Projet d’un nouveau sentier aux monts Valin

Projet d’un nouveau sentier aux monts Valin

Si tous les astres s’alignent bien, les amateurs de motoneige pourront compter sur un nouveau sentier de motoneige entre les monts Valin et Chibougamau, au nord du Lac-Saint-Jean.

Le projet est dirigé par la MRC de Maria-Chapdelaine, de concert avec plusieurs intervenants du milieu. Les clubs de motoneigistes et de quadistes y participent de même que plusieurs autres instances.

Situé au nord du 49e parallèle, ce sentier de 236 kilomètres ne sera pas soumis au processus des droits de passage. Par sa situation géographique, il sera accessible plus longtemps, et même plus rapidement, dès que les premières neiges vont tomber.

motoneige sentiers saguenay

«Nous voulons que ce sentier soit un lien intégrateur, pour que nous puissions consolider ce que nous avons d’une part et faire découvrir notre magnifique coin de pays aux gens de l’extérieur», a expliqué le directeur général du parc régional des Grandes-Rivières dans lequel s’inscrit le projet, M. Dominique Gobeil.

«Nous voulons le réaliser en collaboration avec l’ensemble du milieu touché. Ce sentier sera réservé exclusivement aux quadistes en été et aux motoneigistes en hiver», a-t-il ajouté.

CONDITIONS GAGNANTES

La MRC de Maria-Chapdelaine est véritablement le pays de la démesure, comme se plaisent à dire les gens du milieu. Avec ses 38 000 kilomètres carrés et ses 28 000 kilomètres de chemins forestiers, il y a de quoi s’amuser.

«Nous croyons sincèrement que nous avons les conditions gagnantes pour créer ce sentier, ajoute Gobeil. Nous avons de très bonnes conditions de neige très tôt et très tard. Nous sommes capables de faire une très belle qualité de sentier puisque nous sommes dans des chemins forestiers en majeure partie. Nous avons aussi un couvert forestier important qui empêchera le sentier de se détériorer rapidement par temps doux. Notre projet se fera sur des terres publiques, permettant ainsi d’assurer la pérennité du tracé de ce sentier unique.»

«Les motoneigistes et les quadistes vont pouvoir traverser les grandes rivières de la région. Les rivières Mistassini et Péribonka sont de beaux exemples. Vraiment, ce que nous voulons, c’est mettre en valeur notre région et la faire découvrir aux touristes, pas seulement de l’extérieur, mais aussi du Québec», poursuit M. Gobeil.

UN TRAVAIL DE CONCERTATION

Pour que ce sentier voie le jour, il faut absolument que tout le milieu concerné par sa présence participe à un immense processus de concertation.

«Nous travaillons à réunir autour d’une même table tous les gens touchés, y compris les nombreux villégiateurs qui vivent dans les forêts de l’arrière-pays, afin que notre projet fasse l’unanimité. Il doit être un lien intégrateur dans un projet de développement régional concerté», a analysé le directeur général.

Présentement, les activités reliées à la forêt constituent l’activité économique principale sur le territoire de la MRC de Maria-Chapdelaine. En créant ce sentier, on veut diversifier l’utilisation du milieu et créer ainsi une nouvelle manne économique avec ce que la nature offre autant en été qu’en hiver.

Une porte vers le Nord-du-Québec

Les promoteurs du sentier monts Valin-Chibougamau estiment que ce nouveau lien pourrait donner accès au Nord-du-Québec aux adeptes de grandes aventures. Ils mentionnent, entre autres, des territoires comme celui de la baie James, un endroit magique où faire de la motoneige n’a rien de comparable par rapport à ce qui se passe au sud. Pour l’avoir fait, en tant que motoneigiste, je puis vous certifier que c’est une expérience à vivre. Rouler dans ces grands espaces, apercevoir des caribous, traverser les immenses réservoirs gelés, il y a de quoi satisfaire les plus aventuriers.

Bâtir des ponts

Il est certain que l’élément le plus coûteux du projet est sans aucun doute la construction des trois ponts que le sentier devra emprunter pour enjamber les grandes rivières. Si le projet de minicentrale à la 11e chute de la rivière Mistassini se réalise, parmi les sommes compensatoires qui seront attribuées, il y aura de l’argent pour bâtir le pont nécessaire pour le sentier. Il n’en resterait alors que deux à financer.

Les bénévoles

Dans tout ce projet, il y a un élément clé dont il faut absolument tenir compte, et c’est la participation des bénévoles des clubs de motoneige, qui sont les vrais experts pour bâtir et entretenir le sentier. Les dirigeants de la MRC de Maria-Chapdelaine en sont parfaitement conscients. C’est pour cette raison qu’ils veulent absolument que les clubs fassent partie intégrante du processus de décision qui mènera à la naissance de ce nouveau lien qui servira à mettre en valeur les forces naturelles du territoire.