Snow Shoot 2016 – Coups de coeur de Yves Therrien

Snow Shoot 2016 - Coups de coeur de Yves Therrien

Assigné à l’essai des motoneiges de montagne et des hybrides, j’ai eu la chance évidement, de piloter des motoneiges extraordinaires.  Le Montana, pour mon premier Snow Shoot, fut une expérience formidable. 

Polaris

Essayer les nouvelles motoneiges 2016 a été bien sûr fort en sensation, mais il y a deux choses qui m’ont vraiment impressionné : le nombre de modèles disponibles et l’encadrement fourni par le manufacturier Polaris.

À toutes nos sorties, Polaris nous accompagnait avec leurs ingénieurs et pilotes professionnels dont certains avaient des habiletés de pilotage vraiment incroyables. Tous d’une courtoisie impeccable, ils ont contribué à rendre mon séjour une expérience formidable.

Le nombre de modèles fabriqués par les quatre compagnies est un fait marquant pour moi. Plus d’une centaine de motoneiges étaient disponibles pour les essais lors du Snow Shoot et il en manquait. C’est incroyable de voir le nombre de modèles disponibles pour 2016 et j’imagine les maux de tête que les détaillants auront avec leurs commandes de motoneiges pour la prochaine saison en vue de satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante et un marché plus pointu que jamais. C’est à en perdre son latin!

Dans l’ordre de mes préférences, Polaris est toujours maître de la montagne grâce à sa maniabilité supérieure. Les PRO-RMK pour la neige profonde, les ASSAULT pour la montagne extrême et les SKS pour leur polyvalence se démarquent vraiment par une rigidité de cadre AXYS notable, des suspensions performantes et des moteurs puissants, et ce, tant parmi la gamme 800 Cleanfire HO que chez le 600 cm3. Les bras de suspension triangulaires sont maintenant fabriqués d’aluminium forgé, ce qui leur donne légèreté et solidité. Trois nouvelles chenilles de longueur 155 et 163 pouces / 394 et 414 cm sont disponibles : la Peak de 2,25 pouces / 5,7 cm, la série 6.0 de 2,6 pouces / 6,6 cm  et la série 7 de 3 pouces / 7,6 cm. La nouvelle plate-forme AXYS PRO-RMK ne pèse que 408 livres / 185 kg et est donc de loin la plus légère de l’industrie. Ces Polaris sont offertes munies d’un tout nouveau cadran d’affichage interactif numérique.

Un véritable Blast!

Mon coup de cœur chez Polaris est la 800 PRO-RMK pour sa maniabilité et sa légèreté. Son cadre AXYS, sa suspension redessinée et les bras avant d’aluminium forgé sont les grandes innovations de cette motoneige reine de la montagne.

Polaris 800 Pro-RMK 155 2016

Ski-Doo

Les SUMMIT et FREERIDE de Ski-Doo reviennent en force pour 2016 avec une gamme des plus intéressantes dans le choix des longueurs de chenille (154, 163 et 174 pouces / 392, 414 et 442 cm pour la SUMMIT et 137, 146 et 154 pouces / 348, 371 et 392 cm pour la FREERIDE). En configuration X, SP, BURTON, T3 ou SPORT, la série SUMMIT offre le plus grand choix d’accessoires et de configurations de l’industrie avec les moteurs Rotax à 2 temps de 600 cm3 ou de 800 cm3. 

La série FREERIDE disponible en exclusivité au printemps est une motoneige hors-sentier nouveau genre avec une bonne attitude en sentier. Un seul moteur disponible, soit le 800 E-TEC en longueur de chenille 137 avec la suspension arrière rMotion et en longueurs de chenille 146 et 154 pouces avec la suspension tMotion. Le  système d’engagement et de désengagement rapide (sans outil nécessaire) de la barre stabilisatrice est spécialement conçu pour augmenter ou diminuer le roulis de la motoneige, ce qui lui donne adaptabilité tant dans les sentiers que dans la neige profonde. La FREERIDE est munie de la nouvelle suspension avant RAS 2 et est de couleur rouge lave et vert mante. 

Mon coup de cœur chez Ski-Doo est la FREERIDE 154 que j’ai commandée d’ailleurs en vue de la prochaine saison. C’est la machine qui, je crois, possède la meilleure capacité d’adaptation au genre de motoneige que l’on pratique au Québec. Sa chenille de 16 pouces / 40 cm de largeur et le système de barre stabilisatrice en font la meilleure motoneige, du sentier au hors-piste.

Bilan d’essai de la Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021

Ski-Doo Freeride 154" 2016

Arctic Cat

En 2016, Arctic Cat offre 19 motoneiges de montagne dans la série M et cinq motoneiges dans la série HIGH COUNTRY donc, 24 modèles destinés au hors-piste et à la montagne. Les longueurs de chenille des modèles sont disponibles en POWER CLAW 141, 153 et 162 /358, 388 et 411 cm  avec des profils variant entre 2,25 et 3 pouces / 5,7 et 7,6 cm. Les nouveautés pour la série M sont la suspension avant A- ARM, un poteau de ski simple redessiné qui permet une meilleure inclinaison et moins de restriction de la neige en contre-rotation, un nouveau ski de montagne plus large à l’avant qu’à l’arrière,  de nouveaux rails de cadre qui améliorent la suspension et la traction ainsi qu’un tout nouveau système d’entraînement de Team Industries utilisé par Arctic Cat dans leur motoneige de course depuis 2004 maintenant disponible dans les modèles de production en 2016. Avec ces nouveautés, Arctic Cat allège tous ses modèles dans une éternelle quête de produire des motoneiges de plus en plus légères. 

Arctic Cat offre quatre moteurs dans ses modèles 2016 de montagne; deux 4-temps et deux 2-temps. Dans le 4-temps, le turbo de 180 ch deux-cylindres C-TEC4 est le cœur de la série 9000. Le 1049 cm3, 135 ch de Yamaha se retrouve dans la série 7000. Le 2-temps de 794 cm3 de 180 chevaux anime la série 8000 et le 600 cm3 C-TEC2, la série 6000.

Mon coup de cœur chez Arctic Cat est la M HCR pour sa légèreté, la puissance du moteur, la rigidité du cadre et la largeur des deux skis qui est ajustable entre 38,5 et 42,5 / 97,8 et 108 cm. Destinée au « hill climb »,  cette motoneige avec une largeur de skis de plus de 42 pouces / 106 cm lui confère des qualités indéniables en sentier qui, par ce fait, s’adapte bien aux conditions de pilotage du Québec.

Arctic Cat M8000 HCR 153" 2016

Yamaha

Yamaha est le seul manufacturier qui n’offre que des 4-temps dans la totalité de sa gamme de motoneiges. Il n’y a pas de 2-temps sur les planches à dessin du motoriste japonais. Dans le contexte du hors-piste et de la montagne, Yamaha est d’une construction extrêmement fiable et solide, mais qui n’a pas la maniabilité et la légèreté des motoneiges munies de moteur à 2 temps.

Essai de la Polaris 650 Indy VR1 2021 

Parmi les 23 modèles, couleurs ou configurations disponibles chez Yamaha, les hybrides ou Crossover de Yamaha sont peut-être le créneau le plus intéressant de toute la catégorie hors-piste de Yamaha. Elles sont excellentes en sentier et se débrouillent relativement bien en hors-sentier occasionnel. Cette série que l’on retrouve sous les appellations X-TX et S-TX sont en fait des motoneiges de sentier munies des chenilles plus longues disponibles dans des dimensions de 137, 141 ou 146 pouces / 348, 358 ou 370 cm à profil variant de 1,5 à 1,75 pouce / 3,8 à 4,45 cm. 

Pour ce qui est de la montagne, la série SRViper M-TX munie d’une chenille de 162 pouces / 411 cm et du trois-cylindres turbo est une véritable bête pour le « hill climb ». En configuration production, les Yamaha de hors-sentier sont excellentes pour la ballade et les terrains intermédiaires et conviennent parfaitement au pilote québécois qui aime explorer les sentiers forestiers. En situation de conduite extrême, les motoneiges de montagne Yamaha nécessitent des efforts et des habiletés de pilotage indéniables.

Mon coup de cœur chez Yamaha est la SRViper X-TX. C’est une « Crossover » munie d’une chenille Cobra de 141 pouces au profil de 1,6 pouce / 4 cm qui est d’une polyvalence extraordinaire. Pour l’avoir essayée dans toutes les conditions de sentier et de neige profonde, la SRViper X-TX avec son moteur trois-cylindres à 4 temps est une motoneige des plus agréables à piloter tant en sentier qu’en terrain intermédiaire de hors-piste.

Yamaha SRViper X-TX 2016