Analyse pré-randonnée: Ski-Doo Renegade X 800 E-TEC

Liste des hôteliers
Affaiblie d’une blessure importante à une main la saison dernière, la saison 2013 revêt un caractère tout particulier pour moi. J’ai travaillé fort pendant la saison estivale à réhabiliter cette main qui est, de surcroît, la main de l’accélérateur. Je suis donc assez fébrile de la mettre à l’épreuve, tout comme ma nouvelle motoneige d’essais. Quelle sera la motoneige d’essais qui me sera attitrée pour la nouvelle saison ? Je n’allais pas être déçue car en plus d’avoir une nouvelle évolution de châssis, cette motoneige fait partie de la catégorie des motoneiges qui est de plus en plus populaire dans le nord-est du continent.  Bien entendu, c’est celle que j’aime le plus personnellement soit la catégorie des hybrides. Pour ce faire, rien de moins que le modèle X de la Renegade qui sera équipée par le fait même du puissant 800 E-TEC développant plus de 160 hp. 
 
 
Dès que je l’ai vue à son arrivée, le nouveau look de la Rev XS m’a beaucoup plût.  En fait, une très grande majorité de motoneigistes avec qui j’ai eu la chance de discuter conviennent que les designers de chez Ski-Doo n’ont pas raté l’occasion de revamper leur flotte de véhicules. Des lignes de carrosserie modernisées, arrondies et raffinés combinées à une finition soignée ainsi qu’un soucis des petits détails, ce que beaucoup de motoneigistes recherchent et que la gente féminine remarque toujours. N’allez pas croire que cela ne lui donne pas un look dynamique et très sportif mais avouons-le messieurs, il y a une fierté dans ce monde de passionnés et la beauté du véhicule reste très importante pour beaucoup d’entre vous. C’est d’ailleurs ce que nous confirme notre partenaire des essais long terme, TY Moteur concessionnaire Ski-Doo dans la Région de Québec. En effet, cela se fait clairement sentir dans l’intérêt des motoneigistes pour les nouveaux modèles et par conséquent,  les ventes pour 2013.
 
 
Quand on y regarde de plus près, il est clair que le châssis XS n’est pas une révolution comme l’ont été les châssis REV et REV XP,  mais une évolution du châssis XP, ce qui n’est pas négatif bien au contraire. Le marché de la motoneige commande régulièrement des changements afin de maintenir les ventes… Mais dans le cas du châssis XP, on devait honnêtement dire que le châssis était encore clairement à la page d’un point de vue technique. Les ingénieurs n’ont donc pas fait l’erreur de vouloir complètement changer une recette gagnante, mais bien de l’améliorer : l’intelligence avant l’orgueil !  Pour en savoir plus sur les éléments techniques de la Renegade X 800E-TEC, je vous suggère de consulter sa fiche technique disponible sur le Magazine Motoneiges.ca.
 
Une des améliorations qui risque d’être beaucoup plus appréciée par les mécanos ou les passionnés qui font eux même de l’entretien, c’est la reconfiguration complète de la section sous le capot. En fait, toute la cabine incluant les phares et la section des cadrans peut être retirés en quelques minutes. De plus, l’agencement des différentes composantes électriques entourant le moteurs on été « classés » afin de favoriser l’accessibilité et la facilité d’entretien. Techniquement, pour la grande majorité d’entre nous, ça peut paraître anodin, mais beaucoup de temps facturé lors d’entretiens ou réparations de nos véhicules est occasionné par le fait que l’accessibilité à certaines composantes est très compliquée. Donc en théorie, on pourrait peut-être envisager des entretiens moins coûteux… Tiens ! En voici une autre bonne idée.
 
Historiquement, les hybrides étaient synonyme de compromis sur la maniabilité ainsi que sur la facilité de contrôler le véhicule. Aujourd’hui les motoneiges sont devenues tellement bien équilibrées qu’on ne se pose plus cette question. En fait, on a les avantages que nous procure une chenille de 137x16x1.25 tel que la Ripsaw équipant la Renegade X en terme de traction et de confort sans les inconvénients de l’époque. Est-ce que cette nouvelle génération de Renegade va encore faire évoluer la catégorie hybride ? Cela me parait de plus en plus difficile, mais gardons l’esprit ouvert. En ce qui a trait au moteur 800 E-TEC, la puissance risque encore d’être au rendez-vous, mais je surveillerai quand même la consommation de carburant et d’huile. Souvent les chiffres qui nous sont présentés sont dans les meilleures conditions à un moment bien précis. Sur 4 à 5 000 km, nous aurons pleinement l’occasion de tester ce redoutable Rotax à injection direct dans tous les types de conduite, tout en tenant en compte de la moyenne annuelle. La durabilité de la courroie d’entraînement combinée à l’efficacité de la poulie TRA VII sera également surveillée, celle-ci aura à subir la hargne régulière des 163hp du 800 E-TEC.
 
Ce que j’aime particulièrement des Renegades, ce sont leur confort dans différentes conditions. Pour cette année, l’arrivée de la suspension arrière rMotion de 137 pouces risque fort d’attirer mon attention.  Mon côté féminin pourra se traduire dans mes prochaines lignes à ce sujet… Déjà impressionnant à sa première année, la version X de cette année est munie d’un amortisseur KYB Pro 36 de type « Piggyback » à l’arrière, facile à ajuster. Nous aurons donc l’occasion de faire quelques réglages afin de trouver l’ajustement optimal. Quand on parle de confort, il ne faut surtout pas oublier la qualité du siège.  BRP a compris cela depuis belle lurette, et même si ce n’est plus une nouveauté en soi, le siège X est encore une fois de très belle qualité.  On risque d’y voir une influence importante sur notre confort. Dans le même ordre d’idées, la position de conduite du châssis XS s’apparente beaucoup au XP et est toujours aussi agréable. C’est facile de faire une transition d’une conduite de « randonnée » à « sportive » ou vice-versa. Un élément intéressant à l’avant est le nouveau compartiment « chauffant » à l’arrière du volant situé au dessus des cadrans. Destiné entre autre à ceux qui veulent ranger des gants ou des lunettes, tout en les gardant au chaud.  Ça devient aussi un endroit pour emporter plusieurs petites choses qui ne doivent pas geler (ex : certains produits pour les yeux) quand on fait de longues randonnées. La chaleur est fourni par le moteur lui même et nous aurons l’occasion de voir cet hiver l’intensité de celle-ci.
 
Un autre élément dont nous aurons l’occasion de faire l’essai et qui attire notre attention est le nouveau système LINQ qui se situe sur le tunnel arrière. Tout est en place (marques sur le tunnel) pour que les clients eux-mêmes puissent facilement procéder à l’installation du système. Trois accessoires différents sont offerts cette année, dont un réservoir à essence supplémentaire et 2 sacs de différentes grandeurs pour ceux qui font de longues randonnées. L’idée du concept est de pouvoir facilement et ce de façon sécuritaire installer ou enlever les accessoires. Fini les éternels élastiques qu’on ne finit plus d’attacher pour s’assurer de ne pas perdre nos effets personnels. Au moment d’écrire ces lignes, nous attendons toujours de savoir quels seront les accessoires que nous aurons en essais. Dernier petit détail avant la vraie première randonnée, c’est la position du garde-neige arrière. Celui-ci a une courbure qui devrait, selon les gens de Ski-Doo, l’empêcher de s’affaisser sous la chenille quand on fait marche arrière et ainsi, nous empêcher de reculer. Ça peut paraître un détail futile, mais quand ça nous arrive en fin de journée, et que nous sommes fatigués, on se demande toujours pourquoi il n’y on pas pensé. Et bien, il semble que c’est chose faite.
 
De la tête aux pieds : Une revue complète de la gamme 509
Motoneiges Ski-Doo