leviers à centrifuge et les angles des rampes. À  mesure qu’augmente le régime du moteur, la force centrifuge augmente aussi et arrive à vaincre la pression du ressort de rappel, permettant ainsi aux demi-poulies d’entrer en contact avec la courroie  d’entraînement. La baisse du régime  du moteur voit la force centrifuge décroître et le ressort ramener la demi-poulie en position neutre.

Les rampes sont les guides des rouleaux, leur forme décidera donc de la vitesse avec laquelle l’assiette ce déplacera. Dans le cas des Comet les rampes servent à la fois de leviers et de pesées donc le poids de celle-ci influencera la force de shiftage  et le régime optimal du moteur. Les rouleaux eux servent à faciliter les déplacements de l’assiette, il faut les visualiser comme s’ils étaient des bearings. Dans le cas d’une TRA,  ils sont fixés sur l’embout des leviers. Les tiges sur lesquels ils reposent peuvent varier de poids et de longueur ce qui aura le même effet que de changer le poids des rampes sur un embrayage de type Comet. L’araignée est la partie guide de l’assiette. Elles sont unies ensemble par des coussinets afin que l’assiette coulisse le plus droit possible. Cette à l’intérieur  de l’araignée que sont vissées les rampes. Dans le cas d’une Comet ce sont les rouleaux qui y sont fixés. La poulie secondaire ou menée a pour rôle de prendre la force de la  courroie et de la transmettre à l’arbre d’entraînement ou au diamond drive. C’est elle qui décide quand la courroie monte et descend dans les poulies.  Les assiettes ont le rôle de garder la pression sur la courroie et de transmettre la force à l’hélix hélicoïdal  (la came).  L’angle de la came détermine le taux d’ouverture ou fermeture des poulies selon l’effort  requis par la motoneige. Plusieurs angles sont disponibles ainsi que la tension du ressort peut être modifiés selon votre conduite.

Le Programme Ski-Doo P.A.S.S. finance plus de 500 000 $ de projets

La durabilité de votre embrayage dépend uniquement de votre conduite, aucun embrayage n’est meilleur qu’un autre. Le facteur le plus influant est le conducteur et ce que vous faites avec votre motoneige. Bien entendue comme ce sont des embrayages centrifuges l’effort demandé augmente au fur et à mesure que le régime augmente. La moindre petite fissure sur une pièce ou sur une assiette peut devenir une grenade à 8000 trm. Les assiettes doivent êtres sans encavures et bien sablées. La demi-poulie coulissante a un coussinet au centre sur lequel elle glisse. Ce coussinet ne doit pas avoir de jeu excessif, car son travail peut être grandement affecté. La tension du ressort est déterminée par son alliage, le nombre de spires, la grosseur de son brin et sa longueur. Il est  à noter que celui-ci ne doit pas avoir perdus plus de 6mm de longueur.  Une perte de force causera un embrayage plus bas ou un régime optimal moins élevé. Mesurer la tension de ressort requiert une balance spéciale, référez vous à votre concessionnaire. Sur une TRA les leviers ne doivent pas avoir un jeu excessif car les rouleaux peuvent en souffrir ou s’user prématurément. 

Dans le cas d’un embrayage de type Commet cette usure ce retrouvera à la base des rampes. Dans les deux cas  les coussinets se vendent séparément.  Les rampes doivent être usées également sur toute leur largeur. Si ce n’est pas le cas, vérifier les rouleaux ou les leviers. 

Les rouleaux doivent avoir un petit jeu, cependant si celui-ci excède quelque millièmes  remplacer les ainsi que leurs goupilles. L’usure d’un rouleau se mesure de devant-derrière et non de côté. 

Quand à l’araignée tout ses coussinets doivent être usé uniformément sinon les remplacer. Un test facile est de la faire coulisser avec vos mains dans la demi-poulie. Bien qu’une certaine pression  soit normale vous ne devez pas forcer. La poulie menée est  sujette à user sur la partie mobile soit les coussinets, celui du centre et celui de la came. Attention à l’ovalisation, ceci pourrait limiter la duré de vie de la came. Vérifier aussi le jeu entre la came et l’arbre de la partie fixe, soit  un modèle à cannelure ou  à chemin de clef. Les nylons ou rouleaux  ne doivent pas être brisés car la came coulisse sur ceux-ci.      

Une première journée portes ouvertes réussie chez André Hallé et Fils de Rimouski!

Pour conclure, peut importe le type d’embrayage que vous utilisez, son état affectera le comportement de votre véhicule ou même parfois causer des vibrations. Une courroie en excellent état est de mise et qu’un  alignement  des poulies doit être fait. N’oubliez pas que le démontage de l’embrayage  requiert plusieurs outils spéciaux et exige certaines connaissances mécaniques. Le remplacement  des pièces au détriment de celles d’origine peut grandement affecter les performances  et peut influencer le rendement moteur.  En cas de doute, référez vous à un professionnel. J’espère que vous connaissez mieux votre motoneige maintenant et que cet article vous aidera à trouver la source de vos problèmes.

Ma prochaine chronique parlera de l’installation d’une suspension  de AD BOIVIN  modèle ZX2   sur un modèle  REV 2006. Je vous invite à suivre cet essai qui risque d’être fort intéressant!  Bonne randonnée,  et profitez de la neige !!!!!!!!!