Premières impressions Renegade Enduro 1200

Premières impressions Renegade Enduro 1200

Bonjour mes amis motoneigistes, c’est avec plaisir que je vous présente aujourd’hui mes premières impressions de la nouvelle Renegade Enduro 1200 cm3 2016 !

La Endruro rejoint les amateurs de longues randonnées qui aiment s’aventurer à l’occasion hors des sentiers battus. Cette hybride de 137 pouces/348 cm est disponible avec 4 choix de motorisation : 600 H.O. E-TEC, 800R E-TEC, 900 ACE et le 1200 4-TEC. Notre modèle d’essai est la version à 4 temps 1200 4-TEC munie de l’amortisseur à air Air Ride.

Bien qu’il soit difficile de trouver de bonnes conditions vu le manque de neige, j’ai tout de même réussi à tester la Renegade Enduro dans plusieurs conditions. Un bon 700 kilomètres en deux jours dans les Hautes-Laurentides !

À notre départ de Saint-Donat, un fond de sentier durci avec un peu de neige démêlée m’attendait pour débuter l’essai. Température agréable dans les moins 6 degrés Celsius, bref presque parfait!

Accélérateur sans câbleModule de contrôle de l’ouverture du papillon
                         Accélérateur sans câble                            Module de contrôle de l’ouverture du papillon

Pour ma part, j’en étais à ma première expérience avec l’accélérateur électronique sans câble, remarquablement tendre pour le pouce. Il m’a tout de même fallu quelques kilomètres pour m’y habituer… La progressivité de la manette est très différente d’un accélérateur conventionnel à câble; le sentiment de réponse rapide n’est apparu qu’après avoir fait un bout de chemin. Lorsque l’on devient habitué à sa réaction, c’est une petite merveille, la précision est équivalente à un accélérateur conventionnel. Par contre, l’amalgame entre le papillon d’admission (throttle body) plus petit de 46 millimètres et son module de contrôle électronique, procure une meilleure réponse que les versions 1200 cm3 antérieures. Un orifice d’admission plus petit avec un moteur identique, procure une entrée plus rapide de l’air dans le système d’admission. Pour visualiser le même effet, pensez à lorsque l’on met le pouce sur le bout d’un boyau d’arrosage, on diminue le diamètre de l’orifice pour augmenter la pression et propulser l’eau plus loin. Malgré cette diminution, les gens de chez Ski-Doo ne mentionnent aucune diminution de la performance maximale.

Ergonomie…

Siège de la Enduro
Siège de la Enduro

La position de conduite sur le châssis XS est très confortable, les marchepieds laissent amplement d’espace pour les bottes, et la position de conduite est suffisamment avancée pour être à l’aise avec les pieds à plat. Le siège est large et très confortable, le tissu utilisé est juste assez agrippant pour garder le pilote en bonne posture et laisser libre recours au déplacement en conduite plus sportive. Que dire de la belle finition, le mot Enduro moulé dans le siège est digne de mention. Le seul petit bémol observé, lorsqu’il neige, il est difficile de bien nettoyer le siège, et si vous ne prenez pas le temps de tout enlever avant de partir, la chaleur de vos foufounes va faire fondre la neige et créer de l’humidité…

Déflecteurs et pare-brise
Déflecteurs et pare-brise 

Lors de mes premiers kilomètres, l’ajustement du guidon était trop bas; après quelques coups de clés pour le remonter, je me sentais plus à l’aise. La protection contre le vent est très bonne, je dirais même supérieure à la version 1200 dans le châssis XM. Lors de notre départ la deuxième journée, la température oscillait autour de moins 25 degrés Celsius. Les petits déflecteurs situés sous le pare-brise sont très efficaces pour la partie centrale du corps et aussi pour les mains. Le pare-brise est de hauteur moyenne, il protège bien le haut du corps; par contre, un bon casque et cache-cou sont nécessaires.

Boutons de commandes
Boutons de commandes

Les boutons des poignées et pouce chauffants sont faciles d’accès et il vous est possible de lire à quel niveau de température ils sont réglés via le tableau de bord numérique. Pour ce qui est de l’ajustement de la suspension, il faut bouger légèrement la main pour atteindre le bouton situé sur le dessus de la poignée qui active l’ajustement et ensuite effectuer les modifications avec le bouton des poignées chauffantes. Il faut donc être prudent si on veut changer d’ajustement en cours de route.

Point de vue rétroviseurs, rien à redire, ils sont solidement fixés aux déflecteurs de chaque côté du pare-brise, aucune vibration, ils offrent une excellent vision à l’extérieur des bras.

Confort…

Amortisseur Air Ride
Amortisseur Air Ride

À mon avis, c’est probablement le point le plus remarquable de la Enduro 1200 ! La rMotion 137 pouces/348 cm combinée à l’amortisseur Air Ride offre un très haut niveau de confort. La suspension avale littéralement les petites et moyennes bosses et si les conditions se détériorent, on augmente un peu la résistance de l’amortisseur et le tour est joué. J’ai également eu la chance de pousser la suspension dans les grosses bosses, à vitesse réduite, pas de trouble, la suspension continue de faire du bon boulot. Par contre, en augmentant la vitesse, on s’aperçoit rapidement que la vitesse de réaction de l’amortisseur à air est un peu moins efficace. J’avais la chance cette journée-là de m’asseoir sur un X-RS 800, qui est nettement plus performant dans ce type de conduite. Mais pour 95 % des conducteurs de sentier, la Enduro est vraiment un excellent choix…

Performance…

?Bouton de commande ECO, Standard et Sport
Bouton de commande ECO, Standard et Sport

Le bon vieux 1200 cm3 trois cylindres continue de bien se démarquer. La diminution de l’ouverture du papillon d’admission de 52 à 46 millimètres procure une meilleure réponse à l’accélérateur. Tout nouveau en 2016, le 1200 est équipé du système iTC (Intelligent Throttle Controle) qui permet d’utiliser 3 niveaux de performance. Pour y arriver, le papillon est contrôlé par un module électronique qui reçoit son information de l’accélérateur sans câble. En mode Sport, c’est-à-dire avec la pleine puissance disponible, les accélérations sont très respectables et les reprises se font sans hésitation. La calibration de la eDrive 2 avec la poulie menée est excellente et rend bien justice aux 130 chevaux déployés. Un nouveau silencieux est également introduit en 2016 avec une réduction du volume d’environ 38 % et surtout, un son un peu plus agressif, tout en respectant les normes bien sûr.

En mode Standard, la différence est difficilement perceptible. Les reprises sont un peu plus douces tout comme les accélérations, je pourrais certainement parier sur un peu d’économie d’essence, que je n’ai pu tester. En mode ECO, qui est un mode d’apprentissage, les accélérations sont beaucoup plus lentes et la vitesse de pointe est fixée à 70 kilomètres/heure, parfait pour apprendre les rudiments de ce sport à un initié !!!

Conduite…

Lisse Pilot TS en position agressive
Lisse Pilot TS en position agressive

?Lisse Pilot TS en position complètement relevée
Lisse Pilot TS en position complètement relevée

Ayant eu la chance de piloter à plusieurs reprises une Renegade X en 2015, j’étais impatient de voir comment les skis Pilot TS allaient changer la conduite pour 2016. Bien qu’un 1200 cm3 est plus lourd du devant et que la conduite est légèrement différente, les nouveaux skis ont amélioré un aspect qui nécessitait de l’amélioration en 2015, soit l’adhérence dans des conditions légèrement enneigées. L’an dernier, on observait beaucoup de sous-virage lorsque les conditions étaient plutôt molles et si l’on augmentait la pression sur les skis, la conduite devenait beaucoup plus dure sur les épaules et bras. En augmentant la profondeur de la lisse sur les TS, il est maintenant possible d’augmenter l’adhérence en virage sans trop affecter l’effort de conduite. De plus, les lisses en position plus agressive offrent une meilleure stabilité également en ligne droite. 

Là où ça se complique un peu, c’est lorsque le sol devient plus dur ou glacé. Si on conserve une lisse très agressive, c’est-à-dire en position très profonde, le devant devient très agressif et on observe du louvoiement saccadé, et l’effort de conduite augmente significativement. Il faut donc diminuer la profondeur pour atténuer ces effets. Après avoir remonté les lisses, le louvoiement a diminué, mais demeure tout de même encore présent. L’effort demandé pour tourner le guidon est également moindre, mais ceci demeure encore un point d’amélioration, surtout avec le 1200 comme motorisation. 

En conclusion…  

?La Enduro 1200 cm3 et son pilote d’essai Stéphane Miville
La Enduro 1200 cm3 et son pilote d’essai Stéphane Miville

  • La Enduro 1200 cm3 est une excellente motoneige de randonnée. 
  • Son confort est remarquable et facile d’ajustement, lorsque la précharge initiale de la suspension est bien ajustée en fonction du poids, seules de légères modifications au niveau de l’amortisseur à air sont nécessaires pour pallier le changement de conditions de sentier. 
  • La position de conduite est excellente avec une bonne ergonomie. 
  • Les performances du 1200 sont très respectables et amplement suffisantes pour la majorité des conducteurs. 
  • Un peu moins d’effort de conduite serait une belle amélioration…

Gardez l’œil ouvert sur Motoneiges.ca, d’autres pilotes vont vous livrer leurs impressions !!!

Un gros merci à BRP, notre partenaire pour cet essai !!

Les Motoneiges Géro