Quand la motoneige devient un sport extrême

Liste des hôteliers
Philippe Alarie est un pilote qui n’a pas froid aux yeux! En peu de temps, le résidant de Saint-Zotique est devenu un champion des courses d’accélération de motoneiges, autant sur la neige que sur le gazon.

À sa première année sur le circuit Top Speed Racing (TSR), Philippe Alarie a connu passablement de succès. Au cumulatif des points, il a terminé 1er dans la classe 600cc Improved et 700cc Improved.

Il faut dire que la motoneige n’a plus de secret pour l’homme âgé de 34 ans. Il a conduit sa première motoneige à l’âge de 8 ans et il est rapidement devenu un passionné de ce type de véhicule.




Philippe Alarie n’a pas froid aux yeux, compétitionnant dans les courses d’accélération de motoneiges sur glace ou sur l’eau

D’ailleurs, il connaît parfaitement les moteurs des motoneiges puisqu’il conçoit et «monte» des engins depuis une douzaine d’années.

Il y a près de cinq ans, ce mécanicien a décidé de mettre de côté les longues randonnées pour consacrer uniquement ses énergies à la performance.

Lors de sa première compétition effectuée à Saint-Léonard-d’Aston, près de Drummondville, il a fait écarquiller les yeux en montant sur la seconde marche du podium avec son bolide Yamaha Nitro. «Je voulais démontrer que j’étais capable de bien faire», a-t-il déclaré en entrevue au JOURNAL.

Plus de 160 km/h

Les courses d’accélération de motoneiges (drag) consistent en des affrontements à un contre un, sur une piste en ligne droite de 660 pieds sur la neige et de 500 pieds sur le gazon. Sur la neige, les départs s’effectuent sur de la poussière de pierre ou de sable.

«Le calibre des compétiteurs est plus relevé sur le gazon. L’été, c’est plus serré et les pilotes prennent ça davantage au sérieux», soutient Philippe Alarie.

Pour en savoir plus, suivez le lien …

Les Motoneiges Géro