SnowShoot 2010 : Les coups de coeur de Marc Thibeault

Liste des hôteliers

Quelle difficile tâche pour moi de cibler « seulement » un seul coup de coeur par manufacturier… En fait, quand on me demande de faire ce choix déchirant, j’ai plus le goût d’appeler la chronique les « bris du coeur » tellement il y a de motoneiges de qualité en 2010. Pendant cet événement unique qui se déroulait dans les décors exceptionnels des rocheuses américaines, je me suis surpris à imaginer comment certains pionniers disparus des premières heures de la motoneige réagiraient en faisant l’essai de ces engins aussi perfectionnés technologiquement. C’est à ce moment précis que j’ai compris combien j’étais chanceux d’être là et combien je devais apprécier chaque essai que je réalisais par respect pour tous nos lecteurs. Ma présence au SnowShoot 2010 fut dédiée à tous les pionniers qui ont bâti notre sport et qui font qu’aujourd’hui nous pouvons partager cette passion tous ensemble.

Que d’améliorations depuis les années 60, 70 et 80. À toutes les années, on se dit « wow » et pourtant, les ingénieurs des 4 grands nous impressionnent encore d’année en année. À première vue, on est souvent impressionnés par les nouveautés plus radicales que chaque édition nous amène, ce qui est logique. L’année 2010 ne fait pas exception à la règle mais on oubli souvent un élément important qui est le raffinement.  Ce phénomène se produit lors de la deuxième et la troisième année d’une nouvelle technologie et n’est pas visible sur la photo ou dans une salle de montre. Certains amateurs « experts » peuvent apprécier en partie ces améliorations en lisant les spécifications techniques mais encore là, ce n’est pas une garantie que le résultat sera une réelle amélioration pour le pilote. C’est seulement au moment de l’essai qu’on peut avoir le vrai « feeling » de tous ces raffinements, en appréciant ainsi les efforts soutenus des équipes de développement pour calibrer une multitude de technologies. L’année 2010 est particulièrement remplie d’une multitude de raffinements, et nos essais nous en font ressortir plusieurs.

Arctic-Cat
Quand on parle de raffinement, le manufacturier de Thriff River Falls a très bien compris ce concept et sa gamme 2010 en est remplie. Mon choix n’a cependant pas été facile car l’arrivée du 800HO a brouillé mes cartes pendants plusieurs jours… Quel moteur ! Mon choix final s’est joué entre deux modèles qui partagent le même moteur et la même plateforme, soit le TZ1 Turbo LXR (Touring) ainsi que le Z1 Turbo. Je me suis cependant arrêté sur la Z1 qui est vraiment mon choix pour une motoneige à un passager. Malgré le poids non négligeable du Turbo à quatre temps, c’est définitivement la motoneige la plus maniable des ultra-puissantes qui ont été produites dans l’industrie. J’ai été très impressionné par la facilité avec laquelle cette motoneige se manoeuvre en virages serrés, tout en bénéficiant d’une puissance incroyable à tous les régimes. Le châssis Twin-Spar est vraiment à son meilleur dans cette version et les suspensions avant et arrière sont calibrées de façon parfaite pour le poids. L’affaissement vers l’avant au moment du freinage que nous avions expérimenté l’an passé à été grandement diminué en 2010, et que dire du comportement de la motoneige dans les bosses. Encore une fois on en oubli son poids tout comme pour le confort du Z1 Turbo qui est exceptionnel, car la motoneige absorbe une grande partie de l’énergie dans les bosses. Naturellement, le système d’ajustement à multiple positions du siège est vraiment intéressant permettant d’ajuster la motoneige à toutes les grandeurs de pilotes. Étant donné qu’il faut faire un choix, mon coup de coeur s’est arrêté sur la Z1 Turbo, car c’est une motoneige parfaite pour les grandes randonnées dans les conditions du Québec tout en permettant d’avoir une conduite sportive au besoin. Une mention honorable est également donnée à la version « touring » soit la TZ1 Turbo qui bénéficie en grande partie des avantages de la Z1 mais pour deux passagers.

Les Portes Ouvertes FCMQ sont reportées au 19-20 février 2022

Polaris
Chez Polaris, on ne peut passer sous silence toute la nouveauté amenée par l’arrivée du châssis ProRide ainsi que le Rush 600. Il faut noter que le nombre de modèles disponibles pour les essais était plus limité cette année chez Polaris. Cependant, les modèles présents étaient très intéressants pour le marché Québécois. Outre plusieurs unités du Rush et de toute la gamme des motoneiges RMK et Assaut de montagnes, les versions 600 et Turbo du IQ LX ainsi que le très attendu WideTrak IQ 600 étaient présents. Mon choix a été rendu difficile car plusieurs segments de marché sont intéressants chez Polaris en 2010. Ma passion du hors-sentier m’a fait apprécier grandement le Widetrak IQ à moteur 2 temps de 600cc. Toute la maniabilité du châssis IQ combiné avec la légèreté et la performance du Liberty de 120 hp en font un choix très intéressant. Que dire de la série LX qui est clairement dédiée au marché du nord-est du continent, qui vise les amateurs de longues randonnées en tout confort. Je ne pouvais passer à côté de l’innovation de l’année soit : la Polaris Rush avec sa surprenante suspension arrière à action progressive. Tout le potentiel de ce nouveau châssis ProRide a finalement eu raison de mon coeur, même si au moment de l’essai, certains ajustements restaient à faire par les ingénieurs de Polaris. Le grand potentiel de la suspension arrière et son travail dans les bosses sont impressionnant tout comme la suspension IQ à l’avant qui donne une maniabilité exceptionnel à la Rush.  Le moteur Liberty 600 donne de très bonnes performances combinées à la légèreté du Rush et aux poulies P-85/P2 qui sont fidèles à la tradition Polaris. On ne peut passer sous silence le look innovateur de la Rush qui ne passera pas inaperçu cette saison dans les sentiers. Une motoneige très maniable qui combine innovation et utilisation de ses composantes qui sont de valeurs sûres chez Polaris. C’est mon choix pour 2010.

YETI SnowMX lance sa gamme de systèmes de moto sur neige 2023

Ski-Doo
Encore une fois, le grand nombre de motoneiges Ski-Doo sur place ne rendait pas ma tâche facile. Beaucoup de modèles dans beaucoup de segments de marché qui sont tous plus intéressants les uns des autres.  Mon choix chez Ski-Doo m’a demandé de me re-questionner sur la définition d’un coup de coeur. Plusieurs mentions honorables doivent être données, entre autre au nouveau Tundra LT qui nous a procuré un plaisir fou durant toute une après-midi dans les sous bois. Que dire de l’Expédition SE super équipé à moteur deux ou quatre temps, une grande Touring en sentiers tout comme en neige profonde. Entre les deux, notons la Renegade BackCountry avec une chenille de 1’3/4 pouce et son choix de moteur 800R ou 600ETEC qui est destiné à notre marché. Finalement mon choix s’est porté sur la MX-Z 1200 TNT. Une motoneige  qui donne le meilleur de tout ce qu’on recherche d’une motoneige de sentiers. Puissance et reprise, son distinctif, économie d’essence, faibles émissions et absence d’odeur, maniabilité, confort et finalement un look accrocheur.  C’est vraiment une motoneige de randonnées qui bénéficie du raffinement de l’ensemble de ses composantes intégrées en un tout, qui donne de très bons moments à son pilote. Son comportement est très prévisible en virages comme dans les bosses, ce qui en fait un choix très judicieux pour grand nombre de motoneigistes. La TNT à moteur quatre temps s’est avéré mon coup de coeur pour 2010 chez Ski-Doo.

Yamaha
Le manufacturier Nipon qui se veut un spécialiste du raffinement a très bien appliqué ce concept une fois de plus dans sa cuvée 2010. Après plusieurs innovations dans les dernières années, Yamaha s’est concentré à parfaire sa gamme, tout en amenant plusieurs améliorations à certains modèles. Encore là, les choix était nombreux mais mon dilemme, qui s’est étendu sur plusieurs jours, se faisait entre le RS Vector GT et son nouveau moteur à injection direct ainsi que l’Apex GT. Outre la différence entre la puissance des moteurs, ces deux motoneiges bénéficient de plusieurs caractéristiques similaires à l’exception de l’amortisseur GHP Öhlins de 46 mm en aluminium avec dispositif de réglage électronique de la compression. C’est précisément là que mon coeur a balancé. On sait que Yamaha travaille depuis plusieurs années à l’amélioration continue de leurs suspensions en générale, mais force est d’admettre que le résultat de cette saison avec la GT est vraiment impressionnant. J’ai été impressionné du comportement de cette dernière  dans les bosses, et que dire du système d’ajustement électronique en marche… « wow ». Naturellement, la finition et la qualité d’assemblage de ces motoneiges sont toujours irréprochables, marque de commerce de ce manufacturier. Malgré le fait que je sois un partisan de la catégorie 120 hp, la combinaison de cette suspension, de la chenille RipSaw  de  15x121x1.25 pouces et du 4 cylindres de 150 hp m’a vraiment conquis. J’ai redécouvert l’Apex en 2010, et cela m’a finalement fait choisir l’Apex GT 2010 comme coup de coeur chez Yamaha pour cette saison.

Grand Salon Motoneige Quad 2022