Polaris 800 Switchback Pro-S 2015 : Analyse pré-randonnée

Polaris 800 Switchback Pro-S 2015 : Analyse pré-randonnée

Introduction

Dès le printemps 2014, il était impératif pour Christian Barbeau, concessionnaire Polaris de père en fils dans la grande région de Québec, que notre motoneige d'essai 2015 soit basée sur le nouveau châssis AXYS. Propriétaire de CM Barbeau, Christian est ce genre de propriétaire qui ne fait pas seulement vendre des motoneiges Polaris, il en mange et il pratique ce sport depuis des décennies. Il n'était donc pas question pour lui, tout comme pour Francis Larivière représentant Polaris pour la province de Québec, de ne pas inclure le nouveau 800 Cleanfire HO dans nos essais. L'ayant essayé sur quelques kilomètres le printemps dernier, les deux hommes étaient convaincus que c'était LA cylindrée qu'ils voulaient me faire essayer. En se basant sur la demande croissante de leurs clients  pour le segment des motoneiges hybrides de performance, une chenille de 137 pouces (348 cm) devait également équiper notre motoneige pour la saison 2015. Le choix de nos partenaires s'orientait donc vers la série Switchback et idéalement, le modèle PRO-S qui offre plus de confort pour le type de motoneige pratiqué au Québec.

La nouvelle Polaris 800 HO Switchback PRO-S 2015.
La nouvelle Polaris 800 HO Switchback PRO-S 2015. 

Contrairement aux autres années, la confirmation et l'arrivée de notre modèle d'essai furent plus tardives qu'à l'habitude, ce qui explique la sortie de l'analyse pré-randonnée à cette date. Étant à la première année du nouveau châssis AXYS, vous comprendrez que la demande est très forte, surtout pour le modèle Switchback. Le défi de réussir à dénicher une unité disponible dans le modèle désiré fut donc plus complexe. Tellement que dès la fin novembre, on pouvait qualifier de succès commercial le lancement de cette nouvelle plate-forme, les ventes ayant explosé chez plusieurs concessionnaires Polaris tout comme chez notre partenaire CM Barbeau. L'attente aura clairement valu la peine : l'arrivée du nouveau Polaris 800 HO Switchback PRO-S 2015 nous comble déjà. En attendant notre première sortie en sentier, je vais vous partager quelques faits saillants de cette nouvelle motoneige.

Sur la droite, Christian Barbeau, propriétaire de CM Barbeau concession Polaris du nord de la ville de Québec, en compagnie de Marc Thibeault du magazine Motoneiges.ca et de la nouvelle Polaris 800 HO Switchback PRO-S 2015.
Sur la droite, Christian Barbeau, propriétaire de CM Barbeau concession Polaris du nord de la ville de Québec, en compagnie de Marc Thibeault du magazine Motoneiges.ca et de la nouvelle Polaris 800 HO Switchback PRO-S 2015.

Nouvelle plate-forme

Un des dangers qui guette un manufacturier qui conçoit une nouvelle plate-forme, c'est de perdre des points forts de la plate-forme précédente, un phénomène qu'on a trop souvent vu dans l'histoire de la motoneige. Heureusement chez Polaris, on ne jette pas le bébé avec l'eau du bain! Bien que Polaris annonce que les motoneiges basées sur le châssis AXYS sont de toutes nouvelles motoneiges, la Switchback conserve quelques composantes qui sont à mon avis des valeurs sûres.  Comme premier exemple,  la suspension « AXYS » à l'avant est en fait, une évolution de la suspension PRO-Ride qui elle, en était une de la série IQ. On le sait, l'efficacité de la suspension avant et la maniabilité des motoneiges Polaris sont une  « tradition »  chez ce manufacturier, et je suis heureux de voir qu'on semble conserver ces acquis. Il en est de même pour le système d'embrayage à poulie motrice et menée, P85/Team-LWT qui est une référence dans le marché. Fait à noter, la distance entre les deux poulies a cependant changé avec le nouveau châssis, tout comme le modèle de la courroie dont le prix de détail s'élève maintenant à plus de 260 $ l'unité.

La première randonnée de Jim sur la nouvelle Polaris Matryx Khaos de 2022

Bien que le concept exclusif de suspension articulée à l'arrière ait été conservé, le nouveau châssis AXYS est complètement redessiné et n'a rien à voir avec son « ancêtre », le châssis PRO-Ride.
Bien que le concept exclusif de suspension articulée à l'arrière ait été conservé, le nouveau châssis AXYS est complètement redessiné et n'a rien à voir avec son « ancêtre », le châssis PRO-Ride.

Bien que l'arrière du véhicule ait été complètement redessiné, Polaris conserve le concept de la suspension articulée en proposant une toute nouvelle version, la PRO-XC.  Quand on l'observe de plus près, on s'aperçoit rapidement que la géométrie a été complètement revue en améliorant le résultat pour le pilote, bien entendu selon le manufacturier. On reconnait que l'ancienne génération de la suspension PRO-Ride avait obtenu plusieurs améliorations durant les 5 dernières années, mais les ingénieurs de Polaris avaient atteint le maximum de la capacité de l'ancienne géométrie. Autre point qui attire mon attention à l'arrière, l'utilisation de l'aluminium par rapport à l'acier pour la portion mobile de la suspension. Cela diminue de façon importante le poids à l'arrière du véhicule et devrait améliorer l'équilibre de la motoneige. Globalement,  le châssis AXYS propose une cure minceur à la Switchback résultant en un poids à vide de seulement 446 livres (202,3 kg)!

Bien que Polaris ait conservé le concept de suspension articulée à l'arrière, la suspension PRO-XC a été complètement redessinée.
Bien que Polaris ait conservé le concept de suspension articulée à l'arrière, la suspension PRO-XC a été complètement redessinée.

À mon avis, l'efficacité d'une suspension dépend énormément de l'équilibre de la motoneige en ce qui a trait à la répartition du poids. C'est également un des éléments forts qui ressort clairement quand on compare visuellement les deux générations de Switchback (2014 vs 2015). Le pilote est plus centré sur la motoneige tout comme l'ensemble des masses du véhicule. Le concept est simple, mais toujours aussi difficile à atteindre : centraliser le maximum de poids, incluant le pilote, sur le point de pivot du véhicule. En plus d'améliorer le confort global du pilote, ce concept qui est recherché par tous les manufacturiers, améliore la maniabilité du véhicule et diminue l'effort pour le pilote. Bien que nous devrons atteindre l'effet réel en sentier, tous ces changements sont de bon augure pour notre essai.

Premières impressions de la Renegade X-RS 850 E-TEC 2022

On voit que la nouvelle géométrie arrière du véhicule a passablement changé, tout comme la position du pilote sur le véhicule.
On voit que la nouvelle géométrie arrière du véhicule a passablement changé, tout comme la position du pilote sur le véhicule.

Nouveau moteur

Chez Polaris, l'amélioration des moteurs est une tradition d'année en année, particulièrement quand on parle de la catégorie des 800 cm3. Mais cette saison, l'évolution est très importante sur papier car plusieurs améliorations dignes de mention sont apportées au nouveau 800 Cleanfire HO. D'entrée de jeu, les ingénieurs ont réussi à alléger le vilebrequin de 2.5 lbs (1,1 kg), ce qui est majeur dans ce domaine. Il faut comprendre que la première chose que votre moteur fait bouger est à l'interne, soit le vilebrequin lui-même. Polaris annonce une diminution « gigantesque » de 25 % de l'inertie causée par le vilebrequin, ce qui devrait se sentir sur la réponse du moteur. L'autre nouveauté qui attire mon attention est l'ajout du système de soupapes VForce de série. Ce système, utilisé par plusieurs pilotes de course, a pour objectif d'optimiser le mélange air-carburant à l'entrée du moteur et ainsi, améliorer la performance de ce dernier. Plusieurs autres améliorations telles que les soupapes d'échappement à contrôle électronique et le système d'admission et d'échappement à haute efficacité risquent de rendre ce moteur très performant.  Dans les coulisses, on parle d'un moteur qui développerait près de 165 chevaux-vapeur avec des accélérations époustouflantes, ce qui sera vérifié après notre période de rodage. 

Le nouveau moteur 800 Cleanfire HO devrait être une des composantes à surveiller de notre nouvelle Switchback.
Le nouveau moteur 800 Cleanfire HO devrait être une des composantes à surveiller de notre nouvelle Switchback.

Caractéristiques de série

De série, notre Switchback PRO-S arrive avec un démarreur électrique et un pare-brise moyen, très pertinent pour les régions du nord du fleuve. Le modèle PRO-S propose toujours le cadran des anciennes générations PRO-Ride qui fonctionne bien, mais qui est un peu petit à mon avis. Cependant, un nouveau cadran couleur et plus grand, bénéficiant de plusieurs fonctions intéressantes, est proposé en option, ce que je conseille fortement. Tout comme la Rush, la série Switchback est équipée de phares DEL de série à l'avant, une première de l'industrie. Contrairement à l'ancienne génération PRO-Ride où le rangement de série était inexistant, un coffre au-dessus du cadran est maintenant disponible. Pour mon plus grand bonheur (lire mes commentaires des dernières années sur les motoneiges Polaris), de nouveaux contrôles électriques plus gros, plus ergonomiques et potentiellement utilisables en mouvement sont maintenant offerts sur la Switchback. Pour avoir le portrait complet de la 800 HO Switchback PRO-S, vous pouvez accéder à la fiche technique détaillée en cliquant sur ce lien.

Essai du Système de siège 1+1 Linq

Les suspensions situées à l'avant et à l'arrière sont toutes deux équipées d'amortisseurs Walker Evans de type piggyback, faciles à ajuster. Bénéficiant d'un écartement des skis de 42.5 pouces (108 cm), les skis PRO-Steer sont de retour à l'avant. À l'arrière, la chenille RipSaw II de 15x137x1,25 pouces équipe la Switchback, les RipSaw étant utilisées avec succès par plusieurs manufacturiers dans le segment des hybrides. Contrairement au châssis PRO-Ride, l'accès à l'amortisseur et aux ressorts arrières du AXYS est plus dégagé et rend plus facile l'ajustement de ce dernier.

Depuis plusieurs années, on demandait à Polaris de nous proposer de nouveaux contrôles électriques, ce que le manufacturier a finalement fait.
Depuis plusieurs années, on demandait à Polaris de nous proposer de nouveaux contrôles électriques, ce que le manufacturier a finalement fait. 

Un autre élément qui saute aux yeux est le nouveau « siège de performance AXYS » qui, en plus d'avoir un côté esthétique très soigné et réussi, propose une ergonomie adaptée au véhicule. Un des éléments qui me frappe le plus est l'amélioration globale de la finition du véhicule. Bénéficiant d'un look vraiment réussi, je crois sincèrement que Polaris a fait un pas de géant quand on regarde la conception du capot et de l'habitacle du pilote. À titre d'exemple, le système d'attaches des 2 panneaux latéraux est beaucoup plus facile à utiliser et mieux pensé. De plus, on peut enlever et remettre toute la partie de haut du capot en quelques secondes et ce, sans aucun outil.

En quelques secondes, le propriétaire peut ouvrir les panneaux et le capot, sans outil, ce qui rend l'accès aux composantes plus facile.
En quelques secondes, le propriétaire peut ouvrir les panneaux et le capot, sans outil, ce qui rend l'accès aux composantes plus facile.

A quoi s'attendre

Comment peut-on prévoir le comportement d'un véhicule quand il y a autant de changements structurants sur celui-ci? On sait que l'objectif principal de ce véhicule est d'être un mesure de faire de longues randonnées dans différentes conditions de sentier, de bénéficier de haute performance et à l'occasion, de pouvoir sortir dans la poudreuse.  Quelques questions demeurent pour l'instant…

  • Quel sera le comportement en conduite sportive dans des sentiers sinueux?
  • Est-ce que l'accélération qui semble être annoncée sera aussi impressionnante que prévue?
  • Aura-t-on un véhicule plus stable lors de virages serrés comparativement à la génération PRO-Ride?
  • Comment  se comportera le châssis AXYS avec la suspension PRO-XC de 137 pouces en terrain accidenté?

Beaucoup d'interrogations qui selon moi sont clairement légitimes quand un manufacturier énonce que 93 % du véhicule est fait de nouvelles pièces. Il est donc temps de sortir du garage et de laisser s'exprimer la bête.

Auberge du Draveur - Motoneige