La colère gronde chez les motoneigistes

Liste des hôteliers

Alors que la saison de motoneige s’amorce à peine, les adeptes saguenéens en ont déjà le ras-le-bol des pressions des agriculteurs, qui interdisent le passage sur leurs terres. Les motoneigistes se sont donc réunis cette fin de semaine pour faire pression sur Québec.

« On est bloqués partout, je ne peux plus décoller de chez moi », déplore l’un d’entre eux.

C’est que pour protester contre la nouvelle méthode de calcul de l’assurance stabilisation des récoltes, les agriculteurs ont décidé de ne pas permettre aux motoneigistes de traverser leurs terres. Au Saguenay, l’impact est immédiat : la majorité des sentiers normalement empruntés ne sont plus accessibles.

« On est comme pris en otage là-dedans, se désole un motoneigiste. On n’a pas vraiment rapport là-dedans. »

Les seuls sentiers qui sont ouverts actuellement sont situés sur les Monts-Valin. Ailleurs, les moyens de pression des agriculteurs ont forcé les clubs à ne pas entretenir les pistes.

On craint également que tous les motoneigistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean circulent dans ce secteur cet hiver. « On ne peut pas prendre la population du Québec sur les Monts-Valin, explique le motoneigiste Steeve Côté. La sécurité va en prendre un coup. »

Le rassemblement a été organisé pour mettre de la pression sur le gouvernement pour qu’il y ait entente entre Québec et les agriculteurs. « Tout en respectant les producteurs, il faut qu’on puisse faire notre sport, et après ça, faire tourner l’économie », témoigne Yves Simard.

Il faut dire qu’au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la motoneige, c’est une affaire de gros sous : la région bénéficie de 55 millions $ de retombées annuelles de cette industrie.

Déjà, la situation actuelle fait mal aux entreprises qui en vivent. « Pour les prochains mois, c’est loin d’être rassurant », reconnaît Robert Bilodeau.

Pour lire tout l’article…..

Action concertée entre les clubs de motoneigistes et les unions de producteurs agricoles (UPA)
Auberge du Draveur - Motoneige