Essai à court terme – Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Essai à court terme - Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Pourrais-je avoir une motoneige qui fait bien à peu près toutes les tâches, s’il vous plaît?

Le manufacturier BRP situe l’Expedition dans la catégorie « touring/utilitaire » – ça annonce bien! Pour compléter le portrait de famille, sachez que l’Expedition existe en versions SE, LE, Xtreme et Sport.

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Nous essayons aujourd’hui la version Sport. Livrée sur le châssis REV-XS avec les motorisations 600 et 900 ACE, elle est aussi disponible sur le châssis REV-XP avec la motorisation 550F. Pour l’essai d’aujourd’hui, c’est dans la livrée Sport 900 ACE que nous mettons la main dessus.

La déclinaison Sport est, disons, la plus enjouée des versions. Elle ne présente ni la transmission à deux rapports (LE et Xtreme) ni le treuil. Elle est donc destinée plus au côté touring de l’équation que ses sœurs plus travaillantes.

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Premier coup d’œil et ergonomie

D’emblée, elle est accueillante et généreuse en espace, tant pour le pilote que pour le passager. On remarque aussi un espace porte-bagage à l’arrière du siège. Elle va se révéler très confortable en sentier. La position de pilotage est très dégagée tout en tenant le pilote bien en place avec le petit dosseret intégré et la possibilité de placer les pieds plus vers l’avant ou l’arrière selon les besoins.

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Le guidon est fixé à un rehausseur qui le met juste à la bonne place. Assez haut et rapproché pour faciliter les manœuvres plus serrées, assez bas et éloigné pour le confort en longues randonnées.

La modernisation permet des trucs intéressants. Ici, la commande de l’accélérateur est maintenant du type électronique (throttle-by-wire). Ce dispositif permet d’interfacer toutes sortes de systèmes entre le pouce et le module de contrôle du moteur. Du point de vue de l’ergonomie, il permet de pivoter le contrôle des gaz pour qu’il soit actionné par le pouce, comme à l’habitude, ou par l’index – ce qui est une option intéressante pour une motoneige. Mais attention… il faut une certaine habitude pour l’actionner à l’index sans à-coups, surtout en position debout ou dans les manœuvres serrées.

Moteur et rouage d’entraînement

Parlant d’accélérateur électronique et de module de gestion du moteur… L’Expedition offre trois modes de performance du moteur. Il y a le mode « Standard » qui est, disons, le mode normal en termes d’accélération et de livrée de puissance. Puis il y a le mode « Sport » où là, la puissance est disponible dans son entièreté et où elle est livrée de façon débridée. Finalement, il y a le mode « ECO » qui est destiné à favoriser l’économie de carburant en modulant la puissance de la façon la plus écologique possible. Finalement, une clé dite d’apprentissage est aussi livrée avec la motoneige où la puissance est alors limitée et l’accélération est modulée de façon à éviter les débordements que l’enthousiasme du débutant pourrait produire autrement.

Chacun de ces modes a un impact que l’on ressent nettement dans la conduite, et ils sont tous efficaces. Au pilote de faire les bons choix en fonction des conditions.

L’entraînement est fait par le biais d’une poulie motrice « eDrive 2 » qui contribue à assurer une certaine douceur dans les transitions entre l’accélération et le freinage. Par contre, nous avons noté une légère hésitation à l’amorce des ralentissements où il y a quelques fractions de seconde avant de ressentir l’effet de frein moteur alors que le moteur est pourtant déjà ralenti. On s’habitue rapidement, mais cela demeure notable par comparaison à d’autres motoneiges.

La partie mécanique de cette Expedition 900 ACE est relativement silencieuse. On s’en rend compte lorsqu’elle devient plus bruyante dans certaines conditions lorsque le pilote la sollicite plus. En mode « Sport » par exemple, lors d’accélérations vives, la motoneige fait sentir qu’elle donne tout ce qu’elle peut. En mode « Standard » ou « ECO », on sent parfois aussi qu’elle travaille fort surtout à basse vitesse dans des situations où l’effort demandé est grand – repartir en montant une pente avec de la neige molle sous la chenille, par exemple. Dans tous les cas cependant, ces bruits s’apaisent aussitôt que l’effort demandé redevient plus modéré. Et en conduite normale en sentier, on peut affirmer qu’elle est franchement peu bruyante.

Suspension

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Cette machine est équipée de la suspension arrière SC-5U dont l’articulation du dernier train de roues peut être verrouillée ou non. Elle peut être verrouillée pour le remorquage par exemple, augmentant en fait la surface portante en contact avec le sentier, comme elle peut être déverrouillée pour circuler en neige plus profonde, offrant ainsi une plus grande souplesse. Nous avons fait exactement le contraire… Le fond des sentiers était glacé avec une couche plutôt mince de neige récemment travaillée. Nous avons roulé la motoneige avec le dernier train verrouillé et les réglages de la suspension arrière en position moyenne. Ainsi, toute la puissance était transmise au sol et l’arrière train de la motoneige est resté planté au sentier sans défaillir. Par contre, ainsi réglée et en fonction des conditions que nous avons rencontrées, il y a un drôle de phénomène lors de la traversée d’une série de bosses successives et rapprochées. Par moment, on sentait les bosses trois fois. D’abord quand l’avant de la chenille la rencontrait, puis quand le milieu la montait, et finalement quand la fin du train arrière en descendait. Ce phénomène ne se produit pas si le dernier train de roues est déverrouillé.

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

La suspension avant est tellement efficace qu’on l’oublie. Aucun à-coup n’est transmis au guidon et les skis restent bien en contact avec le sentier dans toutes les conditions. Notre machine d’essai était équipée des skis « Pilot DS 2 » qui sont de série sur cette motoneige. Ils sont réglables en largeur et pour les fins de l’essai, nous les avons laissés au maximum de la largeur pour favoriser la stabilité en sentier. Pour l’adapter à certaines conditions, il est possible de les ajuster en mode plus étroit.

Contrôles et tableau de bord

L’Expedition présente un tableau de bord complet avec un tachymètre et un odomètre ronds et bien lisibles. À l’intérieur de chacun, on retrouve un certain nombre de témoins lisibles sauf dans les conditions extrêmes de soleil par-dessus l’épaule.

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Entre les deux cadrans ronds, un affichage à cristaux liquides offre une multitude de données modulables, dont le niveau d’essence. Seule plainte ici… l’affichage des niveaux d’intensité des poignées et du pouce chauffants. Il est là, il n’est plus là, ce sont les poignées, c’est le pouce – par moment, une chatte n’y retrouverait pas ses chatons. Et comme ces contrôles sont de nature progressive par un mouvement du haut vers le bas, on peut facilement se retrouver à pleine puissance sans être capable de le distinguer clairement au tableau de bord. J’ai passé ma journée à tripoter ces contrôles. Voilà, c’était ma critique!

Autrement, les contrôles sont faciles à opérer et la position du guidon n’occasionne aucune fatigue ni tension lors de longues randonnées. De plus, le pare-brise est pratiquement parfait. Juste assez haut et large, il est en plus agrémenté de déflecteurs latéraux qui le complètent parfaitement. Mon collègue le trouvait parfois trop efficace à basse vitesse dans les endroits couverts où le vent ne soufflait pas parce qu’il manquait un peu de ventilation dans ces conditions. Pour ma part, je n’ai pas ressenti d’inconfort dans ces conditions.

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016
À la base du pare-brise se trouve un petit coffre à gants pratique et étanche. Il est assez grand pour être utile pour de vrai et le mécanisme est facile à opérer même avec des gants tout en assurant une bonne fermeture.

Comme le disait une vieille publicité pour une tablette de chocolat, « Au travail ou dans les loisirs, une barre Mars ça fait toujours plaisir » – on peut dire la même chose de la version « Sport » de l’Expedition 900 ACE. Capable de travailler, un peu moins que ses sœurs quand même, et capable de s’amuser presque autant que ses cousines!

Motoneige Ski-Doo Expedition Sport 900 ACE 2016

Nous remercions l’équipe de TY Moteurs de Saint-Jean-Chrysostome pour la disponibilité des motoneiges essayées.
 

TY Moteurs (Saint-Jean-Chrysostome)
1091, rue Commerciale
Saint-Jean-Chrysostome (Québec)
G6Z 2E8
Tél : 418-833-0500
TY Moteurs (Saint-Raphaël)
684, route 281
Saint-Raphaël (Québec)
G0R 1C0
Tél : 418-243-2292

www.tymoteurs.ca

 

À ne pas oublier que lorsque nous sortons faire les essais, tous les pilotes sont équipés de vêtements et accessoires CKX de Kimpex. Nous les portons à chacune de nos sorties et nous les apprécions.

    .
http://www.kimpex.com/fr-ca/accueil

 

Les Motoneiges Géro