Yamaha Attak 2006: Expérience de conduite

Liste des hôteliers

Au cours des dernières années les ingénieurs de Yamaha nous ont présentés plusieurs nouveautés qui ont contribuées grandement à l’avancement technologique qui fait évoluer le sport de la motoneige. Qui aurait cru il y a seulement 6 ou 7 ans qu’il serait possible d’avoir un moteur 4 temps de performance dans une motoneige ? Dans cette même foulée Yamaha nous présentait pour 2006 la seconde génération de son moteur 4 cylindres 4 temps dans une version améliorée de son chassis Delta Box. Ceci a donné naissance à plusieurs nouveaux modèles tels que l’Apex et l’Attak. C’est précisément sur l’expérience de conduite de ce dernier que nous nous attarderons dans cet article.

Les observations qui sont décrites dans ce document sont le fruit de plus de 7350 km d’essais qui ont eu lieu de la fin de décembre 2005 à mai 2006. Au cours de cette période l’Attak a été mis à l’épreuve dans toutes sortes de conditions soit des sentiers surfacés aux hors-sentier printanier! Vous trouverez ci-dessous notre appréciation de cette motoneige.

Moteur
Le moteur Genesis 150 FI est un moteur 4 cylindres à 4 temps équipé d’injecteur qui lui procure une puissance de 150HP. Lors de nos essais nous avons pu constater la réponse immédiate lorsqu’on presse l’accélérateur. L’accélération est franche peut importe la vitesse où on roule. Lors du rôdage, nous avons suivi à la lettre les recommandations du fabriquant soient de ne pas dépasser 6000 RPM pour les 150 premiers km et 7000 RPM jusqu’à ce qu’on atteigne 500km. Nous avons fait faire le changement d’huile à 750km et à environ 6000km. Mis à part ces précautions, nous n’avons pas eu à nous soucier du moteur qui était toujours prêt à nous faire vivre des moments d’intense plaisir. 

Une des particularités du Genesis 150FI est le son qu’il dégage lorsqu’on presse sur l’accélérateur. Ce son rappelle celui d’une moto de performance et est très ennivrant.

Le chroniqueur Patrick Roch se joint à l’équipe de Motoneiges.ca

Les démarrages à froid se sont fait sans problème sauf à une seule occasion où on devait rester prêt de l’accélérateur pour n’éviter que le moteur ne cale. Après environ 1 minute, tout était rentré dans l’ordre. La température était alors d’environ –30C et toutes les autres motoneiges qui étaient présentes ont nécessitées la même attention.

Coté consommation, ce moteur est plus gourmand que le Genesis 120. Au cours de la saison, la moyenne de consommation se situe autour de 17 MPG alors qu’elle était de 20.5 MPG avec le Vector. Ceci s’explique par la puissance supplémentaire du Genesis 150FI. Nous croyons qu’il serait possible d’obtenir un meilleur randement au niveau de la consommation en adoptant un style de conduite moins agressive que celui de notre pilote.

Conduite
Le nouveau design du siège et du guidon de permet au conducteur d’adopter plusieurs positions différentes selon le type de sentier et/ou de conduite. En effet, le siège plus élevé ainsi que le guidon redressé permettent une position plus agressive en permettant au conducteur de s’avancer de plusieurs pouces vers l’avant ce qui favorise grandement la centralisation des masses. Il en résulte un meilleur comportement dans les bosses et une facilité accrue à négocier les parcours sinueux. La position plus élevée du pilote lui permet de facilement se redresser lorsque la situation l’exige. En fait, cela se fait presque tout seul si on compare au design antérieur de l’espace du conducteur.

La conduite de l’Attak est très précise. Nous avons équipé la motoneige de correcteurs en début de saison et la tenue de sentier était ainsi impeccable. La négociation des courbes prononcées se fait très facilement et les patins demeurent au sol dans la majorité des situations. Dans certains cas, il arrive que le patin intérieur se soulève un peu mais en tout temps le pilote peut sentier qu’il conserve le contrôle du véhicule. Ce soulèvement est très minime et n’est occasionné que lorsque le pilote négocie très agressivement une courbe prononcée.

Une première journée portes ouvertes réussie chez André Hallé et Fils de Rimouski!

Malgré le poids de l’Attak on ne ressent pas de pression excessive sur les patins permettant au conducteur de ne pas subir de fatigue au niveau des bras même lors de longues randonnées (plus de 500km). Notre pilote a effectué une randonnée de 766km en 15 heures et la conduite était tout aussi agréable à la fin du parcourt.

Suspension
Un des points fort de l’Attak est sans aucun doute la suspension Mono Shock RA allongée. Celle ci offre un niveau de confort exceptionnel. Les personnes qui ont essayées cette motoneige avaient tous l’impression de «flotter sur un nuage» lorsqu’ils roulaient dans le sentier.

L’ajustement de la suspension se fait à deux niveaux. Le premier ajustement se fait au niveau de la précontrainte du ressort qui est situé en dessous du siège. Au cours de toute la période d’essais, nous n’avons ajusté cette précontrainte qu’une seule et unique fois. Le second ajustement se fait au niveau de l’ajustement de la restriction de l’amortisseur. Ceci lui permet d’être plus sensible ou plus dur. Cet ajustement se fait à partir d’un cadran qui se situe du coté gauche du tunnel. Ce cadran permet 22 différentes positions. Au cours des tests, le pilote a dû trouver la position la plus confortable dans des conditions normales de sentier. C’est ce qu’on a appelé la position de référence. Après cela, selon les conditions il suffisait d’augmenter de plus ou moins 3 ou 4 coches afin de retrouver le confort optimal. Dans la majorité un temps, on revenait à la position de référence car à moins d’un écart très marqué des conditions des sentiers, aucun ajustement n’était nécessaire…

Au niveau de l’entretien de la suspension nous avons fait graisser cette dernière lors des deux visites (pour changement d’huile) chez le concessionnaire. Les glissières (Slides) n’ont pas été changées au cours de la période d’essais et nous évaluons qu’elles seraient à changer dans environ 1000km.

Lors de nos essais de la suspension de l’Attak, nous avons principalement apprécié le travail de la Mono Shock RA dans les petites et moyennes bosses. Dans ces conditions la motoneige se comportait à merveille permettant au conducteur de les négocier confortablement et sans efforts. Dans les bosses plus grosses, le pilote devait naturellement s’investir un peu plus afin de conserver le rythme.

Les Portes Ouvertes FCMQ sont reportées au 19-20 février 2022

La suspension de l’Attak en fait donc une des meilleures motoneiges qu’il nous a été donné de conduire et assurément notre coup de cœur de la gamme 2006 de Yamaha pour son confort.