Échos et rumeurs du salon des sports motorisés de Québec.

Liste des hôteliers

Le salon des sports récréatifs motorisés de Québec 2008 est déjà chose du passé. Cet événement qui attire plus de 20 000 visiteurs de plusieurs coins du Québec se veut le lancement de la saison de motoneige pour bon nombre de passionnés, qui viennent voir les nouveaux modèles présentés par les manufacturiers ou encore, planifier leurs randonnées pour la prochaine saison. Pour Motoneiges.ca, c’est également le moment de rencontrer à son kiosque les milliers de lecteurs du magazine qui veulent échanger avec nos collaborateurs, chroniqueurs et pilotes d’essais. Outre ce moment privilégié pour notre équipe, c’est l’occasion pour nos chroniqueurs de faire des rencontres avec tous les intervenants du milieu afin d’avoir des échos de ce que la prochaine saison nous réserve ou enquêter sur les rumeurs de l’industrie.


Du côté de Polaris, on nous confirme que pratiquement toutes les motoneiges 2009 qui ont été livrées chez les concessionnaires auraient trouvé preneur. L’augmentation des ventes causée par l’abondance de neige de la dernière saison expliquerait en bonne partie la situation. Ceci dit, on sait que de gros changements dans la gamme 2010 sont à prévoir chez Polaris, ce qui pourrait également expliquer une production plus prudente du manufacturier en 2009. D’ailleurs, même à son usine du Minnesota, il n’y aurait plus de motoneige disponible pour cette saison… Une bonne nouvelle dans le contexte où les dernières années avaient été difficiles pour les inventaires des manufacturiers et des concessionnaires. Avis à tous ceux qui voudraient acquérir une nouvelle Polaris, dépêchez-vous de visiter votre concessionnaire.  Du coté des rumeurs pour 2010, tout est sur la table chez Polaris… L’arrivée d’un nouveau châssis est très possible, la plate-forme IQ ayant déjà quelques années de service. Les gens de Polaris avaient d’ailleurs clairement fait des allusions à une année de grands crus pour 2010 lors de notre présence au SnowShoot le printemps dernier. Côté rumeurs, les probabilités d’évolution importante du moteur sont fortes étant donné les normes environnementales qui deviennent plus sévères dans les prochaines années et le prix de l’essence qui risque d’être toujours à la hausse. Dans la compétition, on s’attend même à l’arrivée d’une technologie à injection directe propre à Polaris.


Dans le domaine du financement des sentiers de motoneige, d’autres bonnes nouvelles pourraient être annoncées bientôt. Déjà, BRP a lancé il y a quelques semaines son « programme du million » afin d’appuyer les clubs de motoneigistes du Canada. Mais voilà qu’un autre gros joueur dans l’industrie s’apprêterait à lancer un programme qui appuierait directement les clubs et les bénévoles dans leur saison afin d’assurer la pérennité de notre sport. Rappelons que lors du congrès des clubs de motoneiges de septembre, plusieurs clubs ont clairement signifié qu’ils sont en difficultés financières importantes, ce qui menace dans certains cas le début de leur saison. Il faut comprendre que pour l’industrie en général, la dernière saison a été très bonne avec toute cette neige mais, pour plusieurs clubs ce fût une saison financièrement déficitaire due à l’augmentation des heures d’entretien des sentiers. La motoneige génère plus de 1 milliard de retombées économiques seulement au Québec, et les clubs ne reçoivent qu’un maigre 4 millions en aide du gouvernement du Québec qui provient essentiellement des plaques d’immatriculation des motoneigistes eux-mêmes.

Yamaha Moteur du Canada annonce les concessionnaires Élite de 2022

Aurons-nous le retour de la célèbre course Harricana ? C’est loin d’être impossible… Motoneiges.ca a appris de source sûre qu’un promoteur originaire d’Europe, mais maintenant en affaires au Québec depuis quelques années, étudie sérieusement la possibilité d’organiser le retour de cette course historique en hors piste. Selon nos sources, plus d’une cinquantaine d’équipes Européennes seraient potentiellement attendues. La formule serait ajustée à un parcours de plus ou moins 4 jours, et les équipes seraient composées de deux motoneigistes et 1 traîneau au lieu de 3 comme à l’époque.  Le coût d’inscription avancé jusqu’à maintenant serait d’environ 20,000$ afin d’assurer la logistique ainsi que des bourses aux Gagnants. Selon notre source, les médias Européens seraient encore très intéressés par ce genre d’événement qui se rapproche des différents rallyes dans les déserts (et autres) qui sont toujours très populaires en Europe. Est-ce que le Québec et les Québécois aimeraient revoir cet événement sur leur territoire ? Est ce que cela créerait un engouement pour les médias d’ici ? Est-ce que l’événement ne pourrait pas aussi devenir un outil de marketing pour notre industrie touristique ? Nous vous invitons à répondre à notre sondage sur le sujet dans la section de gauche du Magazine.


Nouveaux acheteurs d’Arctic-Cat Turbo, soyez avisés. On sait que Arctic-Cat fait sensation cette saison avec son nouveau moteur turbocompressé de 1150cc à quatre temps qui équipe plusieurs nouveaux modèles. Sachez que ce sont cependant les derniers modèles sur la chaîne de montage chez Arctic-Cat donc, plusieurs de ces modèles risquent fort d’être livrés plus tard en décembre. C’est une procédure courante chez tous les manufacturiers de produire les nouveaux modèles en fin de production à leur première année.  Étant un manufacturier responsable, Arctic-Cat est proactif et a avisé tous ses concessionnaires et ses clients de la situation afin de gérer les attentes de ceux-ci. Mais souriez, pour avoir fait l’essai de ce moteur le printemps dernier lors du SnowShoot, vous ne serez pas déçu d’avoir attendu votre cadeau en dessous de l’arbre.

RedBull SLEDHAMMERS est de retour à Ski La Réserve le 2 avril


Pour une deuxième année consécutive, BRP et sa marque Ski-Doo présente beaucoup de changements et d’innovation dans sa gamme 2009. En deux ans, on se retrouve avec deux nouveaux moteurs et trois nouvelles plateformes, en plus de se positionner stratégiquement dans les deux champs de batailles soit : le 2 et le 4 temps. La question qui nous vient à l’esprit est : est-ce que ça va continuer de bouger en 2010 ? Sur cette question, tous les gens de BRP rencontrés lors du salon sont muets… Il est pratiquement impossible d’avoir autre chose que des sourires à nos questions. Ceci dit, on nous rappelle que la stratégie d’affaires de BRP et de Ski-Doo est clairement basée sur l’innovation et cela ne risque pas de changer pour les prochaines années. Si on s’amuse un instant à analyser les annonces des deux dernières années, ainsi que faire des projections pour le futur, il est certain que l’enjeu du poids restera au centre de la stratégie de Ski-Doo. L’arrivée du 4-TEC performant qui « respecte » cette stratégie pourrait laisser croire que les prochaines années seraient orientées dans le sens du 4 temps. Cependant, tous les gens de BRP réitèrent que ce qui représente la plus grande innovation technologique du coté moteur chez Rotax reste l’injection direct dans le 2 temps (E-TEC) qui équipe le bicylindre de 600cc. Donc, on est clairement conscient qu’il faut être « réellement » présent dans le marché des 4 temps performant chez BRP, mais est-ce qu’il y aura d’autres moteurs 4-TEC, personne ne le sais mais nous en doutons pour les deux prochaines années du moins. Par contre, l’implantation du système E-TEC dans de plus grosses cylindrées nous paraît plus probable à court terme. Pourrions-nous voir le retour du Rotax de 1000cc équipé de la technologie ETEC qui serait introduit à l’intérieur d’un châssis XR par exemple, une évolution du XP qui accommode de plus gros moteurs …!?!… Le retour du Mach Z ?

 

Jeff Stoxen nommé spécialiste de produits motoneiges Yamaha

 


Pour l’ensemble de l’industrie, on aura inévitablement d’autres gros changements d’ici 2011. En effet, lors de discussions avec des intervenants des manufacturiers impliqués dans la conformité des moteurs aux nouvelles normes environnementales, nous avons vite compris que c’est inévitable. Pour l’instant, nous sommes encore dans une ère où c’est le total des émissions de la flotte d’un manufacturier qui doit répondre à une quantité définie d’émissions polluantes. Autrement dit, vous pouvez avoir des motoneiges qui sont en dessous des normes (ne les respectent pas) et d’autres qui sont au dessus (dépassent les objectifs)… L’important c’est que le total des émissions de toutes les motoneiges produites par un manufacturier soit en deçà de la norme acceptée. Par contre, en 2011 toutes les motoneiges devront respecter les normes en vigueur, ce qui voudra dire que plusieurs moteurs avec des technologies traditionnelles disparaîtront. Nous sommes donc condamnés à voir beaucoup d’autres évolutions moteurs dans les prochaines années. Et qui dit moins polluant, dit moins de consommation d’essence et d’huile, ce qui est tout aussi gagnant pour le consommateur.


Difficile d’avoir un son de cloche de ce qui se trame chez Yamaha. Chose certaine, on semble déterminé à continuer de prendre le leadership du côté des 4 temps. Le positionnement dans le domaine des courses avec l’arrivée l’an passé du Nytro fait son chemin car maintenant, on ne peut plus ignorer les 4 temps dans les courses de SnowCross. Mais qu’est-ce qu’on risque de voir en 2010 ? Pas beaucoup de coulage de ce côté. Cependant, le fait est que le châssis Delta-Box II qui se veut la plateforme des motoneiges de longues randonnées chez Yamaha date déjà de 2006, et en est donc à sa 4ième année. Pourrons-nous voir la version III de ce châssis dans un Apex pour 2010 ?… Ce serait souhaitable ! Idéalement pensez au pilote plus grand dont je fais partie en ce qui a trait à la hauteur des marches pieds qui pourrait être surbaissée par rapport à l’actuelle afin d’accommoder les motoneigistes plus grands.


Auberge du Draveur - Motoneige