Une excellente saison de motoneige en Mauricie

Liste des hôteliers
L’industrie de la motoneige dans la région connaît une excellente saison. Les motoneigistes de partout au Québec, mais aussi des États-Unis, sont nombreux à sillonner les sentiers de la région où la neige est abondante. Les relais de motoneige font des affaires d’or cet hiver.

Jean-Louis Grosleau est président du Club de motoneige de la Mauricie, le regroupement de bénévoles qui s’occupe de l’entretien des sentiers au centre de la région. Il affirme que la neige hâtive du début de l’hiver a permis à la saison de motoneige de démarrer du bon pied. La neige était suffisamment abondante pour que, contrairement à l’an dernier, les motoneigistes fréquentent les sentiers avant la période des Fêtes.

«Comme bien des régions ont eu moins de neige cette année, il y a un surachalandage » dans nos sentiers en Mauricie», affirme M. Grosleau. «Les relais font des affaires d’or cette année.»
 

Le vaste territoire de La Tuque est reconnu pour être un paradis des amateurs de véhicules hors route. La Ville fait d’ailleurs beaucoup de promotion en ce sens afin de continuer à développer cette industrie. Combiné à une belle qualité de sentier, cela permet aux commerçants de connaître un bel hiver.

«Nous sommes dans une période fantastique. C’est épouvantable. Il y a beaucoup de motoneigistes dans nos sentiers. C’est super bien pour l’économie de La Tuque», affirme quant à lui Claude Gagnon, le président du Club motoneige La Tuque.

Des relais très fréquentés

Les relais de motoneige de la région connaissent pour la plupart une excellente saison. Le groupe hôtelier Chez Marineau, qui exploite des restaurants et des hôtels à Shawinigan, dans le secteur de Mattawin à Trois-Rives et à La Tuque, note une augmentation en janvier de 15 % de la fréquentation des motoneigistes. Les quadistes sont aussi plus nombreux, car le groupe indique voir une augmentation de 5 % de cette clientèle. Malgré cette hausse, la direction du groupe espérait toutefois une augmentation plus marquée.
 

Plus au nord, la copropriétaire de l’Hôtel Central à Parent, Sylvie Lachapelle, affirme que les motoneigistes sont très nombreux cette année à s’aventurer dans son secteur.

«Nous avons de la neige et les sentiers sont super beaux. Ça roule tellement que je n’ai même pas le temps de faire moi-même du ski-doo», lance d’entrée de jeu celle qui est aussi conseillère municipale du district de Parent à la Ville de La Tuque.

«Nous manquons de chambres. C’est débile. Et nous avons plus de clients américains qu’à la normale. C’est la même chose à Clova», ajoute Sylvie Lachapelle, qui souligne devoir diriger des clients vers d’autres sites d’hébergement. «Il n’y a pas de temps mort. Les gens ont trouvé Parent sur la carte on dirait. C’est une bonne année pour le tourisme.»

Robert Carrier est propriétaire du Relais 22 Milles en Haute-Mauricie, un endroit fort prisé par les motoneigistes, particulièrement cette année. Il note une augmentation de 35 % de cette clientèle en janvier par rapport à l’an dernier. «Et c’était une bonne année pour moi l’an passé. Mais cette année, je tire des chiffres records», dit-il au bout du fil.

Les motoneigistes qui fréquentent Saint-Séverin-de-Proulxville connaissent bien le Relais de la station. «C’est une très bonne année. Les conditions de sentier sont excellentes. Nous sommes dans le corridor où il y a de la neige», lance d’entrée de jeu la propriétaire de l’endroit, Aline Mongrain. «Nous avons des clients de partout.»

Les touristes américains débarquent en Mauricie

Les sentiers de motoneige de la Mauricie sont reliés à ceux des autres régions limitrophes. Toutefois, bien que les précipitations de la dernière semaine améliorent grandement la situation, la neige n’est pas très abondante à l’est, notamment dans les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. C’est une des raisons qui expliquent cette bonne saison, mais aussi l’augmentation des motoneigistes américains.
 

«J’ai accueilli cette année beaucoup d’Américains que je n’avais pas vus depuis des années», avoue Robert Carrier qui précise que le travail de Frédéric Noël, la personne responsable depuis quelques années du développement des sentiers récréatifs à La Tuque, favorise cette situation.

Sylvie Lachapelle affirme de son côté avoir eu des clients américains qui sont revenus à Parent après avoir pris la direction de la Gaspésie tant la neige manquait dans cette région au cours des dernières semaines.

«Nous avons noté aussi qu’il y avait plus d’Américains cette année en Mauricie», ajoute Jean-Louis Grosleau.

L’augmentation de l’affluence des motoneigistes cette année amène son lot de responsabilités pour les clubs de motoneige de la région, responsables de l’entretien des sentiers. Les coûts d’entretien sont par conséquent plus élevés.

«Mais on va continuer à resurfacer pareil», précise M. Grosleau qui avoue toutefois que les belles conditions du début de la saison ont permis une augmentation des ventes de cartes de membre de 10 %. «L’an passé, les sentiers ont ouvert chez nous à la mi-janvier.»

Un bon hiver pour la sécurité

Si le présent hiver est bon pour l’industrie de la motoneige, il l’est aussi du point de vue de la sécurité. La Sûreté du Québec ne rapporte aucun accident mortel de motoneige survenu dans les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec et ce, malgré une recrudescence des motoneigistes sur les sentiers cette saison.
 
 
Les clubs de motoneige expliquent cette situation par la qualité des sentiers mais aussi par la sensibilisation réalisée auprès des motoneigistes ces dernières années.

Par ailleurs, les cours d’eau ont gelé rapidement et les couverts de glace sont bien souvent très épais, particulièrement dans le nord de la Mauricie.
La première « vraie » tempête de neige est à nos portes !