Sainte-Thècle à l’époque du snowmobile

Liste des hôteliers
À une certaine époque, le snowmobile était le moyen de transport le plus courant dans les villages l’hiver. Jean Lafrance s’en souvient très bien. Tellement qu’il a reconstitué les chantiers du Canton de Lejeune de Sainte-Thècle dans les moindres détails… en version miniature.
 
Découverte d’une époque pour certains, souvenirs d’enfance pour d’autres.
 
«Dans les années 1950, 1960, le snowmobile était encore utilisé à Sainte-Thècle, explique M. Lafrance. Que ce soit par le Dr Aubin qui allait soigner les malades à Saint-Joseph-de-Mékinac, les ouvriers qui allaient porter le bois au moulin à scie, etc.»
 
La passion de Jean Lafrance (Photo L’Hebdo)
 
Pour ceux qui n’ont pas connu l’époque, le snowmobile (autoneige de son vrai nom) est un véhicule muni de chenilles pouvant circuler sur la neige, même pendant une grosse tempête. Le snowmobile de Bombardier a connu son apogée dans les années 1950-1960, avec une douzaine de modèles (B6, B7, B12, etc.). Dans ces années, l’accès aux routes de campagne était difficile en saison hivernale, ce véhicule était donc le moyen de transport le plus utilisé.
 
«Quand j’étais jeune, au magasin (la quincaillerie Lafrance appartient toujours à sa famille, de génération en génération depuis 112 ans), mon père s’occupait de l’entretien des snowmobiles. Et après, il les prenait pour aller livrer les commandes dans les rangs, et on embarquait avec lui.» M. Lafrance se souvient de cette époque comme si c’était hier.
 
Fidèle à ses souvenirs
 
Artisan du bois, Jean Lafrance a tout pensé et tout créé. Plus de 25 pièces uniques, toutes plus originales les unes que les autres. Le snowmobile du docteur, celui du laitier, les traîneaux de billots de bois destinés au moulin à scie, un camp de bûcheron, le pont couvert du lac Croche et même la première station d’essence du village!
 
Des miniatures en bois qui recontent toute une époque (Photo L’Hebdo)
 
Plusieurs accessoires font également partie du décor, boîtes aux lettres, bécosse, raquettes, godendards, bidons de lait, etc. Et le camp de bûcheron est tout équipée, lits, table, chaise, lumières et même une fournaise. Bref, une impressionnante collection qui remplit tout l’escalier du deuxième étage!
 
Voir la galerie
 
Travaillant de concert avec son épouse Suzanne, M. Lafrance fait un travail de récupération pour chacune de ses pièces, donnant une seconde vie à plusieurs objets ou morceaux de bois devenus inutiles. Plusieurs heures de travail, de patience et beaucoup de minutie sont nécessaires pour réaliser ces œuvres d’art.
 
Photo L’Hebdo
 
Bien qu’il ait avant tout créé cette collection pour lui, par passion du bois, Jean Lafrance sait bien qu’il fait revivre beaucoup de souvenirs aux personnes qui viennent la voir.
 
On lui a même déjà recommandé d’en faire une exposition, qui pourrait sans aucun doute en attirer plus d’un!
Le début de la saison de motoneige 2021-2022 approche rapidement !
Les Motoneiges Géro