Au pays de l’Or blanc: Deuxième étape Rouyn-Noranda – La Reine La Sarre 150 Km environ

Liste des hôteliers
Deuxième étape Rouyn-Noranda –La Reine La Sarre 150 Km environ

Mercredi 15 février  

Nous avons  passé la nuit au Complexe Hôtelier Alpin, endroit accessible directement par le sentier de motoneige soit le tour de ville. Nous avons accès au gaz et nos motoneiges sont protégées par un système de sécurité. L’accueil très cordial et les chambres possèdent beaucoup d’espace et de toute beauté. Le restaurant O’toole situé à même l’hôtel a une bonne fourchette.

Ce matin, on rencontre notre guide Roger Larivière, bénévole du club de motoneige de Rouyn-Noranda. Il nous accompagne jusqu’au relais  à Palmarolle  où nous allons changer de guide. Départ avec une belle température de -12o ,pas de soleil, mais les sentiers sont frais surfacés. On traverse la ville par le sentier tour de ville panneau et indication bien positionnée pour le tourisme.
 

Durant notre trajet, les sentiers bordent des lacs et la vue est magnifique.  Le sentier est un peu sinueux, mais rien de difficile pour la conduite. Après quelques kilomètres, on arrive au relais  du club de motoneige de Palmarolle où la vue surplombe un immense lac. Une petite halte au relais où on rencontre nos deux guides le mari et la femme,  Louise Lemaire et Claude son mari ils sont âgés de 71 et 73 ans. Ils nous disaient que la motoneige les garde jeunes. Dis-moi pas que le sport de la motoneige a trouvé sa vocation, la cure de rajeunissement. Nous  faisons  un brin de causette avant notre départ pour le village La Reine.  Avant de partir,  nous avons rencontré deux touristes de la Ville de Sherbrooke Gérald Fournier, première fois en Abitibi et Éric Lapierre, ça faisait 20 ans qu’il n’était pas venu dans la région.
 

J’ai posé la question à nos deux visiteurs. Pourquoi choisir l’Abitibi Témiscamingue. Il nous ont répondu que c’est à cause de la qualité des sentiers et la beauté des paysages,  les sentiers sont bien entretenus et c’est comme des autoroutes avec de bonnes signalisations, mais un peu déficiente entre Quévillon et Chapais au niveau des postes d’essence. Il mentionne l’essence, mais il n’y en a pas, mais pour le reste, hospitalité des gens, accueil, repas, hôtel, no 1 sur toute la ligne ça faisait 20 ans que je n’étais pas venu et je ne vais pas attendre 20 autres années avant de revenir. La région c’est beaucoup améliorée sur tous les points depuis ma dernière visite.
 
 

Discussion terminée,  on repart avec nos guides vers le village la Reine on travers des sous-bois. Ensuite, on prend un sentier vers la reine très large, on traverse des villages, la conduite est facile. Il faut se retenir pour ne pas dépasser la vitesse permise, car les courbes sont presque inexistantes. Arrivée à La Reine, petit village d’une centaine d’âmes un pont qui sépare le Québec à l’Ontario vers la ville de Cochrane et une porte où était inscrit  "Au Bout du monde", ça faisait drôle de voir cette porte placée nulle part avec cette inscription.  Je pourrai dire que je me suis rendu au bout du monde, une fois dans ma vie.
 

La visite terminée, on repart vers la ville de La Sarre par ce beau sentier. Après quelques kilomètres, on arrive à La Sarre au Motel Villa Mon Repos endroit situé au cœur de la ville,  endroit accessible directement par le sentier et bien adapté aux motoneigistes. On laisse nos guides qui nous on fait voir des coins de toute beauté et nous les remercions. Un bon repas et une bonne nuit de sommeil.

Troisième étape La Sarre vers Amos
 

Jeudi 16 février

Température de -18o, pas beaucoup de soleil. Je rencontre le président du club de motoneige Yvon Leclair. Nous avons échangé sur son implication au sein du club.  Quelle belle rencontre,  un président avec une belle ouverture d’esprit et le respect des autres. Par la suite, je rencontre deux autres bénévoles et nos guides pour la journée, Camille Labbé et Dominique Dufour du club de motoneige Abitibi Ouest et  bénévoles depuis plusieurs années. Lors de la randonnée vers Amos,  nos deux guides étaient fiers de nous dire que nous étions dans leurs secteurs où ils sont responsables au niveau du club.  Nous avons jasé de leurs implications au niveau du club et aussi du plaisir à faire de la motoneige. Les sentiers pour se rendre à Taschereau étaient magnifiques, paysages qui m’ont permis de prendre de belles photos dans le but d’immortaliser mon voyage. Rendu à Taschereau, petit village qui est aux abords d’un lac et le chemin de fer qui longe le sentier de motoneige. On fait une halte au pub-Obrien pour rencontrer nos deux nouveaux guides du club de motoneige d’Amos, Jean-Guy Many et Donald Bouchard, directeur, un petit dîner et au revoir  à nos deux guides de La Sarre.
 

Voila qu’on prend le sentier vers la ville d’Amos avant d’arriver à notre destination finale de la journée. Nos guides nous on fait visiter le Domaine du Lac Berry où nous avons rencontré le propriétaire M. Hébert, homme sympathique son lodge est l’endroit de rassemblement des motoneigistes. Il me mentionnait qu’il aimait recevoir les motoneigistes des gens sympathiques et  en plus j’aide le club pendant l’hiver. Visite terminée, on se dirige vers l’Amosphère complexe hôtelier où nous allons passer la nuit.  Pendant le trajet,  j’étais impressionné par la beauté des sentiers et c’était comme des autoroutes sur neige surtout dans ce secteur vers Amos. Rendus à l’hôtel, nous avons remercié nos partenaires de route et ensuite nous avons pu placer nos motoneiges au chaud et en sécurité pour la nuit. Après un accueil des plus professionnels, nous avons pris possession de notre chambre,  ensuite, un bon repas et finalement, une bonne nuit de sommeil.
 

 

Pourquoi le prix des motoneiges augmente-t-il autant ?
Les Motoneiges Géro