Donavan Asselin: l’espoir du sno-cross

Liste des hôteliers

Âgé de 20 ans seulement, Donavan Asselin est l’étoile montante du sno-cross au Québec. Hier à Lévis lors du Snowcross TY Moteur, il a balayé les honneurs des deux finales disputées dans la division semi-pro du Championnat Camoplast de sno-cross du S.C.M.X. C’était la troisième fois de suite qu’il réalisait un tel exploit et la quatrième fois cette saison.

«Ça va assez bien cette année», a lancé avec beaucoup d’humilité Asselin. Aujourd’hui [hier] par exemple, je n’aurais pas pu demander mieux. Grâce à mes résultats, je suis presque assuré de remporter les championnats dans l’Open et dans le Stock. Pour confirmer mes victoires, je n’aurai qu’à prendre le départ des finales qui auront lieu à Coaticook en fin de semaine prochaine.»

Le coureur de La Doré ne le cache pas, ses prochaines courses dans le semi-pro seront ses dernières dans cette division. Car dès l’an prochain, c’est chez les pros qu’il compte faire sa marque. Une division où il semble voué à un bel avenir, comme en témoigne sa quatrième place lors de la finale du Super Stock de cette catégorie.

«À cause de mes courses en semi-pro, je suis un peu fatigué quand je cours ensuite dans la Division pro. Mais jusqu’ici, cela ne m’a pas empêché d’avoir de bons résultats. De toute manière, je n’ai pas de pression. Je me dis : il arrivera ce qui arrivera. Alors que quand je suis dans ma classe, je veux toujours finir en avant.»


Dans la Division pro, Donavan retrouvera son frère Dave, l’un des rois de la catégorie avec Dave Allard. Les deux se livrent d’ailleurs encore cette année une féroce bataille pour les deux championnats à l’enjeu. Plus jeune d’une dizaine d’années, Donavan a indiqué que n’eût été de Dave, il n’aurait probablement jamais fait de sno-cross.

«Chez nous, tout a commencé avec mon père Yvon, qui faisait de la course. Mais c’est Dave qui m’a initié à ce sport et qui m’aide depuis que je suis tout petit. D’ailleurs, encore aujourd’hui, on s’entraîne presque toujours ensemble.»

Même s’il deviendra bientôt un rival pour son frère, Donavan ne croit pas que celui-ci cessera de l’aider et de lui prodiguer des conseils pour autant. Il ne croit pas non plus que leur présence dans les mêmes épreuves en fera des ennemis. «Je ne pense pas que l’on se donnera de la misère. Ça sera "que le meilleur gagne". Et si on se bouscule un peu, ça sera sans conséquence. Moi, je dois tout à mon frère. Je ne lui offrirai pas de chances de gagner mais je ne le lui ferai pas de coups non plus.»

Rappel de sécurité important chez Ski-Doo

Pour lire tout l’article…..

 

Auberge du Draveur - Motoneige