Tendances de l’ industrie de la motoneige

Liste des hôteliers

J’ai l’impression que je me disais la même chose voilà 5, 10 ou même 15 ans. Qu’est-ce que l’industrie de la motoneige pourra faire afin de relever les défis des prochaines années ?

Diminution des quantités de neige dans certaines régions, situation économique précaire, augmentation du prix des véhicules, augmentation des prix de l’essence, baisse de l’intérêt des jeunes envers notre sport, et on en passe. Il est clair que plus le temps passe, plus les défis sont importants, sans oublier que cette industrie se dépasse en termes d’avancement technologique! Dans tous les domaines et toutes les époques de l’histoire de l’humanité, les situations difficiles ont provoqué des innovations exceptionnelles. L’être humain étant ce qu’il est, c’est au moment où il est en danger qu’il trouve de nouvelles solutions et qu’il se dépasse.  Étant depuis plusieurs années une industrie précaire, la motoneige est probablement le plus bel exemple de ce que « l’instinct de survie » peut faire dans un domaine. Je suis convaincu que c’est une des plus belles écoles pour tous les nouveaux ingénieurs des compagnies de véhicules récréatifs, et ceux-ci doivent constamment se remettre en question.

Yamaha Viper

Vous êtes-vous amusés à regarder une motoneige 2004 par rapport à ce qu’un modèle 2014 du même segment nous propose ? Pour ma part, j’en ai justement une dans mon garage et malgré qu’elle soit en ordre, qu’elle me rende encore de fiers services et qu’elle ait de belles qualités pour l’utilité que j’en fais, je suis obligé d’en venir au constat suivant : quand je la compare à l’équivalent 2014, on est sur une autre planète, et ce à tous les niveaux !  C’est exceptionnel ce que l’industrie a réussi à faire pour améliorer le sort des motoneigistes.  

Quand on parle de suspension et de position de conduite, le résultat réel pour le pilote est une amélioration considérable du confort sans commune mesure. Notons les technologies côté moteur, durabilité, performance et consommation d’essence ! À l’époque, les motoneiges consommaient plus, mais l’essence était de beaucoup moins chère. Quand je compare mon 600 liquide 2004 à un 600 d’aujourd’hui, facile de constater l’incroyable différence.

Je pourrais continuer encore longtemps, mais je suis convaincu que nous sommes tous d'accord sur ce fait. Mais qu’est-ce que l’industrie va nous proposer pour les prochaines années ? Est-ce que la cuvée 2014 peut nous donner des indices sur ce que les manufacturiers risquent de nous proposer ? Difficile à dire ! Dans certains cas il y a des indices que nous pouvons observer, mais en même temps les manufacturiers se gardent bien de nous donner leurs avenues.  Amusons-nous, sans avoir la prétention d’avoir « la vision » de l’avenir, à faire quelques prédictions pour les prochaines années.

Polaris Wide Track

D’entrée de jeu et que ça nous plaise ou non, les segments utilitaires, de montagnes, d’arrière-pays (Backcountry) et hybrides continueront de prendre de l’expansion dans la gamme des manufacturiers. Les raisons sont simples : les ventes de motoneiges dans l’ouest du continent sont en croissance tandis que l’inverse se produit dans l’est des États-Unis.  Le Canada et le Québec sont moins durement frappés par le phénomène. Les ventes de motoneiges de sentier sont en baisse marquée et constante selon les statistiques des manufacturiers. Autre point très important, les nouveaux motoneigistes sont en très grande majorité intéressés par le hors sentier, utilisant les sentiers surfacés essentiellement comme des voies d’accès à leur terrain de jeu. Ce n’est donc pas surprenant que l’industrie augmente le nombre de modèles et d’unités produites dans les segments les plus prometteurs. Naturellement, cela amènera des défis importants sur les endroits où l’on peut et pourra pratiquer ce nouveau type de motoneige dans les prochaines années.

 Expedition SER 600-E-TEC

Que se passera-t-il avec le débat initié, voilà presque 10 ans, entre le 2 temps et le 4 temps ? Le précédent point dont je vous ai fait part risque de donner une tendance à ma prochaine prédiction. Oui le moteur 4 temps est là pour rester… Mais ceux qui pensaient voir le moteur deux temps disparaître, vous devrez réviser vos positions. Dans la mesure où les moteurs 2 temps deviennent de plus en plus économiques et propres, le besoin de légèreté et de puissance des motoneiges hors sentier ne risque pas d’être desservi à court terme par un moteur 4 temps… Sans compter les coûts de production et l’impact sur le prix final. Pourquoi pensez-vous que les gens d’Arctic-Cat reviennent avec un 600 propre? On peut convenir que la durabilité d’un 2 temps est nettement moins longue qu’un 4 temps, mais si la fiabilité est au rendez-vous. Le 2 temps restera une motorisation nettement mieux adaptée à la réalité de la motoneige, surtout en dehors des sentiers battus.

SR Viper LTX SE

En ce qui a trait à la motoneige de sentiers, je crois que la disparition des chenilles de 121 pouces n'est qu'une question de temps. Si on regarde les performances et la maniabilité qu’on peut maintenant obtenir avec des motoneiges équipées de chenilles de 137 pouces, les raisons d’autrefois d’avoir une chenille « courte » me semblent beaucoup moins évidentes aujourd’hui. Ajoutons à cela les avantages d’une chenille plus longue. Ce sont des  prédictions plus globales sur les tendances du marché, chaque manufacturier pouvant prendre une tangente différente en fonction de leur vision de l’avenir. Prenons le temps d’analyser les messages « subliminaux » des manufacturiers lors de nos rencontres avec ceux-ci et combinons tout cela à ce que nous observons tout en y ajoutant une touche de prédiction personnelle.

Arctic-Cat

Compte tenu de ses moyens un peu plus limités, et de l’annonce du retrait de Suzuki comme partenaire moteur d’ici 2015, attendons-nous qu’Arctic-Cat poursuive le partenariat avec Yamaha en ce qui à trait aux 4 temps. Le développement de moteurs reste très coûteux pour les manufacturiers, surtout pour des moteurs à 4 temps. Les segments de performance, Touring et peut-être même l’utilitaire BearCat, risquent fort d’être propulsés par des moteurs Yamaha dans les prochaines années. Il ne serait pas surprenant également que d’autres échanges puissent apparaître entre les deux compagnies. Un nouveau moteur 800 avec la technologie CTEC2 est une prédiction relativement facile, car son apparition après une expérience d’une ou deux saisons dans le 600, est affichée en grosse lettre dans le ciel du Minnesota.

Arctic-Cat s’oriente donc pour développer ses propres moteurs 2-temps avec sa nouvelle technologie propre, pluséconomique et de leur dire plus fiable. Encore une fois, le défi pour Arctic-Cat sera de devoir gérer plusieurs changements techniques importants dans les prochaines années… Apparition de nouveaux moteurs 2-temps et introduction de nouveaux moteurs 4 temps dans le châssis ProCross. Cela fait partie du défi du monde de la motoneige et même, c’est une obligation si on veut augmenter ses parts de marché.

Polaris

De son côté, Polaris devrait poursuivre sa stratégie de « rapprochement » du marché Canadien et Québécois. Les modèles Voyager, qui se veulent une intrusion dans le marché quasi exclusif des Tundra de BRP, sont une autre démonstration de cette tendance. Les nombreuses visites des ingénieurs de Polaris dans notre coin de pays risquent de nous réserver d’autres belles surprises. La suite logique serait de faire un coup d’éclat dans le domaine des utilitaires munis de chenilles de 20 pouces. Dominé actuellement par BRP, ce segment se développe tant au Canada qu’en Europe. L’arrivée d’un WideTrak dérivé de l’avant du châssis Pro-R, muni d’un robuste Cleanfire 600 liquide et surtout plus léger et plus maniable que le WideTrak IQ, risquerait fort de plaire aux nostalgiques de la domination du WideTrak LX des années 90.  Cependant, le mystère demeure persistant du côté du positionnement 2-temps vs 4-temps chez Polaris. Le 750-Turbo n’attire plus l’intérêt malgré sa performance, et on n’a pas d’indice réel qu’il y ait une volonté de continuer avec le 4-temps chez Polaris.

Polaris Indy 550

La situation est fort différente pour les 2-temps car les Cleanfire 600 et 800 sont au cœur du développement de modèles et bénéficient d’améliorations presque à chaque année. L’apparition d’une technologie à injection directe sur les 2-temps dans les prochaines années semble tout à fait logique, étant donné que Polaris possède cette technologie dans une de ses filiales.

Ski-Doo

À Valcourt, on continue de mêler les cartes quand on parle de tendance. Certes, il y a des constantes, mais on réussit toujours à surprendre l’industrie depuis quelques années. Les prédictions sont plus difficiles avec Ski-Doo, car à l’heure actuelle c’est la compagnie qui couvre le mieux l’ensemble des segments de marché en terme de présence et d’innovation. Cependant, il y a un segment où BRP n’est plus présent depuis quelques années… Un segment qui a toujours une popularité, où BRP a déjà été très présent, mais qui aujourd’hui, aux dires même des gens de BRP, est un segment qui est sensible d’un point de vue social : Les motoneiges de haute performance. Actuellement, Arctic-Cat et son 1100-Turbo trône seul dans ce segment, car il n’y a pas vraiment de comparatif. Ce que plusieurs espèrent encore, c’est le retour du Mach-Z.

Tout est là, le châssis XR qui donne une incroyable maniabilité au 4-temps, le moteur 1200cc qui ne demande qu’à être « bonifié », bref un naturel. Cela dit, les gens de BRP vous diront qu’ils ne veulent plus jouer dans la course à la puissance… Mais bon, tout le monde peut changer d’idée. L’autre surprise à prévoir serait au niveau des motoneiges utilitaires-touring. Oui, BRP domine ce marché, et oui ils ont la gamme la plus étendue avec les modèles Expédition et Skandic. Mais, ils ont un as dans leur manche. La division Lynx de BRP, qui est seulement présente en Europe, a lancé le XTRIM Commander 800R E-TEC qui est, en réalité, un expédition « extrême » de 154x20x1,75 pouces avec un 800R E-TEC comme motorisation développant plus de 160cv !!! Outch ! La motoneige existe (voir le site brplynx.com), mais on risque d’attendre que le marché des Widetrack de 600cc soit saturé pour voir son apparition. Ou encore, que la compétition propose de nouveaux produits dans ce segment, mettant ainsi une pression sur BRP qui voudra garder le haut du pavé. Chose certaine, un Expédition Widetrack 800R E-TEC ferait un « hit » assuré pour les amateurs de hors-sentier du Québec et du Canada.

Yamaha

La manufacturier Nippon a mis la barre au plus haut niveau, le printemps, dernier en annonçant un plan sur 5 ans qui se caractérise par l’arrivée d’un nouveau modèle par année. La première étape semble prometteuse avec l’arrivée du Viper et l’utilisation du châssis Pro-Cross d’Arctic-Cat. Un problème de fond chez Yamaha reste, sa faible présence dans les marchés en expansion comme la motoneige de montagne et hybride. Son entêtement des dernières années à rester uniquement dans le 4-temps n’a clairement pas aidé Yamaha dans ces segments. Selon moi, la solution pour remettre Yamaha dans le haut des ventes se concrétisera par l’arrivée d’un moteur : le 800CC à 2-temps. Yamaha n’a pas besoin de plusieurs moteurs 2 temps… Seulement un ! Celui qui lui donnera accès aux motoneiges de montagnes et extrêmes, segment en expansion et aussi très payant. Selon vous, est-ce que ce motoriste reconnu peut bâtir un moteur 2-temps, léger, performant, économique, propre et fiable ? Vous connaissez la réponse. Selon moi, on risque de voir cela bientôt et c’est souhaitable pour la poursuite de l’aventure de Yamaha dans le monde de la motoneige. Naturellement, de nouveaux châssis plus actuels sont également à prévoir dans les prochaines années.

Conclusion

Vous comprendrez que je me suis amusé dans ce texte à prédire l’avenir sans prétention et surtout, sans information confirmée des manufacturiers, ceux-ci observant la loi du silence. L’idée reste de s’amuser en fonction de ce que je peux observer de ma perspective, tout en ayant le privilège d’être impliqué dans ce monde fascinant. Cela dit, nous sommes tous des observateurs et chacun peut tenter de prédire où l’industrie s’en ira dans les prochaines années. Je vous invite à me faire parvenir vos idées et prédictions afin d’échanger sur le sujet.

 

 

Motoneiges Ski-Doo