Bilan d’essai de la Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021

Bilan d’essai de la Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021

Il est intéressant de voir l’univers de la motoneige évoluer année après année. De tous les modèles 2021 chez Ski-Doo, celui dont je rêvais le plus d’essayer était le Backcountry Sport. Certainement pas, car il est le plus puissant, ou le plus perfectionné, mais alors, pourquoi? Car c’est l’une des machines les plus complètes et versatiles que l’on peut acheter avec un budget modéré. Pour moi, la motoneige ce n’est pas tant une question d’avoir les instruments de bord les plus cools ou bien d’avoir 200 HP ou un turbo, mais bien de me promener en liberté en nature.  L’amour de la motoneige, je l’ai depuis que je suis tout petit. Cela n’a jamais été à propos d’être le plus rapide sur deux skis ou d’être celui qui va monter le plus haut, mais bien de me promener librement sur la neige. Ne vous méprenez pas, la Backcountry Sport est une monture capable et surprenante, je vous livre ici le résumé de mon essai long terme.

La conduite

Je dois le mentionner, je ne suis pas le meilleur pilote au monde, mais cette motoneige m’a bien souvent fait me sentir comme un héros! Légère et maniable la BC sport est impressionnante au niveau de la conduite. En hors sentier, son pont plus court (146) lui confère agilité et souplesse. Il est très facile d’incliner cette motoneige, de faire des beignes et autres manœuvres. Dans les faits, c’est ce qui m’a vraiment conquis sur ce modèle.  Cette machine suit votre regard et ne demande pas trop d’effort pour enclencher les mouvements. Mettre la machine en sidehill est plutôt facile, par contre la manœuvre nécessite de légères corrections du guidon pour être maintenue sur de longues distances. En général, on s’y habitue très vite et cette motoneige est vraiment facile à conduire. Celle-ci n’est pas aussi versante qu’un Summit par exemple, ce qui est un avantage pour les nouveaux pilotes, car la machine sera plus stable sous vos pieds. Par contre, cela nécessitera légèrement plus d’effort à chaque manœuvre pour mettre le bolide en position. On est dans le compromis, mais je dois avouer que c’est marginal, je trouve la Backcountry Sport très simple à conduire et son agilité m’a surpris.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Au niveau du sentier, les Backcountry font généralement bien et c’est le cas de la version sport. Je dois dire que pour être à votre aise, je recommande d’ajuster les suspensions en fonction de vos activités. Ce détail a fait une grande différence sur le confort et les performances en sentier. Je reviendrai avec des ajustements plus en détail, pour l’instant, concentrons-nous sur l’expérience de conduite de la BC. En premier lieu, je constate que la configuration 38/40 pouces en sentier est moins stable que la conduite plus large des Renegade. Ce n’est pas énorme non plus, mais cela demandera de s’y habituer pour être en confiance en prenant les virages de façon agressive. Au niveau du contrôle, je n’ai pas à me plaindre, car la RAS3 offre une conduite précise et réactive. Encore une fois, il suffit de poser son regard au-delà du virage et la motoneige suivra. Pour ce qui est de la poussée par la chenille, elle est moins présente que sur l’Expédition sport que j’avais essayé l’an dernier. Cela ne m’a pas causé d’ennui lors de mes sorties. Le ski DS2 est parfois porté à chasser les traces des autres motoneiges, cela m’est arrivé lorsque les conditions de sentier étaient favorables à ce phénomène. Ce n’est pas à outrance, il suffit d’avoir cela à l’esprit et de rester calme lorsque cela arrive. Bref, la BC n’est pas aussi stable qu’une monture dédiée au sentier, mais fait très bien le travail. Cette une hybride, donc pas le choix de vivre avec le compromis. À mon avis, les désagréments mineurs sont rapidement compensés par les capacités hors sentier de la machine.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Capacités hors sentier

Notre étonnante machine à petit budget a du cœur au ventre! Elle en a surpris plus d’un. Non ce n’est pas une bombe, mais elle embarque avec aplomb et légèreté sur la neige. J’en suis resté bouche bée à plusieurs reprises. Parfois, cela nécessite d’être généreux sur l’accélérateur, mais sincèrement je suis monté sur de bonnes pentes avec beaucoup de neige. La plupart du temps notre petite BC se retrouvait en haut. Il n’y a que dans l’extrême où nous avons dû tirer sur ses patins. J’en suis venu à la conclusion que les habitats où cette motoneige peut accéder sont très variés. Les seuls endroits où celle-ci n’était pas à l’aise: dans les arbres, sur un flanc abrupt avec énormément de neige. Autrement, si vous avez de l’espace pour conserver votre momentum, la machine se rendra en haut. Puisque la machine est très agile, je trouve que celle-ci pardonne un peu plus pour effectuer des manœuvres rapides pour garder votre élan. Par contre, si le terrain vous force à vous arrêter le nez en l’air dans beaucoup de neige: attendez-vous à pelleter ou tirer sur les patins. Nous n’avons pas une Summit avec 165 HP dont nous pouvons abuser lorsque le talent a manqué. Il est donc important de prévoir ses lignes, pour garder un bon momentum lorsque le terrain est abrupt. Sur terrain plat cette machine flotte en surface…c’en est presque absurde. Il est arrivé très souvent, que je roulais aux alentours de 15-20 km/h en effectuant des manœuvres serpentines en surface dans beaucoup de neige. La BC flottait avec aisance même à basse vitesse. Dans l’ensemble, si vous ne comptez pas être dans les terrains très difficiles et dans les arbres la plupart du temps, la Backcountry Sport est une bonne machine pour vous. À prendre note que le modèle 2021 à l’essai est muni de la chenille Cobra de 1.6 pouce de crampons. Le modèle 2022 sera disponible en 1.35 et 2 pouces. Personnellement, j’opterais pour la 2 pouces sans hésitation, même pour les sentiers. Spécialement dans l’est de la province, sur la Côte-Nord et dans les Monts, où l’on retrouve beaucoup de conditions de neige. Cette monture a comblé mes besoins et m’a offert une excellente plateforme d’apprentissage hors-piste.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Performances

Le 600 EFI sur papier n’est peut-être pas aussi attrayant que les ETEC d’un point de vue technologique ou de la performance. Mais qu’en est-il des performances sur le terrain? En premier lieu, la réponse motrice est immédiate, le moteur est très nerveux. J’ai adoré cet aspect de la motorisation, cela permet de facilement se commettre sur des manœuvres, car on peut compter directement sur la puissance de ce moulin. La question qui tue: a-t-il assez de puissance? Avec ses 85HP, le 600 EFI n’est certainement pas le moteur le plus agressif sur le marché, toutefois, il est assez fort pour faire le travail et même un peu plus. Si je le compare avec le 900 ACE, les motoneiges munies du 600 EFI sont bien plus légères. Il ne décolle pas aussi fort à bas régime que le 900, toutefois il répond directement aux commandes sans délai. Cette réponse et cette légèreté ont fait que j’ai préféré mon expérience sur le 600 EFI. De plus, je ne suis pas inquiet de renverser la motoneige pour me décoincer lorsque je reste pris le long d’une pente. Cela nécessite beaucoup moins d’effort pour déprendre la motoneige.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige
Avec ce moteur, je ne suis pas inquiet de renverser la motoneige pour me décoincer lorsque je reste pris le long d’une pente

Au niveau des performances en hors-piste, j’avoue avoir sollicité ce moteur à sa pleine capacité à plusieurs reprises lors de fortes ascensions. Par contre, comme mentionné plus haut, nous pouvons aller où on veut avec ce bolide à quelques exceptions. Dans les cas de neige extrêmement profonde dans une pente avec beaucoup d’arbres rapprochés, je ne vous conseille pas de vous y aventurer. Toutefois, mon conseil serait le même avec une Backcountry X munie d’un moteur ETEC 850.  C’est pourquoi je pense que cette motoneige a suffisamment de puissance, spécialement au prix où elle intègre le marché. La motoneige est légère, agile et grimpe bien à la surface de la neige. Comme mentionné précédemment, je ne suis pas un pilote de l’extrême, mais la Backcountry 600 EFI m’a permis d’explorer et de repousser mes limites en tant que pilote. Je crois que pour quelqu’un qui désire faire de l’exploration et de la distance hors des sentiers battus, cette motoneige est parfaite. N’oublions pas que nous avons affaire à une motoneige hybride et malgré cela, elle est franchement impressionnante. Un de nos collaborateurs était tellement charmé qu’il s’en est acheté une. On parle ici d’un gars qui roule des machines de montagnes de 165HP et plus, tous les ans. Alors vous comprendrez que c’est facile pour moi, de recommander cette motorisation dans cette motoneige. Au niveau de la consommation en hors-piste, j’ai fait du 20-23 litres aux 100 km. Si je me compare avec mes partenaires de ride, j’utilisais toujours moins d’essence qu’eux aux pompes. Alors, ce n’est pas si mal, même si le chiffre peut sembler un peu élevé, dites-vous que cette motoneige a passé son hiver dans les Chic-Chocs.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

En sentier, le 600 EFI est vraiment impressionnant. Je ne crois pas avoir manqué de puissance. Les accélérations sont franches et marquées. La puissance est très linéaire et répartie sur toute la plage de RPM, alors il est facile de se sentir en contrôle. Sur un lac, mon record de vitesse est de 144 km/h, ce qui n’est vraiment pas mauvais pour un bolide de 85HP. Du point de vue de la consommation, celle-ci tourne autour de 16-18 litres aux 100 KM dans mon cas. Je dois mentionner que je suis un pilote assez agressif sur les accélérations, alors vos résultats peuvent varier. J’ai obtenu 200 kilomètres d’autonomie sur un plein dans des conditions de neige démêlée, il est donc possible de faire un peu mieux. Finalement, je suis très satisfait des performances du 600 EFI en sentier, il est impressionnant sur cette surface.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Valeur

Personnellement, pour 2021 et 2022, je trouve que la Backcountry Sport est une des meilleures valeurs sur le marché. Je concède que les EVO de Polaris sont moins dispendieuses à l’achat, mais elles sont aussi moins évoluées et moins puissantes que la BC Sport. Du côté Blast/Venom, les machines sont intéressantes: munie d’un amusant monocylindre de 65HP, avec un petit châssis qui vous fait vous sentir en contrôle, une conduite agile, mais aussi un prix vraiment trop élevé pour compétitionner avec l’offre de chez Ski-Doo. BRP nous offre une motoneige pleine grandeur, qui peut plaire à un plus grand public. En général, le modèle sport est offert avec les mêmes caractéristiques de base que la version standard, mais avec un choix plus restreint de motorisations. Il y a moins de technologie haut de gamme sur les modèles sport, mais cela ne les rend pas moins attrayants. La BC sport est munie des mêmes suspensions, même châssis, même chenille que la Backcountry. Elle est offerte avec l’affichage numérique 4.5 pouces, celui-ci est efficace et simple. Aussi équipée d’un démarreur électrique, d’un cordon de sécurité, des poignées chauffantes à plusieurs niveaux et de la marche arrière. C’est une version légèrement simplifiée, mais très efficace. Personnellement, ça me plait, pas de flafla, on se concentre sur le plaisir de se promener sur la neige, le tout à juste prix.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Ajustement

Pour ce qui est de mon ajustement hors piste, sur la Cmotion à l’arrière, le premier amortisseur à la troisième position, le ressort arrière à la position 1 et la courroie au plus long. Les skis au goût du pilote. Avec cette configuration, la motoneige est agile, transfert bien et veut monter sur la neige. Les skis sont ajustés au plus étroit (38 pouces).

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Sur sentier, idéalement resserrer la courroie en deuxième ou troisième position, vous pouvez aussi réduire la tension sur le premier amortisseur. Le ressort arrière peut être tendu pour réduire le transfert et je le place à la position 3. Les skis sont ajustés au plus large (40 pouces) et les amortisseurs avant peuvent être tendus pour éviter de plonger en virage. Ajuster selon votre poids et la fermeté désirée.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Prendre note que la courroie sur un 600 EFI arrive à la hauteur de la poulie secondaire et non au-dessus.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige
Prendre note que la courroie sur un 600 EFI arrive à la hauteur de la poulie secondaire

Améliorations

Je me sentirais gourmand de demander beaucoup de changements sur ce modèle puisqu’il est offert à un prix très compétitif. Toutefois, il n’y a pas de clé intelligente BRP, elle est remplacée par une clé traditionnelle et un cordon de sécurité bas de gamme. Dans les faits, j’apprécie le cordon, c’est la portion connecteur qui ne me plait pas du tout. Celle-ci ressemble à un petit bouton-poussoir en plastique et ne me semble pas super robuste. J’aurais préféré retrouver les clés habituelles chez BRP. Une chose que j’aurais appréciée, et cela pour toutes les motoneiges Ski-Doo, est l’ajout à l’usine de grattoirs à neige. Il me semble que d’offrir ces petits grattoirs ne serait pas si dispendieux et ferait probablement économiser des coûts en garantie au manufacturier en protégeant plus de machines des surchauffes. Ceci étant dit, ma motoneige en essai n’a pas surchauffé de l’hiver. Une fois, lors d’une certaine randonnée, elle avait hâte de retourner dans la neige profonde, mais sans plus.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Public cible

Pour qui est la Backcountry Sport? Principalement pour des riders solo. Si vous comptez avoir un passager régulièrement, je vous suggère l’Expedition Sport qui vient avec des capacités similaires et un banc double. La BC sport est très polyvalente et simple à opérer, alors elle est facile à recommander à un débutant. C’est aussi une machine adaptée au pilote intermédiaire, qui pourra pratiquer ses techniques de bases, faire évoluer sa pratique sur et hors piste. Un pilote expérimenté peut avoir du plaisir avec celle-ci s’il accepte de perdre des HP. Personnellement, je crois qu’il gagnera en peaufinant ses techniques de pilotage sans surplus de puissance.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige

Finalement, la Backcountry Sport s’est révélée une fantastique monture. Elle est agile, intrépide, versatile, abordable et compétente dans la plupart des terrains que vous allez rencontrer au Québec. Je ne peux que vous la recommander. Ce n’est peut-être pas la motoneige la plus équipée ou la plus performante, mais je suis certain qu’il y en a peu qui vous en offriront autant pour votre argent. J’en profite pour remercier les gens de Mini Mécanik Sports de Rimouski pour cet essai long terme. Là-dessus, je vous souhaite une bonne saison et on se revoit sur la neige.

Ski-Doo Backcountry Sport 600 EFI 2021 - Essai motoneige