Cette histoire est une adaptation du texte écrit en 2013 par Mark Berardo (Markusvt), de Essex au Vermont, un ami de longue date et collaborateur invité de Motoneiges.ca.

Oui, c’est triste, mais c’est la vérité! C’est par un vendredi soir assez froid, vers 8h30 p.m., que celle qui était ma copine depuis 2 ans m’a abandonné au restaurant. Même encore aujourd’hui, ça m’est difficile d’écrire à ce sujet. On entend souvent parler d’histoires comme la mienne, mais tant que ça ne nous arrive pas personnellement, on ne peut comprendre complètement. Le drame et le choc qui suit sont incroyables. J’en suis encore à l’étape 2 ou 3 des 5 étapes du deuil, alors j’ai encore du chemin à parcourir. Il se peut que je reste à l’étape 4 un bon bout de temps… 

  • Le déni (ce n’est pas à moi que ça arrive!)
  • La colère (pourquoi ça m’arrive?)
  • La négociation (je promets que je serai une meilleure personne si…)
  • La dépression (je me fous de tout)
  • L’acceptation (peu importe ce qui arrive, je suis prêt pour la suite)

Je vais vous donner les détails dans quelques instants; mais d’abord, je dois commencer par le tout début.

Cela a d’abord débuté en novembre 2011. J’avais entendu parler d’elle des mois auparavant, mais nous ne nous étions jamais regardés avant cet instant. Je l’ai ramenée chez moi dès notre première rencontre et elle avait été avec moi depuis ce temps.

Jusqu’à ce fameux vendredi de janvier, nous avions été fidèles l’un à l’autre, pas de courraillage avec personne d’autre. Elle n’a jamais passé de nuit avec quelqu’un d’autre. J’ai très bien pris soin d’elle (elle était ma déesse). Je l’ai graissée avec les meilleurs lubrifiants avant chaque randonnée. Je l’ai conduite à la dure des fois, mais je ne l’ai jamais rangée détrempée. J’ai toujours fait attention à ce qu’elle soit au chaud et confortable. J’ai toujours empêché qu'elle devienne sale ou pleine de sel. J’avais le plus grand des respects envers elle et je l’ai toujours gardée recouverte et protégée.

Au début, comme pour toute relation, j’ai investi beaucoup d’argent sur elle. Je lui ai procuré tout ce dont elle avait besoin ou tout ce que je voulais qu’elle ait. Je l’ai toilettée avec des gâteries qui la faisaient ressortir de la foule. Quand venait le temps de sortir, elle était toujours resplendissante. Je crois que secrètement, elle aimait être admirée même si dans le fond elle était tranquille et timide. Je pouvais lui faire confiance à 100 % et elle était toujours prête à s’amuser. C’est avec plaisir que je l’aurais prêtée à mes amis, parce que je savais qu’eux aussi l’auraient traitée avec respect.

À cette époque, elle ignorait totalement que nous étions pour nous séparer l’automne suivant, malgré son opinion. Les gars comme moi finissent par s’ennuyer et par être attirés par l’idée d’un échange avec un modèle plus nouveau, plus jeune. Tout est toujours plus ajusté sur les modèles plus récents. Bien sûr, ils n’ont pas l’expérience, mais ils compensent par leur fraîcheur et leur éclat. Les modèles plus récents ont aussi beaucoup moins de ramassis qui s’accumule toujours au fil des ans dans le coffre.

Motoneiges Yamaha 2023 – Changements à saveur de prudence et patience

J’étais sur le point de lui annoncer la nouvelle, mais pourquoi me presser? J’allais sûrement avoir encore quelques mois de plus pour m’amuser avec elle, que je me disais.

En prévision de la fin de semaine, je l’avais frottée pour qu’elle brille. Après tout, je croyais que nous aurions encore plusieurs nuits à passer ensemble. Je l’ai donc lubrifiée et alignée comme d’habitude. Je voulais m’assurer qu’elle fasse le trajet sans problème. Elle a même eu droit à une très jolie paire de chaussures neuves pour le voyage. Comme les journées allongeaient, j’avais hâte de la conduire encore plus longtemps. Elle était toujours fin prête pour nos aventures de fin de semaine. Elle était vraiment faite pour les fins de semaine et elle adorait voyager. Elle a vraiment aimé ça quand je l’ai agrippée, que je me suis penchée sur elle et que je l’ai poussée un peu. Ça arrivait souvent qu’elle laissait échapper un grognement auquel j’étais devenu accro et que je n’oublierai jamais d’ailleurs.

Notre groupe avait tout chargé et se dirigeait vers le nord pour une autre belle fin de semaine de motoneige. En allant vers l’autoroute, il y a une aire de repos avec station-service et un restaurant de poulet (disons que ça s’appelle Chez Benny). Nous décidons de nous y arrêter pour prendre une bouchée. Nous avons donc stationné les 2 camions et remorques dans le stationnement avant, contre les bancs de neige, juste à gauche de l’entrée. Les remorques étaient verrouillées aux camions et nos bagages étaient dans les camions. Nous étions situés sous le principal poteau de lumière avec une caméra de surveillance au-dessus de nos véhicules. Tandis que ma blonde attendait dans la remorque de mon copain avec son amie spéciale, nous sommes entrés à l’intérieur et nous avons fait la file pour commander. Ça faisait 2-3 minutes que nous attendions en ligne quand un copain s’est aperçu qu’il avait laissé son argent dans son camion. Il est rapidement sorti pour prendre son argent et tout était normal.

Ski-Doo Expedition Xtreme 900 ACE Turbo R

Alors qu’on attendait encore en ligne, un autre copain a remarqué un camion Chevrolet Avalanche noir qui passait lentement. Ça a attiré son attention, mais il n’a rien trouvé de suspect; les véhicules peuvent circuler tranquillement s’ils ne veulent pas de « problème ». Nous avons mangé rapidement, vu que nous voulions arriver à destination au nord dans environ 45 minutes. J’ai été le premier à sortir et le premier à remarquer que la remorque n’était plus attachée au camion et que la barrure était à terre. Tout de suite, j’ai ressenti une nausée et j’ai eu un choc immédiatement, 2 parmi nous allaient retourner à la maison plus tôt que prévu et sans nos amies particulières.

Hé oui, elle était partie, emportée directement de sous le poteau de lumière. Je n’ai même pas pu lui dire au revoir. Elle dormait bien tranquillement une minute et la suivante, elle était partie pour toujours! J’avais toujours la clé de son cœur, alors bonne chance au malotru qui essaierait de la faire démarrer. J’aimerais croire  que j’étais le seul à savoir exactement comment opérer tous ses boutons. Elle pouvait faire sa difficile parfois avec des inconnus. J’espère que le nouveau gars dans sa vie s’en rend compte.

Les policiers sont venus, ils ont rempli un rapport pour nous et nous avons regardé ensemble la vidéo de surveillance. En fait, c’était pire de devoir regarder le délit au ralenti. Oui, c’était bien le camion Avalanche noir. Il est arrivé et s’est stationné quelques espaces de stationnement en face de nous. Un gars est sorti du côté passager, a marché jusqu’à l’attache-remorque, a coupé la barrure (en 15 secondes) et est retourné dans le camion. Après une minute, ils ont fait le tour du restaurant et se sont stationnés à côté de mon camion. Ils ont attendu pendant qu’un groupe de jeunes passaient devant eux (on aurait même dit qu’ils les avaient salués). Ensuite, le même homme est sorti, a décroché la remorque de mon camion et l’a accrochée au camion Avalanche. Le tout s’est joué en moins de 45 secondes. Tout ce qui restait comme souvenir, c’était la serrure coupée qui était restée par terre.

Le retour du P'tit Train du Nord!

Deux XR 1200 2012 et 2013 étaient disparues. Ma blonde avait 11 265 très agréables kilomètres au compteur (7 000 milles) et il y en aurait eu encore beaucoup plus à venir si ça n’avait été que de moi. La 2013 qui avait moins de 3 219 kilomètres au compteur (2 000 milles) et une très belle remorque, étaient aussi disparues.

Le voyage de retour a été long et solitaire, et j’ai déposé mon copain chez lui, maintenant sans sa motoneige. Déterminé à faire contre mauvaise fortune bon cœur, j’ai chargé ma deuxième motoneige dans mon camion. Après quelques heures de sommeil agité, je suis parti pour rejoindre le reste du groupe. Nous avons parcouru 805 kilomètres (500 milles) durant la fin de semaine et on a eu beaucoup de plaisir. En cours de route, j’espionnais chaque motoneige que je voyais, espérant la voir de nouveau. Mais dans mon cœur, je savais bien qu’elle était partie pour toujours.

La morale de cette triste histoire est toujours la même. Prenez plus de précautions, surveillez davantage celles que vous aimez et faites en sorte que la vôtre soit plus difficile à voler pour les autres gars. Souvenez-vous que ces gars sont des professionnels qui gagnent leur vie ainsi. Peu importe où vous êtes, s’ils veulent vos biens, ils les auront. Ça peut arriver n’importe où, n’importe quand. Mon conseil … améliorez votre système actuel de sécurité, soyez plus vigilants, soyez plus alertes.

Auberge du Draveur - Motoneige