Saison de motoneige tardive mais rentable en Beauce et dans les Etchemins

Liste des hôteliers
Avec l’hiver en dents de scie que nous venons de connaître et le printemps hâtif actuel, nous pourrions croire que la récente saison de motoneige a été désastreuse pour l’économie et le tourisme en Beauce et dans les Etchemins. Or, ces deux régions auront su trouver leur compte dans une période simplement plus concentrée.
 
La Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) confirme la fermeture des sentiers dans les couloirs Lac Etchemin-Saint-Magloire-Saint-Pamphile, Armstrong-Saint-Georges-Saint-Éphrem-de-Beauce et Beauceville-Saint-Joseph-de-Beauce-Sainte-Marie. La situation est semblable dans toutes les pistes du Québec. Plusieurs clubs régionaux ont amorcé la fin de leurs activités au cours de la dernière semaine. 

C’est notamment le cas du Club motoneige des Etchemins qui a profité de cette occasion pour retirer sa signalisation dû au redoux et averses de pluie s’étant abattus plus tôt en mars sur cette région. Président du Club Motoneige Beauceville, Gilles Veilleux a aussi confirmé que l’organisme dont il chapeaute la direction a fermé les livres jusqu’à l’année prochaine. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce club de la MRC Robert-Cliche a attiré un grand nombre de conducteurs sur son territoire et même augmenté son nombre de membres. 

«On a perdu de l’achalandage de la mi-décembre à la fin janvier à cause du manque de neige. Par contre, février a été un excellent mois, si bien que notre nombre d’adhérents a augmenté de 35 %. Ça exclut toutefois les membres temporaires, journaliers ou de fins de semaine. Il faut dire que notre club est bien positionné avec le croisement des sentiers 55 et 75 (Trans-Québec) dans notre cour. Un gros pourcentage de nos visiteurs provenaient des États-Unis, dont le Maine et le New Hampshire», explique Gilles Veilleux. 

Directeur du marketing pour Tourisme Chaudière-Appalaches, François Cloutier croit également que la saison 2011-2012 en motoneige n’est pas aussi catastrophique qu’il n’y paraît. Celui-ci stipule que des clubs, hôteliers et autres commerçants seront contactés à la fin mars et en avril pour fin de compilation statistique et autres commentaires. À première vue, M. Cloutier est cependant certain que l’économie liée aux activités de motoneige n’a pas été plus affecté que lors des dernières années. 

«La saison se termine bien souvent peu après la semaine de relâche, mais ça peut occasionnellement s’étirer jusqu’à la fin mars dans le coin du Massif du Sud. J’ai déjà parlé à plusieurs hôteliers et tous étaient très satisfaits. Les fins de semaine ont été particulièrement bonnes. De toute façon, il y a toujours quelque chose qui arrive chaque saison, comme le manque de neige ou des problèmes avec les droits de passage. Les centres de ski ont vécu des choses semblables cette année», conclut François Cloutier. 

Grand Salon de la motoneige et du quad 2022: venez nous rencontrer!
Motoneiges Ski-Doo