Québec serre la vis aux motoneigistes

Première neige dans plusieurs régions du Québec

Les motoneigistes forcés
de mettre la pédale douce dans les sentiers.
En plus de serrer la vis aux motoneigistes, le projet de loi spécial déposé
à l’Assemblée nationale aujourd’hui placera les MRC
sous «protection judiciaire» durant deux ans, évitant les recours
collectifs comme celui qui a entraîné la fermeture partielle d’un
important sentier de motoneige des Laurentides.

Comme le révélait le Journal, hier, le gouvernement
empêchera donc que le récent jugement de la Cour supérieure
pénalisant la MRC des Laurentides n’incite d’autres citoyens
du Québec à réclamer l’interdiction de passage des
motoneiges aux abords de leur résidence.

Le gouvernement ne portera pas ce jugement en appel mais, devant
les MRC qui menacent de fermer leurs sentiers le 21 décembre, il niera
tout recours collectif fondé sur des «inconvénients de voisinage»
comme le bruit, les odeurs ou la pollution causés par les motoneiges.
Aucune poursuite contre les MRC ne sera possible d’ici au 1er mai 2006,
et ce rétroactivement à 2001, a appris le Journal, hier soir.

Le gouvernement imposera ensuite, par règlement, des
réductions des limites de vitesse. Les motoneigistes devront ralentir
jusqu’à 30 km/h dans les zones habitées et n’auront
plus le droit de circuler à toute vitesse, la nuit, dans les sentiers
passant près de secteurs résidentiels.

Appui des autres partis
La ministre du Tourisme, Nathalie Normandeau, s’est assurée hier
soir de l’appui des péquistes et des adéquistes pour que
la loi soit adoptée dès aujourd’hui. Ce projet de loi modifie
la Loi sur les véhicules hors route et permettra aux MRC d’ouvrir,
cette année et l’an prochain, 10 000 kilomètres de sentiers
sans crainte de poursuites judiciaires.

Pour le gouvernement, il s’agit d’un «test
de développement durable», résumait un conseiller du premier
ministre Charest, hier.

On profitera du sursis juridique décrété
aujourd’hui pour revoir toute la pratique de la motoneige. Une commission
parlementaire itinérante ira en région pour établir la
suite des choses. La gestion des sentiers et les corrections à apporter
aux tracés côtoyant des zones urbaines seront au cœur des
consultations publiques. Les fabricants seront aussi invités à
produire des véhicules moins bruyants et moins polluants.

Concours Gagnez un voyage de 4 jours en motoneige

La ministre Normandeau a d’ailleurs indiqué hier
que l’initiative du gouvernement sera accompagnée d’une série
de mesures impliquant un grand nombre d’intervenants. Les 231 clubs de
motoneige du Québec seront invités à appliquer de nouvelles
règles de conduite et se verront notamment déléguer le
pouvoir de signaler des infractions à la Sûreté du Québec.

«Nous allons faire en sorte que les sentiers restent ouverts»,
a résumé le ministre de la Solidarité sociale, Claude Béchard,
responsable du Témiscouata, une région où la motoneige
est très populaire.